X

Moyen Orient et Monde

Le fédéralisme pour réunifier la Syrie ?

Dossier spécial/Commentaire

Actuellement, les États les plus puissants de la planète sont fédéraux : les USA, la Russie, l'Allemagne, la Suisse, etc.

15/03/2016

Si le régime et l'opposition en Syrie sont d'accord sur un point, c'est leur aversion manifeste du système fédéral.
Cette idée, lancée il y a quelques jours par les Russes avant le début d'un nouveau round de discussions à Genève, a été catégoriquement rejetée par l'opposition syrienne représentée par le Haut Comité des négociations (HCN), qui estime que « l'unité de la Syrie est une ligne rouge. Cette question n'est pas négociable et l'idée d'une fédération serait un prélude à un découpage de la Syrie ». De son côté, le régime de Bachar el-Assad espère toujours reconquérir la totalité du territoire syrien et n'a donc aucun intérêt à partager le pouvoir.

Il faut rester vigilant par rapport aux intentions de Moscou de réhabiliter coûte que coûte Bachar el-Assad. S'il s'agit de reproduire le même régime avec une autre formule qui laisserait le président actuel en chef suprême, tout en découpant le pays en fonction de critères ethno-religieux, c'est chose ratée dès le départ. Reste à savoir, au-delà des manœuvres diplomatiques russes, si une solution fédérale pourrait résoudre le conflit syrien qui entre dans sa sixième année avec des chiffres record de morts, de blessés, de disparus, de déplacés, de réfugiés, etc.
En outre, le pays est aujourd'hui divisé de facto en plusieurs zones d'influence : le Nord-Est dominé par les milices kurdes, le Nord globalement tenu par une opposition arabe sunnite, la région côtière et le Sud entre les mains du régime alaouite, l'Est sous contrôle de l'État islamique.

Il ne faut pas oublier que la Syrie est d'une diversité ethno-religieuse très riche. Bien que la majorité de la population soit sunnite, le pays comprend deux minorités importantes : les alaouites (région côtière) et les Kurdes (Nord-Est). Sans oublier la minorité chrétienne éparpillée à travers le pays, et les druzes principalement cantonnés dans la province de Soueïda au Sud.
Récemment, plusieurs voix ont dénoncé un nettoyage ethnique dans certaines régions, notamment celles tenues par les Kurdes qui se sont empressés d'en chasser les Arabes, surtout de confession sunnite, et celles frontalières du Liban, où le Hezbollah a sévi contre les sunnites également.

 

(Éclairage : Washington et Moscou, maîtres du jeu en Syrie)

 

Divisions historiques
Les divisions actuelles rappellent d'ailleurs la situation de la Syrie sous l'Empire ottoman. En effet, à cette époque, le pays tel qu'on le connaît aujourd'hui n'était pas un ensemble uni. Il était divisé entre le vilayet d'Alep, celui de Damas, et le sandjak de Lattaquié.
Les frontières de la Syrie actuelle sont une création issue des accords Sykes-Picot, qui ont départagé la région en zones d'influences française (Liban-Syrie) et britannique (Palestine-Irak).
De leur côté, les Français avaient découpé le territoire qui leur était attribué en quatre parties : les sandjaks de Damas et d'Alep, l'État alaouite et l'État du Jabal druze. À cette époque, une partie de l'élite alaouite avait même appelé à une confédération avec le Liban. Des revendications vite balayées par les autorités de Damas.
Après l'indépendance, l'expérience étatique du parti au pouvoir, le Baas, a royalement échoué tant en Syrie qu'en Irak. Ces régimes ne sont pas parvenus à réaliser l'unité nationale qui n'a fonctionné que grâce à l'autoritarisme.

Vengeance vs réconciliation
À supposer donc que le conflit s'arrête et que Bachar el-Assad s'en aille, ces cinq ans de guerre destructrice auront créé des fractures tellement profondes parmi les Syriens qu'une réconciliation entre les différents belligérants est loin d'être acquise. Non seulement il faut rétablir la confiance entre eux, mais il faut aussi éliminer la haine et la peur de l'autre, qui constituent l'élément moteur de la violence qui secoue le pays depuis 2011.
En outre, la volonté de vengeance, liée à la barbarie du conflit, mais aussi de revanche après plus de quarante années de domination par les alaouites, augure mal d'une réconciliation nationale dans le cadre d'un État centralisé.
Recréer donc un climat de confiance nécessite des acrobaties diplomatiques et politiques hors pair. Un processus de paix doit impérativement se baser sur des fondements solides pouvant favoriser la sécurité et la stabilité à travers un régime politique capable d'organiser la diversité et de bâtir des liens solides entre les différentes communautés ethno-religieuses, les citoyens et leur État.

Fédéralisme, pour ou contre
Un régime fédéral, à l'allemande ou à l'espagnole, pourrait être plausible pour le cas syrien. Il aidera ainsi à protéger les communautés ethno-religieuses syriennes, notamment alaouites, kurdes, chrétiennes et druzes, tout en gardant les frontières actuelles de la Syrie inchangées.
Quant au gouvernement fédéral, plusieurs options pourraient être envisagées, en s'inspirant par exemple de la Bosnie-Herzégovine. L'important serait de maintenir un équilibre politique qui garantirait les droits de tous les citoyens syriens d'une part, et, de l'autre, mettrait en échec l'influence des différentes puissances régionales, comme la Turquie, l'Iran ou l'Arabie saoudite, sur le pays.
Un État fédéral posera sans doute une multitude d'autres problèmes sur le plan démographique concernant les minorités : quel sera le sort des Kurdes et des alaouites de Damas et d'Alep ? Ou celui des chrétiens trop dispersés pour constituer une entité autonome ? Ou même des druzes qui auront du mal à constituer une région autonome dans le Jabal druze, un petit territoire, enclavé et dénué de ressources ? Là aussi l'exemple du Kosovo ou de la Bosnie-Herzégovine est de rigueur. En effet, le parrainage international dans ces pays a permis d'arrêter les combats et les massacres, ouvrant la voie à d'âpres négociations malgré la persistance pendant longtemps des tensions et des résistances de part et d'autre.

Fédéralisme et monde arabe
Le fédéralisme ne semble pas avoir la cote dans le monde arabe. Il est évident que l'idéologie dominante des régimes dictatoriaux combat toute forme de diversité au profit d'un pouvoir fort et répressif dominé par le parti unique. Même au niveau des croyances socioculturelles, le fédéralisme est synonyme de partition et d'éclatement du pays.
Depuis des décennies, les régimes autoritaires qui ont régné sur les pays du Moyen-Orient dénonçaient férocement « les frontières artificielles » des États de la région, qui sont issues, selon eux, des intérêts des anciennes puissances coloniales et qui ne représentent pas les réalités historiques et géographiques. La chute de ces régimes, comme avec Saddam Hussein en Irak et Mouammar Kadhafi en Libye, ou leur ébranlement, comme pour Bachar el-Assad en Syrie, ont remis en question le système politique centralisé pour ouvrir la voie à d'autres alternatives, jadis taboues, comme le fédéralisme.
Or le fédéralisme est une forme d'unité. C'est un système mis en place pour rassembler les populations d'un même pays. Actuellement, les États les plus puissants de la planète sont fédéraux : les États-Unis, la Russie, l'Allemagne, la Suisse, etc.
Pourquoi donc cette notion doit rester honnie dans cette région du monde ? Si l'unité et la paix d'un pays passent par les divisions du fédéralisme, pourquoi l'ignorer ?

 

 

Lire aussi dans notre dossier spécial Guerre en Syrie, an V

Le triple coup de Poutine pour les cinq ans de la guerre en Syrie

1 001 guerres de Syrie – et une seule question, l'analyse d'Anthony Samrani

Quatre idées reçues sur la guerre en Syrie, le décryptage de Caroline Hayek

Pourquoi et comment Bachar el-Assad est encore au pouvoir, le décryptage de Lina Kennouche

Un sunnite, un chiite, un chrétien : 3 regards, 3 guerres, 3 Syrie, les témoignages recueillis par Samia Medawar

Un échiquier mondial chamboulé à cinq niveaux par le conflit syrien, l'article de Géraud de Vallavieille

À Alep, l'hyperrésistance de Hassan et Alya, le récit de Chérine Yazbeck

Les civils en Syrie et la « responsabilité de protéger », la tribune de Tarek Mitri

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

"Si l'unité et la paix d'un pays passent par les divisions du fédéralisme, pourquoi l'ignorer?" Simplement par ignorance et bêtise!

M.V.

Donc, le fédéralisme serait la panacée ,pour inventer un nouveau pays ..! avec une république existante , un nouveau califat et un état neutre multiconfessionnel ......! tout ca ressemble , à des projets d'alchimistes improbables ...qui n'ont même pas du plomb .., pour éventuellement le transformer en OR....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AUX DERNIERES NOUVELLES : 1 - LA RUSSIE VIENT DE CONFIRMER QUE DES TROUPES DE L,ARMEE TURQUE SE TROUVENT DEJA DEPUIS PLUSIEURS JOURS EN TERRITOIRE SYRIEN. 2 - DEUX BASES AMERICAINES SONT ERIGEES AUX ENVIRONS DE IDLEB DEPUIS PLUS DE DEUX MOIS.
IL SE POURRAIT QUE LA DECISION DE RETRAIT RUSSE SOIT LE PRELUDE A DES INTERVENTIONS REGIONALES ET INTERNATIONALES... SI LES NEGOCIATIONS ECHOUENT. CHOSE QU,A REPETEE A MAINTES REPRISES KERRY. ET QUE LE RUSSE NE VEUILLE PAS S,EN MELER CAR SAIGNANT ECONOMIQUEMENT... D,OU SON COUP DE FORCE POUR OBLIGER LE REGIME A LA VRAIE NEGOCIATION SUIVANT GENEVE 1 ET LES DECISIONS DES N.U. C.A.D. 1- GOUVERNEMENT TRANSITOIRE DE TOUS LES SYRIENS DANS LES SIX MOIS AVEC ASSAD EXCLU. 2- NOUVELLE CONSTITUTION DEMOCRATIQUE. 3 - ELECTIONS DEMOCRATIQUES DE TOUS LES SYRIENS DANS LES 12 MOIS QUI SUIVENT. 4- LES DEPARTS FIXES...
ET LE PEUPLE SYRIEN EST LE SEUL GAGNANT GRACE A SES IMMENSES SACRIFICES. NIAIS TOUS CEUX QUI POUVAIENT CROIRE LE CONTRAIRE !
POUTINE A BIEN JOUE SON ROLE...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour ses proches, Aoun ne cédera pas

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué