X

À La Une

La "mission impossible" des ONG en Syrie

Guerre

"Il y a une énorme frustration car ce qui est déployé n'est pas du tout à la hauteur des besoins. C'est une crise humanitaire sans précédent", témoigne la responsable de MSF dans la région.

OLJ/AFP/Pauline FROISSART
15/03/2015

Comment venir en aide à des millions de Syriens face à un gouvernement qui distribue des autorisations au compte-gouttes, un groupe État islamique (EI) hostile et une opposition atomisée ? C'est presque "mission impossible" pour les organisations humanitaires.

Au moment où la Syrie entre dans la cinquième année d'un conflit d'une violence extrême, de nombreuses ONG redisent leur amertume. "Il y a une énorme frustration car ce qui est déployé n'est pas du tout à la hauteur des besoins. C'est une crise humanitaire sans précédent", témoigne Dounia Dekhili, responsable de Médecins sans frontières (MSF) dans la région, en confiant n'avoir "jamais vu un environnement où l'action humanitaire était à ce point empêchée". "C'est un conflit marqué par une chasse de la part du régime de Damas des personnels de santé parce qu'on soigne l'opposition et par l’État islamique parce qu'on est des mécréants", commente Jean-Hervé Bradol, du Centre de Réflexion sur l'action et les savoirs humanitaires (Crash), abrité par la Fondation MSF.

Capable de déployer des moyens considérables, MSF ronge son frein en Syrie: pas d'autorisation pour travailler en zone gouvernementale, pas d'interlocuteurs valables dans l'opposition où les groupes se font et se défont... Et un contexte extrêmement périlleux. Si l'ONG avait réussi à rester dans les zones investies par l’État islamique, l'enlèvement de cinq de ses volontaires en janvier 2014 (libérés cinq mois plus tard) a fait voler en éclats le fragile accord et mis un terme à la présence de personnel expatrié.
Comme la plupart des ONG, MSF, qui a toujours six structures médicales dans le pays, travaille désormais avec du personnel local, moins visé par les enlèvements.

 

(Lire aussi : En Syrie, la lumière a quasiment disparu)

 

"Prise de risques considérable"
Mais "c'est difficile de trouver du personnel qualifié", des millions de Syriens, médecins et infirmiers compris, ayant fui les combats, souligne Rob Drouen, responsable régional d'Action contre la faim (ACF).
Et pour les Syriens employés dans les organisations humanitaires, "c'est une prise de risques considérable", se désole Léa Gibert, chargée de la crise syrienne à Médecins du monde (MDM).

Parmi les rares ONG autorisées par Damas, le Secours islamique France se félicite d'être "là où il y a besoin d'aide" mais a toutefois dû se plier à des conditions: comme celle de ne pas "travailler avec des associations locales", explique Stéphane Lobjois, chargée du pôle Urgences. Pas question non plus de travailler dans les zones non contrôlées par le gouvernement: "On aurait des chances de se faire expulser".

"L'aide humanitaire impartiale en temps de guerre n'est jamais facile mais là il y a un maximum de complexité et de danger. A côté, la Somalie et l'Afghanistan, qui sont des terrains durs, nous paraissent plus simples", analyse Jean-Hervé Bradol. "Ça s'avère un peu mission impossible", résume Léa Gibert.

 

(Lire aussi : Le monde en partie responsable de la pire année en Syrie ?)

 

Face à l'impossibilité de fournir l'aide nécessaire, les ONG pointent du doigt la communauté internationale, incapable de faire appliquer les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu visant à protéger les civils. Quatre ans après le début du conflit, "l'accès humanitaire ne s'est pas amélioré : (en 2014) 4,8 millions de personnes résident dans des zones qualifiées de +difficiles d'accès+ par l'Onu, soit 2,3 millions de plus qu'en 2013", s'alarme une coalition d'organisations humanitaires dans un rapport paru jeudi.

"Sur les 34 postes-frontières de la Syrie, seuls cinq sont actuellement ouverts aux convois humanitaires, neuf font l'objet de restrictions et tous les autres restent fermés", constatent avec dépit les organisations.
Elles espèrent que le triste anniversaire du conflit mettra un peu de lumière sur la catastrophe humanitaire mais "on a l'impression que ça tombe complètement dans l'oubli", témoigne Léa Gibert, de Médecins du monde. "On se sent un peu seuls".

 

Repère
Plus de 210 000 morts, 10 millions de déplacés... Les chiffres tragiques de 4 ans de guerre en Syrie

 

Lire aussi
Les États-Unis ne veulent pas d'un effondrement des "institutions" en Syrie

Près de 13 000 Syriens morts sous la torture dans les geôles du régime depuis 2011

Zaatari, camp de réfugiés syriens devenu ville 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Envoyez donc zoro; le tout-puissant abdelrahman de osdh, l'homme de londres ou si vous préférez, de l'ombre (...) qui a pour "noble" mission de compter les macchabées en Syrie pour le comptes des mafieux anti-Assad afin de les attribuer dans le cadre de la propagande occidentale sionisée personnellement siouplé à Bachar, sa femme Asma, à leurs enfants... et à leur chat!! Si si, il est responsable aussi... il avait qu'à choisir un autre maitre, hein!?

ON DIT QUOI ?

Pour la seconde fois en l'espace d'une semaine,
l'Armée de l'Air syrienne a violemment bombardé le centre de commandement des terroristes d'Al Nosra dans la banlieue de Quneitara , tuant et blessant 120 chefs terroristes. selon Raï al Youm, le cent com des terroristes nosra se trouvait dans la localité de Lawa al Az à Al Savissa . cette seconde attaque a provoqué de très lourds dégâts et éliminé plusieurs commandants du mouvement terroriste. l'un des trois chefs de guerre ainsi tués était originaire de Daraa . les blessés ont été évacués dans l'hôpital Al Shajara dans le sud ouest de Sayda au Golan syrien soit près des frontières jordaniennes . Nosra a tenté de dissimuler les dégâts et les pertes de cette seconde attaque produite samedi l'après midi. début mars , la réunion des commandants d'Al Nosra a été pris pour cible de raids de l'aviation syrienne .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants