X

Culture

Le violon de Hope raconte les notes de Béchara el-Khoury

Musique
19/02/2016

Sortie, chez le label Deutsch Gramophone, du dernier disque du grand violoniste britannique Daniel Hope, conçu en forme d'hommage au violoniste disparu Yehudi Menuhim, qui aurait fêté ses 100 ans en avril 2016. Cet extraordinaire enregistrement couvre tout ce qui a marqué le répertoire pour violon à travers les siècles (Vivaldi, Mendelssohn, Elgar, Bartok, Enescu, qui fut le professeur de Menuhim, Ravel, etc.). Mais plus important encore, cet opus, qui a reçu un accueil triomphal de la critique et du public, contient Unfinished Journey, une œuvre du grand compositeur libanais Béchara el-Khoury.

Œuvre lancinante qui prend aux tripes, conçue en forme de concerto, Unfinished Journey (8 mn), pour violon et orchestre à cordes, avait été commandée par Daniel Hope et le Festival Menuhim de Gstaad en 2009, pour marquer le dixième anniversaire de la disparition du violoniste. La pièce se déploie comme une joute entre l'orchestre qui forme un tapis de cordes, et le soliste qui fait pleurer et même gémir son violon dans une symphonie de couleurs harmoniques si bien restituées par le talent de Daniel Hope. Ce dernier, à l'instar de Kurt Masur, Daniel Harding, Daniele Gatti, James Conlon, Patrick Messina ou d'Emmanuel Pahud, fait partie de ces grands interprètes qui ont trouvé dans la musique de Béchara el-Khoury un langage intellectuel et affectif nourrissant leur sensibilité et leur virtuosité. Ce qu'il dit lui-même de la musique de Béchara el-Khoury ? « C'est une voix unique et authentique dans la musique contemporaine. Son langage postromantique est teinté de couleurs orientales. »

Daniel Hope donnera un récital le 22 mars au théâtre des Champs-Élysées à Paris où il interprétera entre autres la pièce de Bechara el-Khoury. Ce concert s'inscrit dans le cadre d'une tournée mondiale de plusieurs mois en Europe, aux États-Unis, en Amérique latine et dans le Sud-Est asiatique, où, à chaque fois, Unfinished Journey était longuement acclamé. Impossible de réserver des places, le concert est complet depuis plusieurs mois déjà...
Espérons qu'un jour le Liban rendra hommage comme il se doit à l'un de ses fils lequel, depuis son exil, porte si haut les couleurs de son pays dans le ciel musical du monde entier.

 

Pour mémoire
Trois concertos de Bechara el-Khoury disponibles chez Naxos

Le « Voyage inachevé » de Béchara el-Khoury au Théâtre des Champs-Élysées

Béchara el-Khoury ovationné salle Pleyel à Paris

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué