X

À La Une

Des services secrets ont utilisé les services de Mossack Fonseca

Panama papers

Le cheikh Kamal Adham, ancien responsable des renseignements saoudiens décédé en 1999, figure également parmi les clients du cabinet, affirme le Süddeutsche Zeitung.

OLJ/AFP
12/04/2016

Des agents secrets de plusieurs pays, dont des intermédiaires de la CIA américaine, ont eu recours aux services du cabinet panaméen Mossack Fonseca, au cœur du scandale des "Panama papers", afin de "dissimuler" leurs activités, rapporte mardi le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung. "Des agents secrets et leurs indicateurs ont utilisé dans une large mesure les services du cabinet" panaméen, écrit le quotidien de Munich (sud).

Selon la Süddeutsche, "des agents ont fait ouvrir des sociétés écran pour dissimuler leurs actions (...) Parmi eux figurent également des intermédiaires proches de la CIA", la centrale de renseignements américaine.
Dans la "clientèle" de Mossack Fonseca figurent ainsi "quelques acteurs" des ventes secrètes d'armes à l'Iran dans les années 1980 (dit "Iran-Contra"), un scandale portant sur des ventes secrètes d'armes américaines à Téhéran visant à faire libérer des otages américains au Liban et à aider financièrement les Contras nicaraguayens, affirme le journal.

 

(Lire aussi : Cameron contre-attaque aux « Panama papers » en ciblant les paradis fiscaux)

 

Les "Panama papers" montrent encore que "d'actuels ou d'anciens responsables de haut rang des services secrets d'au moins trois pays, (...) l'Arabie Saoudite, la Colombie et le Rwanda", figurent parmi les clients du sulfureux cabinet panaméen, écrit encore la Süddeutsche. Parmi eux, le cheikh Kamal Adham, ancien responsable des renseignements saoudiens décédé en 1999, et qui "passait pour être dans les années 70 l'un des principaux interlocuteurs de la CIA" au Moyen-Orient, affirme le quotidien munichois.

Deuxième quotidien d'Allemagne en terme de ventes, la Süddeutsche Zeitung a reçu d'un informateur anonyme plus de 11 millions de documents issus du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca et qui mettent en lumière les secrets financiers des riches et puissants du monde entier.

Le quotidien libéral de gauche a partagé cette mine d'informations avec le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), qui regroupe plusieurs dizaines d'organes dans le monde.
Les révélations de ces "Panama papers" ont provoqué une onde de choc mondiale et conduit plusieurs pays à ouvrir des enquêtes afin d'identifier l'identité des fraudeurs présumés et les faits qui leur sont reprochés.

 

Lire aussi

Mossack Fonseca, partenaire discret des autorités chinoises

Les "Panama papers", Poutine et WIkileaks

"Panama papers" : comment les protagonistes sont passés entre les mailles du filet ?

Le Liban peut-il être assimilé à un paradis fiscal ?

Le clan Assad s'est servi de sociétés-écrans pour échapper aux sanctions

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants