Rechercher
Rechercher

Liban

Ban Ki-moon à Bassil : Le caractère volontaire du retour des réfugiés est indispensable...

... mais leur naturalisation relève de votre seule autorité.

Le secrétaire général de l’Onu a renvoyé la balle à Gebran Bassil. Photo Dalati et Nohra

La naturalisation des réfugiés syriens relève de votre seule autorité, mais nous ne pouvons les laisser rentrer dans leur pays tant que celui-ci est en guerre. C'est en substance la réponse apportée par le secrétaire général de l'Onu au ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qui avait exprimé les préoccupations du Liban de voir l'organisation internationale exiger que le retour des réfugiés soit « volontaire », créant ainsi une ambiguïté sur la durée de ce séjour.
« Le rétablissement de la paix en Syrie permettra aux Nations unies de contribuer à l'établissement des circonstances qui permettront le retour volontaire des réfugiés dans la sécurité et la dignité. Et dans ce cas, le retour dans leurs foyers constitue pour la majorité des réfugiés la solution idéale », a affirmé le secrétaire général de l'Onu dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères.
« Le caractère volontaire du retour est indispensable, a précisé le secrétaire général. La situation des réfugiés exige une protection internationale, puisqu'ils ne peuvent jouir de la protection de leur pays. Partant, leur retour est conditionné par un changement radical de la situation en Syrie, et ce jour-là, les Nations unies déploieront tous les efforts possibles pour appuyer ce retour. »
M. Ban a souligné qu'il avait pris note des « remarques » formulées par M. Bassil sur le texte de la résolution 2254, assurant que « la question de l'implantation ou de la naturalisation des réfugiés dans les pays hôtes relève exclusivement de ces pays ». Et d'approuver les affirmations de M. Bassil sur le rôle irremplaçable que les réfugiés doivent jouer, une fois la paix revenue, dans la reconstruction de leur pays.
« Les Nations unies continueront d'agir fermement pour parvenir à un règlement du conflit et alléger le fardeau que supportent certains pays, dont le Liban. De même, l'Onu cherchera continuellement à obtenir un plus grand appui financier au Liban », a-t-il assuré, et si possible que les réfugiés « soient officiellement accueillis dans d'autres pays ou même naturalisés ».
Le secrétaire général a par ailleurs exprimé « la profonde satisfaction de l'Onu face à l'accueil si généreux réservé par le Liban à plus d'un million de réfugiés syriens enregistrés », en assurant que la communauté internationale « continuera d'aider le gouvernement libanais dans son effort pour assumer cette responsabilité extraordinaire, et qu'elle coopère à cette fin avec la Banque mondiale et d'autres partenaires afin d'accroître les moyens d'accueil des pays hôtes, et d'amortir le choc infligé à l'économie et au tissu social ».

Les Libanais du Golfe
Par, ailleurs, M. Bassil a accueilli une délégation du « Conseil des travailleurs libanais » aux Émirats arabes unis, conduite par Soufian Sobhi Saleh.
Ce dernier a déclaré à l'issue de la réunion : « Nous avons fait entendre la voix des Libanais travaillant dans le Golfe en général et aux Émirats arabes unis en particulier. »
« La situation s'aggrave, a-t-il ajouté. Et elle ne peut être laissée telle quelle. Il faut aujourd'hui rétablir les relations entre le Liban et les États du Golfe, et réduire les tensions.
Comme tout le monde sait, il y a environ un demi-million de Libanais qui travaillent dans le Golfe, et leur virements, qui se montent à près de 9 milliards de dollars par an, sont un des piliers de l'économie libanaise. On ne peut l'ignorer. »
Par ailleurs, M. Bassil s'est entretenu hier avec la représentante du secrétaire général de l'Onu au Liban, Sigrid Kaag, et avec la présidente de Médecins sans frontières.


La naturalisation des réfugiés syriens relève de votre seule autorité, mais nous ne pouvons les laisser rentrer dans leur pays tant que celui-ci est en guerre. C'est en substance la réponse apportée par le secrétaire général de l'Onu au ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qui avait exprimé les préoccupations du Liban de voir l'organisation internationale exiger que le...

commentaires (6)

Avant d'ajouter : "Franchement ! Chéhhadînes wé m'chârtînes ces Véritables imbéciles"....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

11 h 39, le 05 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Avant d'ajouter : "Franchement ! Chéhhadînes wé m'chârtînes ces Véritables imbéciles"....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 39, le 05 mars 2016

  • "Une délégation du « Conseil des travailleurs libanais » aux Émirats arabes unis a déclaré à l'issue de sa réunion avec ce béSSîîîl : « Nous avons fait entendre la voix des éhhh Libanais travaillant dans le Golfe en général et aux Émirats arabes unis en particulier. Cette situation s'aggrave à cause des déclarations faites par ce Ministère des A-E au Caire. Et elle ne peut être laissée telle quelle dans ce piteux état ! Il faut direct rétablir les bonnes relations entre le Liban et les États du Golfe, afin de réduire les tensions causées par ce genre de déclarations chafouines bidon ! Comme tout le monde sait, il y a environ un DEMI-MILLION de Libanais qui travaillent dans le Golfe, et leur virements, qui se montent à près de NEUF MILLIARDS de dollars par an, sont un des piliers de l'économie libanaise ! Il n'y a que les Véritables Imbéciles qui peuvent l'ignorer." !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 12, le 05 mars 2016

  • NON BAN AU GRAND SOURIRE ! MILLE FOIS NON ! C'EST UN SOURIRE MÂLIN PARAIT-IL ! UNE FOIS LA PAIX DANS LEUR PAYS ILS DEVRAIENT Y ETRE RENVOYÉS D'URGENCE ! C'EST LE LIBAN ICI FORMÉ DE LIBANAIS + D'ÉTRANGERS ET NON PAS D'ÉTRANGERS + DES LIBANAIS... ASSAD ET LES ACCESSOIRES QUI L'APPUIENT SUIVENT LA MÊME POLITIQUE QU'ISRAËL... PAS DE RETOUR AUX REFUGIÉS ! BASSILO... Où ÊTIEZ-VOUS ?

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    10 h 04, le 05 mars 2016

  • c'est quoi ces conneries, ils retournent tous dans leur pays. Que ca leur plaise ou pas

    George Khoury

    10 h 02, le 05 mars 2016

  • Bien dit Ban ! Cloue lui enfin le bec, au béjaune orange.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    09 h 43, le 05 mars 2016

  • Mais ils ont fini, tous, de se foutre de notre gueule???? L'ONU, l'UE, l'Arabie... "leur retour est conditionné par un changement radical de la situation en Syrie, et ce jour-là, les Nations unies déploieront tous les efforts possibles pour appuyer ce retour. » Qu'est-ce que fait l'ONU pour rétablir la paix en Syrie???? (C'est pourtant son rôle, d'établir la paix dans les pays en conflit) Elle pousse à l'exode, à la vie misérable, à la création de nouveaux conflits... Franchement, cette mauvaise foi généralisée est écœurante..

    NAUFAL SORAYA

    07 h 41, le 05 mars 2016

Retour en haut