Rechercher
Rechercher

Liban - Interview

Gebran Bassil à « L’OLJ » : La communauté internationale s’emploie à résoudre ses problèmes à nos dépens

Le spectre de la crise des réfugiés pèse sur le Liban et la région. Les visites officielles, la semaine dernière, au pays du Cèdre de la représentante de l'Union européenne pour les Affaires et la Politique de sécurité, et vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, du président de la Banque mondiale, Jim Young Kim, et du président de la Banque islamique de développement, Ahmad Ali el-Madani, auraient-elles pour objectif de paver la voie à une éventuelle implantation de facto des déplacés syriens et réfugiés palestiniens dans notre pays ?

« Certains veulent régler la situation de manière permanente ici. C'est ce qu'on appelle l'implantation. C'est ce qu'on refuse catégoriquement ! » a averti le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, lors d'une interview accordée à L'Orient-Le Jour au palais Bustros. Le jeune ministre n'a pas caché aussi sa préoccupation face au « danger toujours imminent d'une attaque israélienne » contre le Liban.
« Je pense que le monde et la communauté internationale sont en train de résoudre leurs problèmes à nos dépens, a affirmé d'entrée de jeu M. Bassil. Ils réalisent maintenant que la crise des réfugiés est quelque chose de très grave qui touche tout un continent. Ils prennent conscience que c'est un danger imminent non seulement pour la région mais aussi pour la constitution de chaque pays. Ils pensent le résoudre en fournissant aux réfugiés les conditions nécessaires et suffisantes, non pas pour qu'ils retournent en Syrie, mais pour qu'ils ne quittent pas vers l'Europe ou ailleurs, et restent là où ils sont. Certains veulent régler la situation de manière permanente ici. C'est ce qu'on appelle l'implantation. C'est ce qu'on refuse catégoriquement ! D'autres veulent que les réfugiés syriens restent jusqu'à l'arrêt de la guerre en Syrie, pour qu'au moment des élections, ils votent en dehors de la Syrie afin que leur vote puisse être mieux contrôlé en dehors de la Syrie. »

Abordant ensuite l'ensemble du dossier des réfugiés, le ministre des AE se prête à l'exercice des questions-réponses.

Le fait d'avoir coupé les fonds de l'Unrwa a-t-il pour objectif l'implantation des Palestiniens au Liban ?
« Je viens à l'instant même de rédiger une lettre interne sur ce sujet, parce que j'ai vécu cela lorsque j'étais ministre de l'Énergie. L'Unrwa doit depuis quelques années au Liban plus de 120 millions de dollars pour les frais d'électricité. Ce qui montre encore une fois la manière avec laquelle la communauté internationale nous traite, après 68 ans, au sujet des réfugiés palestiniens. Voilà ce qui risque de se passer, dans un cas différent pour les Syriens, mais avec une gravité plus aiguë à notre égard. Ceci prouve aussi que les promesses ne peuvent être tenues indéfiniment et que la question des réfugiés et des déplacés syriens doit être réglée par une politique libanaise indépendante, humanitaire, prenant en considération l'intérêt du Liban, en premier lieu. »

Que peut donc faire le Liban ? Donner des permis de travail aux réfugiés, comme l'a demandé la communauté internationale à la Turquie et la Jordanie ?
« Tout d'abord, le Liban n'a pas ratifié la Convention de Genève de 1951. N'étant pas membre, il n'est pas tenu de la respecter. Ce n'est pas un pays ou un lieu de refuge. Malgré cela, le Liban n'a jamais fermé ses frontières, n'a jamais chassé un Syrien, n'a jamais utilisé la force pour refouler un Syrien. Il a toujours respecté le principe du non-refoulement. Le Liban n'a jamais utilisé la question des réfugiés comme un abus politique contre les autres pour avoir quelque chose en contrepartie. Notre pays se trouve devant un échec économique, politique, social, et, ce qui est le plus dangereux, sécuritaire. Malgré tout cela, on garde les Syriens ici. Ce qui reste à faire, c'est de réfléchir sérieusement aux mesures prises par les Européens. »

Pourriez-vous élaborer ?
« À part la question des permis de travail qui peuvent être octroyés dans le cadre de la loi libanaise, il y a des emplois que les Syriens peuvent remplir dans l'agriculture, la construction et l'industrie. Il n'y a pas de problème tant que la communauté internationale nous fournit les moyens nécessaires pour créer des emplois. Il nous faudra alors des investisseurs dans le secteur privé, surtout dans l'agriculture, des investissements dans l'économie libanaise dans les secteurs concernés et des aides directes à l'État libanais, aux institutions et aux municipalités libanaises pour créer des emplois. Une fois cette création d'emplois assurée, on pourra alors octroyer des permis de travail. Mais sans une action concrète, avec des promesses qu'on nous fait toujours sans rien avoir en contrepartie, on ne peut agir, parce que les Libanais ont besoin de travail aussi. »
« Mais revenons à la question de l'Europe. J'ai devant moi une liste détaillée qui montre ce que fait chaque pays pour les réfugiés : l'Allemagne, la Croatie, la Slovénie, la France, l'Angleterre, la Suède, la Finlande, la Norvège, le Danemark, les Pays-Bas, la Belgique, l'Espagne, l'Italie, la Grèce et la Hongrie. Dans cette liste, il y a certains pays qui ont fermé leurs frontières ; ceux qui ont refoulé ou déporté les migrants ; ceux qui ont mis un seuil au nombre des réfugiés ;
ceux qui ont utilisé la force ; et ceux qui n'ont pas respecté les accords de Schengen et de Dublin, et la Convention de Genève de 1951. »

Quelle a été la teneur de vos discussions avec Mme Mogherini ?
« Je lui ai franchement dit deux choses. Tout d'abord, ce n'est pas par une question de nombre de réfugiés que vous pourrez résoudre le problème avec la Turquie. C'est une affaire qui va beaucoup plus loin, même celle de garder les Syriens au Liban ou en Jordanie. Et, deuxièmement, je lui ai dit, juste à la veille des attaques de Bruxelles, que l'Europe risque d'être envahie par les réfugiés et par le terrorisme. »

(Lire aussi : La naturalisation des déplacés syriens : de la « démagogie » facilitée par l'absence de plan national)

 

Terrorisme et radicalisation

Comment le Liban peut-il pallier le terrorisme et la radicalisation, le jihad mondial ?
« Le Liban mérite d'être soutenu bien plus que cela, à plusieurs niveaux : militaire, à l'armée et aux FSI ;
économique et politique. Cela non seulement pour préserver sa stabilité sécuritaire, mais pour laisser les Libanais décider eux-mêmes et mettre aussi la pression sur les pays et les États qui les empêchent de décider de leur sort politique et de leurs leaders. Le Liban doit être appuyé pour préserver son modèle de tolérance face à ces vagues de haine et de terreur qui portent le changement artificiel d'une communauté européenne ou libanaise, qui viennent de l'intérieur ou de l'extérieur des sociétés européennes. »

Quelles sont les retombées des pourparlers de Genève sur la sécurité du Liban ?
« La cessation des hostilités ne peut qu'aider le Liban aux niveaux de sa sécurité, de sa stabilité, et aussi au niveau du retour des déplacés syriens. Si la paix en Syrie s'établit, le Liban en bénéficiera sûrement parce que ce sera le temps de la reconstruction qui va encourager les Syriens à rentrer chez eux. Il y aura alors un boom économique en Syrie et dans la région. »


(Pour mémoire : Après des tractations ardues, les ministres arabes des AE adoptent « la solidarité avec le Liban »)

 

Êtes-vous optimiste ?
« Oui, si on respecte le choix des peuples et si on vise la reconstruction au lieu de la destruction, qui est celle de Daech et celle des pays et forces politiques qui l'appuient. »

Y a-t-il un danger que Daech vienne hanter le Liban à partir de Ersal ?
« Non. Je pense que le Liban a montré non seulement une résilience mais de la résistance. Ils n'arriveront jamais à pénétrer dans le pays idéologiquement, même s'ils arrivent à réaliser de petites infiltrations qui peuvent être réglées. Mais le danger est que le Liban risque de perdre son rôle et son message. C'est ce qu'on appelle le "daechisme" politique qui est bien plus dangereux parce que l'un est militaire et l'autre sécuritaire : il peut être traité géographiquement ou bien localement, tandis que l'autre peut envahir le pays aux niveaux de son existence et de sa raison d'être. »

On parle de plus en plus de la menace d'une invasion israélienne. Faut-il s'en inquiéter ?
« Bien sûr, le danger est toujours imminent. Israël va profiter de cette situation en pensant que le Hezbollah n'est pas tout à fait à l'aise parce qu'il est plongé dans le problème syrien et celui du Liban interne, et aussi par une attaque d'Israël. Oui, cela m'inquiète vraiment parce que pour Israël cela doit se terminer dans ce sens. »

 

Lire aussi
Le coût du dysfonctionnement des institutions s’élève à plusieurs milliards de dollars

Ban Ki-moon à Bassil : Le caractère volontaire du retour des réfugiés est indispensable...

La visite de Ban suscite des échos positifs... et certaines critiques

Mogherini à Beyrouth : L'UE n'a pas demandé au Liban d'intégrer les Syriens à son marché du travail


Le spectre de la crise des réfugiés pèse sur le Liban et la région. Les visites officielles, la semaine dernière, au pays du Cèdre de la représentante de l'Union européenne pour les Affaires et la Politique de sécurité, et vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, du président de la Banque mondiale, Jim Young...

commentaires (6)

Il est ironique Mr Bassil. parler de communauté internationale ! !!---*** Mais bon c'est lui le boss des affaires étrangères, il peut se le permettre. That is why ..

FRIK-A-FRAK

21 h 17, le 29 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Il est ironique Mr Bassil. parler de communauté internationale ! !!---*** Mais bon c'est lui le boss des affaires étrangères, il peut se le permettre. That is why ..

    FRIK-A-FRAK

    21 h 17, le 29 mars 2016

  • Monsieur le Ministre ...patience ...vous allez recevoir Normal 1er de France... le 16 avril...qui vient pour gagner un ou 2 points dans les sondages à nos dépends.....!

    M.V.

    13 h 08, le 29 mars 2016

  • "Chou Chou " dixit : "el hakk aa telyan": C;est la faute aux Italiens ...........

    Gaby SIOUFI

    11 h 40, le 29 mars 2016

  • On est très frappé de voir que les catégories utilisées par le béSSîîîl sont celles, très traditionnelles, de la réaction. L'héritage du passé et le consentement au "modèle libanais", voilà des catégories totalement passives dont l'unique logique est l'impératif "famille, patrie etc." ! Il s'agit d'un portrait de l'identité libanaise réactif et conServateur. Il n'y a pas "un" moudééél libanais(h). Il y a une division constitutive de cet héritage entre ce qui est recevable du point de vue d'un universalisme minimal, et ce qui doit être rejeté précisément parce que ça renvoie au Liban à l'extrême férocité et à l'accaparement par une oligarchie d'affairistes, politiciens, militaires et de serviteurs médiatiques du motif de "l'identité ou du modèle libanais". On parle toujours, notamment ce béSSîîîl, du sang que les autres, les "terroristes"... et/ou réfugiés ont sur les mains. Mais "son moudéééle libanais(h)" a donné en la matière le plus formidable exemple ! Pour trouver une boucherie aussi dépourvue de tout sens et atroce que celle de 75, il faut se lever de bonne heure ! Or elle était strictement articulée sur cette "identité libanaise" qui, elle, n'a fait que fanatiser les "gens" !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 11, le 29 mars 2016

  • C'est bien connu les Libanais ont une tendance permanente à vouloir faire porter les responsabilités sur les autres , eux ne sont jamais responsable de rien Mais là Monsieur le ministre vous dépassez les limites, ne faites pas porter la responsabilité de votre incompétence aux autres nations,ne les critiquez pas et en même temps acceptez l'argent quelle vous donne.Ne faites pas le fils indigne de la mère qui vous nourie

    yves kerlidou

    08 h 51, le 29 mars 2016

  • IL OUBLIE LE BASSILO EN PARLANT DES DESTRUCTIONS ENORMES EN SYRIE LES FUSEES, LES AVIONS, LES CHARS ET LES CANONS ET SURTOUT LES BARILS EXPLOSIFS QUI ONT DETRUIT LES VILLES ET LES VILLAGES ET NE PARLE QUE DE DAESCH... LES REFUGIES AU LIBAN N,ONT PAS FUI DAESCH CAR DAESCH EST DE L,AUTRE COTE SUR LES FRONTIERES DE LA TURQUIE ET DE L,IRAK... ILS ONT FUI LES HORREURS DU REGIME... IL N,EN MENTIONNE ABSOMLUMENT RIEN... EN TANT QUE MNINISTRE DES -AFFRES- ETRANGERES IL DEVRRAIT NE DIRE QUE LA VERITE ! HELAS !!!

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 36, le 29 mars 2016

Retour en haut