Rechercher
Rechercher

repère

En Syrie, près d'un demi-million de civils vivent assiégés

Quelles sont les régions assiégées et par qui? Où l'aide a-t-elle été livrée? Comment réagit la communauté internationale?

Au total, 486.700 personnes vivent assiégés en Syrie, dont plus de la moitié par le régime, alors qu'un total de 4,6 millions de personnes vivent dans des zones dites "difficilement accessibles", selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu (OCHA). AFP / LOUAI BESHARA

En près de cinq ans de conflit en Syrie, les sièges sont devenus une arme de guerre redoutable utilisé principalement par le régime mais également par les rebelles et l'organisation Etat islamique (EI).

Combien de personnes sont assiégées?

Au total, 486.700 personnes vivent assiégés en Syrie, dont plus de la moitié par le régime, alors qu'un total de 4,6 millions de personnes vivent dans des zones dites "difficilement accessibles", selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu (OCHA).


Quelles sont les régions assiégées?

Les sièges imposés par le régime
Ils se trouvent principalement autour de la capitale Damas. Les localités qui sont les plus touchées sont Douma, Erbine, Zamalka dans la région de la Ghouta orientale, ainsi que Mouadamiyat al-Cham dans la Ghouta occidentale, toutes contrôlées par les rebelles. Dans cette province, sont aussi concernées Madaya et Zabadani, où des cas de famine ont été rapportés, provoquant une mobilisation internationale.

Les militants accusent le régime de Bachar el-Assad de recourir aux sièges pour forcer les rebelles à déposer les armes et dans certains cas, les sièges ont été levés ou temporairement allégés au cours de trêves. La ville de Mouadamiyat al-Cham par exemple a été assiégée début 2013 avant que les conditions ne s'améliorent à la faveur d'une trêve un an plus tard. Elle a été classée de nouveau comme ville assiégée par l'Onu en janvier, le régime ayant imposé de nouvelles restrictions qui continuent de provoquer des pénuries de nourriture.

- Les sièges imposés par les rebelles
Les insurgés utilisent la tactique du siège contre les localités chiites de Nebbol et Zahra dans la province d'Alep (nord), et celles de Foua et Kafraya dans la province d'Idleb (nord-ouest).
Ils ont tenté de lier le sort de Foua et Kafraya à celui de Zabadani et Madaya, exigeant que toute aide parvenant aux villages loyalistes soit également livrée à ces deux villes rebelles.
Les rebelles islamistes y compris la branche d'el-Qaëda en Syrie, le Front al-Nosra, encerclent depuis 2014 la ville d'Afrine dans la province d'Alep, qu'ils n'arrivent pas à prendre aux forces kurdes.

- Les sièges imposés par l'EI
Le groupe jihadiste assiège depuis janvier 2015 la ville de Deir Ez-Zor dans l'est de la Syrie où vivent plus de 200.000 personnes. L'organisation extrémiste contrôle la plupart de la province éponyme, encerclant de facto les quartiers de la ville encore contrôlés par le régime. Contrairement aux zones rebelles assiégées par le régime, ce dernier a été capable de livrer de l'aide aux régions qu'elle contrôle comme Deir Ez-Zor et Foua et Kafraya par largage aérien.


Où l'aide a-t-elle été livrée?

L'aide a été livrée de manière irrégulière à plusieurs zones assiégées, mais les ONG humanitaires affirment que l'accès reste insuffisant.
Des convois de camions chargés de nourriture, de médicaments et de couvertures sont entrés à Madaya, Foua et Kafraya à plusieurs reprises en janvier. Mais selon Médecins sans frontières, au moins 16 personnes sont mortes à Madaya depuis la mi-janvier malgré cette aide supplémentaire.
La livraison de l'aide est un processus semé d'embûches, avec des convois souvent annulés à la dernière minute en raison du retrait de l'autorisation ou la reprise des combats.
En raison de ces obstacles, l'Onu n'a pu secourir l'an dernier que moins de 10% des civils difficiles à atteindre, et 1% seulement des Syriens assiégés.
Le patron des opérations humanitaires de l'Onu Stephen O'Brien a récemment déploré que le gouvernement syrien n'avait "pas répondu à près de 75% des demandes" d'autorisation pour des convois humanitaires inter-agences.



Comment réagit la communauté internationale?


Le Conseil de sécurité de l'Onu a appelé à plusieurs reprises à un accès humanitaire sans conditions en Syrie et la levée de tous les sièges, notamment dans sa résolution la plus récente, la 2254.
L'opposition syrienne a exigé que cette résolution soit appliquée avant de participer aux pourparlers de Genève organisés par l'Onu.

 

Lire aussi

Dans Madaya affamée, un habitant raconte le calvaire

« Assez ! Il faut mettre fin à la souffrance des Syriens, mettre fin à ce conflit »

En 2015, la guerre en Syrie a fait plus de 55.000 morts

Le monde en partie responsable de la pire année en Syrie ?

La "mission impossible" des ONG en Syrie


En près de cinq ans de conflit en Syrie, les sièges sont devenus une arme de guerre redoutable utilisé principalement par le régime mais également par les rebelles et l'organisation Etat islamique (EI).


Combien de personnes sont assiégées?


Au total, 486.700 personnes vivent...

commentaires (0)

Commentaires (0)