X

La Dernière

Le Libano-Britannique Rani Raad prend les rênes de CNN International Commercial

La bonne nouvelle du lundi

Crise des déchets, attentats, coupures d'électricité, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

01/02/2016

En quelques années, Rani R. Raad a rapidement gravi les échelons au sein de CNN, l'empire médiatique américain, jusqu'à en devenir l'un des acteurs majeurs. Le 18 janvier dernier, ce Libano-Britannique de 39 ans a été nommé à la tête de la société CNN International Commercial, qui gère l'ensemble des activités commerciales du géant américain des médias. Une belle promotion pour celui qui occupait les fonctions de vice-président exécutif et directeur commercial de CNN International depuis 2013.

Rani Raad était également en charge de l'information, du divertissement et des chaînes pour enfants pour la Turquie, le Moyen-Orient et l'Afrique au sein de Turner International, la maison mère de CNN International, filiale de Time Warner, ainsi que du développement commercial de CNN à l'extérieur des États-Unis. Avec cette promotion, il devient également responsable du développement de la stratégie commerciale de Turner International.

La promotion que M. Raad vient de décrocher récompense un travail de trois ans qui consistait à réunir l'ensemble des activités commerciales des différentes plateformes de CNN à travers le monde au sein d'une même entité. « Rani a un bilan remarquable », indique dans un communiqué son supérieur hiérarchique Gerhard Zeiler, président de Turner International, qui vante le résultat des ventes publicitaires et de contenus menées par le Libanais sur les marchés internationaux.

« Le Liban restera toujours mon chez-moi »
Rani Raad cultive une véritable passion pour les médias depuis l'enfance. « La famille a les médias dans le sang depuis de nombreuses années », explique-t-il à L'Orient-Le Jour. Son père, Ramzi Raad, est le fondateur de l'agence de publicité TBWA/Raad, basée à Dubaï et présente depuis plus de 14 ans dans le Maghreb et le Moyen-Orient. « Je le considère comme le publicitaire le plus accompli de la région », dit M. Raad.

Bien que né à Dubaï, Rani Raad attache beaucoup d'importance à ses racines libanaises. « Mes liens avec le Liban sont très profonds. Ma famille est originaire du petit village de Aïn Zhlata, dans les montagnes du Chouf. Malgré le fait d'avoir vécu et grandi dans plusieurs pays, le Liban reste et restera toujours mon chez-moi », confie-t-il. « Je mets un point d'honneur à venir au Liban le plus souvent possible. Lorsque j'y suis, je me rends à Aïn Zhalta pour voir la vieille maison de la famille, baptisée Dar el-Tawfik, du nom de mon arrière-grand-père», raconte-t-il. C'est dans cette maison que lui et son épouse ont célébré leur mariage.

Parmi les Arabes les plus puissants en 2015
L'ascension de Rani Raad au sein de CNN a été fulgurante. Après avoir étudié au SI Newhouse School of Public Communications à l'Université de Syracuse à New York, considérée comme l'une des plus prestigieuses écoles de journalisme aux États-Unis, il intègre la société Turner en tant que simple assistant de recherche.
«Ce qui m'a conduit à rejoindre l'équipe de CNN, c'est sa puissance, capable à la fois d'influer sur le cours des événements et de s'adresser à des téléspectateurs à travers le monde entier », affirme-t-il. « Originaire d'une région du monde qui fait face à d'énormes défis, je voulais faire partie d'une organisation qui pouvait me permettre de jouer un rôle, aussi modeste soit-il, dans l'évolution du monde ainsi que de donner la parole aux gens », précise-t-il.

Cinq ans plus tard, il est nommé vice-président chargé des ventes publicitaires pour le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Europe du Sud. Les premières récompenses tombent rapidement. En 2011, le Forum économique mondial le nomme jeune leader global pour sa contribution à l'industrie des médias. En 2013, le magazine économique panarabe Arabian Business l'installe à la 71e place de son classement des 500 Arabes les plus influents dans le monde. En 2015, il grimpe à la 13e place.

«Ces récompenses sont flatteuses, mais je n'y pense pas vraiment, assure M. Raad. Je me concentre sur mon travail, qui est d'aider CNN à grandir et de soutenir nos partenaires commerciaux. »
À ce titre, Rani Raad estime que le Moyen-Orient constitue une cible privilégiée pour la chaîne d'information. « Nous avons d'importantes ressources, aussi bien éditoriales que commerciales, au Moyen-Orient. C'est une région très importante pour nous, certes en raison des défis auxquels elle doit faire face, mais aussi des opportunités qui y existent », souligne-t-il.

 

*Cet article a été modifié le lundi 1er février 2016 à 14h.

 

Dans la même rubrique

Antoine Chédid, « ambassadeur de l'année » aux États-Unis

En Égypte, un groupe hospitalier dirigé par un Libanais récompensé pour son excellence

Le Libanais Adrian Lahoud, nouveau doyen d'une prestigieuse école d'architecture à Londres

L'AUB, meilleure université de la région pour son engagement civique

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Pas une fierté pour un journal aussi insipide.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

David Hale à Beyrouth pour affirmer le maintien de la présence US au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué