Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

Assad n'a "aucune possibilité" de rester au pouvoir, juge Riyad

"Les syriens ont parlé lorsqu'ils ont pris les armes contre Bachar el-Assad, et ils ont été très clairs : il ne sera pas leur président".

"Vive la Syrie, à bas el-Assad", peut-on lire sur cette banderole brandie par des opposants au régime syrien à Alep. Karam al-Masri/AFP

Le président syrien Bachar el-Assad doit partir dès la mise en place d'une autorité de transition, a insisté samedi le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir, estimant qu'il n'y avait "aucune possibilité" qu'il puisse rester au pouvoir. "Pour nous, c'est très clair, il doit partir au début du processus de transition, pas à la fin", a déclaré M. Al-Jubeir au cours d'une rencontre avec la presse à Paris.

Les discussions entre le régime de Damas et l'opposition, censées reprendre la semaine prochaine à Genève, doivent permettre d'enclencher un processus de transition politique pour mettre fin à la guerre qui ravage la Syrie depuis cinq ans. Une feuille de route internationale agréée par l'ONU prévoit la mise en place d'un organe de transition d'ici à l'été et l'organisation d'élections à la mi-2017.

(Lire aussi : Erdogan propose de bâtir une ville en Syrie pour héberger les réfugiés)

"Un organe de transition est mis en place, le pouvoir passe d'Assad à cet organe de transition, et il s'en va", a résumé M. al-Jubeir, dont le pays soutient l'opposition au régime syrien. "Ensuite, l'autorité de transition rédige une nouvelle Constitution et prépare les élections. Certains estiment que Bachar el-Assad reste jusqu'aux élections, ce n'est pas notre point de vue", a-t-il ajouté.
"Il n'y a aucune possibilité" que Bachar el-Assad reste président, a-t-il dit, interrogé sur les déclarations de l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, qui considère que c'est aux syriens eux-mêmes de décider de son sort. "Les syriens ont parlé lorsqu'ils ont pris les armes contre Bachar el-Assad, et ils ont été très clairs : il ne sera pas leur président", a poursuivi M. al-Jubeir.

Evoquant les hésitations de l'opposition à se rendre à Genève pour reprendre les discussions de paix, il a admis que celle-ci "ne pouvait pas se rendre les mains vides aux négociations".
Le coordinateur de l'opposition Riad Hijab a jugé vendredi que les conditions n'étaient pas encore réunies pour une reprise des discussions, mettant en avant l'insuffisance de la mise en oeuvre de l'aide humanitaire et des violations de la trêve entrée en vigueur il y a une semaine.


Lire aussi

Poly-techniques, l'éditorial de Issa GORAIEB

Les armes françaises destinées au Liban seront livrées à l'Arabie

Entre Riyad et Téhéran, le cœur des entrepreneurs libanais refuse de balancer


Le président syrien Bachar el-Assad doit partir dès la mise en place d'une autorité de transition, a insisté samedi le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir, estimant qu'il n'y avait "aucune possibilité" qu'il puisse rester au pouvoir. "Pour nous, c'est très clair, il doit partir au début du processus de transition, pas à la fin", a déclaré M. Al-Jubeir au cours d'une...

commentaires (6)

Qu'il dégage donc, sinon il finira comme Kadhafi. Il lui laisse encore une échappatoire, quoi !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

16 h 36, le 06 mars 2016

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Qu'il dégage donc, sinon il finira comme Kadhafi. Il lui laisse encore une échappatoire, quoi !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    16 h 36, le 06 mars 2016

  • LES DESPOTES COMME HITLER... ET LEURS ALLIES ET ACCESSOIRES... DES MOUSSOLINI... LEUR FIN EST LA MEME QUE CELLE DE HITLER ET DE MOUSSOLINI... LE PEUPLE VAINCRA A LA FIN... QUE LES AUTRES REVENT LE CONTRAIRE DANS LEUR GRAND SOMMEIL... ET TUENT DES ARABES CROYANT PUNIR ISRAEL... ET LE PEUPLE PUNIRA TOUT CES PONCE PILATE ET JUDAS COURBEURS D,ECHINE ET BAISEURS DE MAINS...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    11 h 27, le 06 mars 2016

  • Pardon mais c'est les bédouins qui parlent en ce moment. Pas les syriens. Comme on ne peut pas parler pour les américains les israéliens etc.... Et Bashar le héros restera leur président. Bonne nuit les enfants de la nuit.

    FRIK-A-FRAK

    10 h 26, le 06 mars 2016

  • Interrogé sur les déclarations de l'émissaire de l'ONU, Ëésséttféééne de la Masstoûrâh, qui considère ; le Niais ; que c'est aux Syriens eux-mêmes ; yâââï ; de décider du sort de l'aSSaSSin aSSadique, le Prince Saöûdien Al- Joubaïr a affirmé que "les Syriens ont déjà parlé lorsqu'ils ont pris les armes contre ce (c)hébél-lionceau aSSadiot bääSSdiot et qu'ils avaient été très, très clairs à ce propos : Il ne sera JAMAIS PLUS président de leur Syrie ni de RIEN d'autre en leur Syrie." ! Bref, qu'il dégage quoi !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    19 h 45, le 05 mars 2016

  • CE N,EST PAS L,AUJOURD,HUI OU LE DEMAIN QUI EST L,IMPORTANT... C,EST QU,IL EST FINI ! IL A DETRUIT LES 3/4 DU PAYS ET IL A TUE, BLESSE ET FAIT EMIGRER PLUS DE LA MOITIE DE LA POPULATION...

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    18 h 17, le 05 mars 2016

  • Les neurones fertiles des palmiers dattiers se déchainent...! et les palmiers dattiers eux ...devraient 'ils restaient au pouvoir...?

    M.V.

    17 h 38, le 05 mars 2016

Retour en haut