X

Moyen Orient et Monde

En Iran, le camp des modérés progresse mais n’obtient pas la majorité

Élections

Les réformateurs et modérés ont également remporté une victoire symbolique à l'élection de l'Assemblée des experts qui est chargée de nommer le guide suprême.

OLJ
01/03/2016

Le président modéré iranien Hassan Rohani et ses alliés réformateurs ont été confortés dans leur politique d'ouverture en enregistrant une forte progression lors des législatives de vendredi face aux conservateurs, sans qu'aucun des deux camps n'obtienne la majorité au Parlement.
Sur 290 sièges, 103 sont occupés par des conservateurs ou proches, 95 par des réformateurs/modérés ou proches et 14 par des indépendants dont la tendance politique est encore inconnue. Il faut y ajouter quatre conservateurs modérés ayant été soutenus par les réformateurs et cinq représentants des minorités religieuses qui n'ont généralement pas d'affiliation politique. Un second tour sera organisé en avril pour pourvoir à 69 sièges où aucun des candidats n'a récolté un nombre suffisant de voix pour pouvoir être élu au premier tour.
Les réformateurs, qui avaient en partie boycotté les législatives de 2012, n'avaient qu'une trentaine de députés – contre environ 200 aux conservateurs – dans le Parlement sortant.
Avec leurs alliés modérés, ils en auront au moins trois fois plus dans la prochaine Assemblée. Le Parlement comptera au moins quatorze femmes, en majorité réformatrices, contre neuf auparavant, toutes conservatrices. La plupart des ultraconservateurs ont perdu leur siège au Parlement et le président Rohani pourra, outre ses propres soutiens, compter sur les voix de députés conservateurs modérés sur certains dossiers ou réformes. Ces résultats sont pour M. Rohani un encouragement à poursuivre dans la voie de l'ouverture, sept mois après la conclusion d'un accord entre les grandes puissances et l'Iran sur son programme nucléaire, qui lui a permis de sortir le pays de l'isolement.
Avant la fin de son premier mandat de quatre ans, en 2017, le président Rohani entend s'appuyer sur les retombées financières attendues par la levée de la plupart des sanctions depuis mi-janvier – rendue possible par l'accord nucléaire – pour relancer l'économie et mener à bien des réformes économiques et sociales.
Sauf surprise, il devrait se représenter pour un second et dernier mandat, conformément à la Constitution.
Le président du Parlement sortant, Ali Larijani, un conservateur modéré, a estimé qu'après les élections, les efforts « doivent se tourner vers la convergence » des forces « pour faire avancer les objectifs » nationaux et internationaux de l'Iran. L'ancien président réformateur Mohammad Khatami (1997-2005), architecte du rapprochement entre les réformateurs et les modérés de Rohani, a salué de son côté « la solidarité, l'unité et la coalition des forces qui veulent réformer » le pays.

Victoire symbolique
Les réformateurs et modérés ont également remporté une victoire symbolique à l'élection de l'Assemblée des experts qui est chargée de nommer le guide suprême.
Ce scrutin a eu lieu en même temps que les législatives. Le taux de participation a été de 60 % dans les provinces, 50 % à Téhéran pour ces deux élections. Deux figures conservatrices religieuses de l'Assemblée, dont son président l'ayatollah Mohammad Yazdi, et l'ayatollah Mohammad Taghi Mesbah Yazdi, ont été battues à Téhéran. Les réformateurs et modérés avaient mené campagne pour les faire battre. Ils n'ont en revanche pas réussi à faire éliminer l'ayatollah Ahmad Janati, le chef du puissant Conseil des gardiens de la Constitution, déterminant dans la vie politique iranienne.
L'ancien président modéré Akbar Hachémi Rafsandjani arrive en tête à l'Assemblée des experts, suivi par le religieux conservateur Mohammad Emami Kashani, et le président Rohani lui-même. MM. Rafsandjani et Rohani avaient présenté une liste séparée pour éliminer les figures conservatrices les plus marquantes de l'Assemblée des experts qui reste néanmoins dominée par les conservateurs. Cette Assemblée, élue pour huit ans, pourrait être amenée à jouer un rôle essentiel au cours de son mandat, le guide suprême actuel, Ali Khamenei, étant âgé de 76 ans.
L'ayatollah Sadegh Larijani, nommé par le guide et qui dirige l'autorité judiciaire d'Iran, réélu à l'Assemblée, a dénoncé ceux qui ont « essayé de manière coordonnée avec les médias américains, britanniques (...) de faire éliminer certains serviteurs du peuple de l'Assemblée des experts ».
La percée des candidats pro-Rohani aux législatives est particulièrement significative à Téhéran où ils raflent les 30 sièges, détenus jusqu'alors par les conservateurs. En revanche, en province, les conservateurs sont arrivés le plus souvent en tête. Les trois derniers présidents iraniens, le modéré Akbar Hachémi Rafsandjani (1989-1997), le réformateur Mohammad Khatami (1997-2005) et le conservateur Mahmoud Ahmadinejad (2005-2013) avaient obtenu la majorité au Parlement après leur arrivée au pouvoir.

(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE CAMP DES MODERES... COIFFE DE L,IMMODERE...

Pierre Hadjigeorgiou

Des élections toutes truquées qui ne permettent pas a l'Iran d'effectuer un vrai revirement. Leur système a été bâti pour empêcher toute velléité de vraies réformes. Seule une nouvelle revolution changera la situation. Sinon, pour les Iraniens cela reste une bouffée d'air frais avant la prochaine tempête conservatrice.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants