X

À La Une

En 2015, la guerre en Syrie a fait plus de 55.000 morts

conflit

Le Hezbollah a perdu 378 hommes durant l'année écoulée, selon l'OSDH.

OLJ/AFP
01/01/2016

Plus de 55.000 personnes ont été tuées en Syrie en 2015, dont plus de 2.500 enfants, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) alors que le pays est depuis cinq ans le théâtre d'un conflit sanglant.
L'ONG basée en Grande-Bretagne a par ailleurs indiqué que ce bilan portait à plus de 260.000 le nombre total de morts depuis le début du conflit en mars 2011, dans leur grande majorité des combattants.

Pour la seule année 2015, 55.219 personnes ont péri, dont 13.249 civils parmi lesquels figurent 2.574 enfants.
Un chiffre en recul par rapport à l'année 2014, durant laquelle les violences ont coûté la vie à 76.021 personnes.

La majorité des morts sont des combattants, dont 7.798 rebelles et plus de 16.000 jihadistes du groupe Etat islamique (EI), du Front al-Nosra -la branche syrienne d'el-Qaëda--, ou de milices associées, engagés contre le président Bachar el-Assad.
Au total, 17.686 personnes sont tombées dans les rangs du régime, dont plus de 8.800 soldats de l'armée, plus de 7.000 membres de milices pro-Assad, et 378 hommes du Hezbollah, engagé aux côtés de Damas.
Quelque 1.214 combattants étrangers ont également été tués, selon l'OSDH, qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales à travers le pays en guerre.
Par ailleurs l'ONG précise que 274 personnes décédées n'ont pas pu être identifiées.

Depuis le début du conflit, qui a débuté par la répression de manifestations pacifiques et évolué en une guerre complexe opposant nombre d'acteurs et impliquant des puissances étrangères, l'ONG a documenté la mort de 260.758 personnes, dont plus de 76.000 civils.
Les combats ont également coûté la vie à 40.121 jihadistes, alors que l'aviation russe et une coalition internationale menée par les Etats-Unis sont récemment intervenues dans le conflit pour lutter contre les groupes extrémistes.

 

Lire aussi
Dans la Syrie en guerre, le calvaire des déplacés pour se loger

Retour sur quatre ans d'efforts pour tenter de régler le conflit en Syrie

La mort de Allouche remet en question les négociations de paix

De l’attaque à la défense : l’EI change de stratégie

 

Repère
Les places fortes gagnées ou perdues par l'EI en Irak et en Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

POURQUOI ALORS PARLE-T-ON TOUJOURS DE 250.000.- MORTS DEPUIS 2014... CELA DEVRAIT FAIRE 305.000.- MORTS...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants