Liban

Coup d’envoi du programme des centres de soins de santé primaires

Initiative
N. M. | OLJ
29/01/2016

Le ministère de la Santé a lancé hier Le programme de soins de santé primaires, un premier pas nécessaire vers la couverture sanitaire globale, au cours d'une conférence de presse qui s'est tenue au Grand Sérail, sous le patronage et en présence du Premier ministre, Tammam Salam.
Les soins de santé primaires, tels que définis dans la Déclaration d'Alma Ata, sont « des soins de santé essentiels fondés sur des méthodes et des techniques pratiques, scientifiquement valables et socialement acceptables, rendus universellement accessibles à tous les individus et à toutes les familles de la communauté avec leur pleine participation et à un coût que la communauté et le pays peuvent assumer (...) ».
Partant de ce principe et dans le cadre de ce programme, quelque 214 centres de soins de santé primaires répartis sur l'ensemble du territoire libanais assureront aux citoyens libanais un large spectre de services et de soins curatifs et préventifs dans les domaines de « la médecine générale, la médecine de famille, la pédiatrie, la gynécologie et la cardiologie », précise à L'Orient-Le Jour Randa Hamadé, chef du département de soins de santé primaires et directrice du Programme national de vaccination au ministère de la Santé. « Seront également assurés les médicaments, la vaccination, les examens laborantins et radiologiques, le dépistage de maladies métaboliques comme le diabète, l'hypertension, etc., ajoute-t-elle. En contrepartie, le patient libanais paiera une somme symbolique allant de 8 000 à 18 000 LL. »
Parallèlement, « nous lançons un programme avec la Banque mondiale qui consiste à couvrir entièrement les frais de soins médicaux de 150 000 citoyens libanais dans soixante-quinze de ces centres », poursuit Randa Hamadé. Ces personnes ont été choisies sur base des résultats d'une étude sociale menée par le ministère des Affaire sociales. Et la responsable d'insister : « Le centre de soins de santé primaires n'est pas un dispensaire. Ces centres sont accrédités par Agrément Canada. Ils répondent à une liste de critères qui ne s'imposent pas aux dispensaires. »
Il est à noter que « les soins et les services assurés par ces centres bénéficient à tous les citoyens, indépendamment d'une éventuelle couverture par une assurance ou un tiers payant public, la Caisse nationale de Sécurité sociale à titre d'exemple », note Randa Hamadé. « Toutefois, le patient ne peut pas choisir un service, dans le sens qu'il ne peut pas aller chez son médecin et puis venir retirer les médicaments de ce centre, avance-t-elle. C'est tout un paquet de services que le patient prend, allant de la consultation médicale à la remise des médicaments en passant par les examens nécessaires. »
Le directeur du ministère de la Santé, Walid Ammar, fait remarquer que pas un seul pays au monde ne réussit à satisfaire toutes les revendications du peuple. « Au Liban, pour pouvoir couvrir entièrement les frais de santé de l'ensemble des citoyens, il faudrait développer un nouveau contrat social, observe-t-il. Cela nécessite du temps et une augmentation d'au moins 250 % du budget alloué au ministère de la Santé, relève-t-il. Ce que nous proposons, c'est d'améliorer la santé des citoyens, dans la mesure des possibilités dont nous disposons. Tel est le but de ce programme de soins de santé primaires que nous lançons. D'ailleurs, grâce à ce programme, nous avons réussi à réduire considérablement la facture de santé au Liban, qui est passée de 12,5 % du PIB en 1990 à 7,3 % du PIB actuellement. Nous avons également réussi à réduire au cours de la même période la part des frais médicaux que le patient doit payer, qui est passée de 60 à 37 %. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants