X

À La Une

L'exécution du cheikh Nimr exacerbe les tensions au Moyen-Orient

Arabie saoudite/Iran

L'ambassade saoudienne à Téhéran en partie détruite par des manifestants en colère.

OLJ/AFP
03/01/2016

L'exécution en Arabie saoudite d'un dignitaire chiite saoudien exacerbait dimanche les tensions déjà vives au Moyen-Orient, en particulier en Iran où l'ambassade saoudienne à Téhéran a été en partie détruite par des manifestants en colère.

La mise à mort du cheikh Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime saoudien, a provoqué la colère dans les communautés chiites d'Arabie saoudite, d'Irak, du Liban, de Bahreïn et du Yémen. Elle suscite aussi l'inquiétude de l'Onu, des États-Unis et de l'Union européenne (UE) qui craignent qu'elle n'enflamme davantage les tensions entre chiites et sunnites dans la région.

Le dignitaire chiite de 56 ans a été exécuté samedi avec 46 autres personnes, dont un Tchadien et un Égyptien, condamnées pour "terrorisme". La plupart d'entre elles étaient des jihadistes du groupe jihadiste sunnite el-Qaëda. "Sans aucun doute, le sang de ce martyr versé injustement portera ses fruits et la main divine le vengera des dirigeants saoudiens", a averti dimanche le guide suprême iranien, l'ayatollah Khamenei.

Quelques heures plus tôt, en milieu de nuit, des centaines de personnes en colère ont attaqué à coups de cocktails Molotov l'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran dans laquelle ils ont réussi à pénétrer. "Le feu a détruit l'intérieur de l'ambassade", a déclaré à l'AFP un témoin. Le consulat saoudien à Mashhad (nord-est) a également été attaqué. Le procureur de Téhéran a annoncé l'arrestation de 40 manifestants et quatre autres personnes ont été arrêtées à Mashhad.

 

(Lire aussi : Droits de l'homme : la voie saoudienne, l’édito d'Emilie Sueur)

 

Manifestations à Téhéran
Tout en dénonçant l'exécution, le président Hassan Rohani a qualifié d'"injustifiables" les attaques contre les représentations saoudiennes, que la police diplomatique a été chargée de "protéger".

Plus d'un millier de personnes ont manifesté dimanche sans incidents en deux lieux différents à Téhéran pour protester contre l'exécution du dignitaire chiite saoudien. Un rassemblement s'est notamment tenu à proximité de l'ambassade d'Arabie saoudite, malgré l'interdiction du gouvernement pour éviter de nouveaux dérapages. Avant d'être dispersés par la police anti-émeutes, les manifestants ont crié "mort à al-Saoud", du nom de la famille régnante à Riyad et des drapeaux américains et israéliens ont été brûlés. La rue où est située l'ambassade a été rebaptisée du nom du dignitaire chiite exécuté, selon l'agence Isna.

Si l'indignation et la colère sont particulièrement fortes en Iran, pays musulman à 90% chiite et grand rival de l'Arabie saoudite à majorité sunnite, des chiites ont également manifesté en Arabie saoudite, à Bahreïn et en Irak, dans la ville sainte chiite de Kerbala (centre). L'ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité chiite en Irak, a qualifié d'"agression" le "versement du sang pur" des exécutés.

Au Liban, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'en est violemment pris à l'Arabie saoudite et a qualifié l'exécution du cheikh de "crime commis par les Saoud".

 

(Lire aussi : La famille du jeune Saoudien Ali al-Nimr craint une exécution imminente)

 

Éviter l'escalade
Mohammed al-Nimr, frère du cheikh qui avait mis en garde contre "la colère des jeune" chiites saoudiens, a dit avoir reçu "un appel des autorités chargées de (la) sécurité" l'informant "que les corps des martyrs ont été enterrés dans les cimetières des musulmans et ne seront pas rendus à leurs familles". Le cheikh Nimr avait été condamné à mort en octobre 2014 pour "terrorisme", "sédition", "désobéissance au souverain" et "port d'armes" par un tribunal de Riyad.

Au-delà du Moyen-Orient, son exécution préoccupe les États-Unis, soutien traditionnel de l'Arabie saoudite, qui craignent que les "tensions communautaires" dans ce pays "s'exacerbent à un moment où il est urgent de les apaiser". Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a appelé "tous les dirigeants de la région à chercher à éviter l'exacerbation des tensions sectaires". Le haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a "profondément" regretté l'exécution "en une seule journée" de 47 personnes en Arabie saoudite.

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a de son côté eu un entretien avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. Ils ont estimé qu'"aucun effort ne devait être épargné pour maintenir la situation sous contrôle et éviter une escalade des tensions sectaires. La sécurité et la stabilité de l'ensemble de la région, qui fait déjà face à de graves menaces, est en jeu", selon un communiqué de l'UE.

L'exécution de Nimr al-Nimr, qui avait étudié dans la ville sainte de Qom en Iran, risque en effet d'aggraver encore la rivalité entre Téhéran et Riyad qui s'opposent dans les crises régionales, en particulier en Syrie et au Yémen.

 

Pour mémoire

La mère d'un jeune Saoudien menacé d'exécution en appelle à Obama

Le père d'un jeune Saoudien menacé d'exécution et de crucifixion appelle le roi Salmane à la clémence

L'épouse de Raef Badaoui reçoit le prix Sakharov en son nom

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Dites vous parler de l'Arabie saoudite et on y voit des chiites manifester en plein Arabie saoudite contre le royaume (même si le slogan n'est pas prononcer)

Maintenant ma question est ce que si c'était le cas inverse les sunnite AURAIENT PU MANIFESTER À TÉHÉRAN COMME LES CHIITES MANIFESTE EN ARABIE SAOUDITE ?!?!?

Atalante fugitive

Il devrait commencer par ne pas torturer et executer ses propres opposants politiques, le representant sur terre de "La main divine".

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C'ÉTAIT UN ACTE CONDAMNABLE ET BARBARE CONTRE UN RELIGIEUX... LE PIRE... L'UNE DES FACES DE LA MÊME MONNAIE CONDAMNE L'AUTRE... MAIS ELLE EXÉCUTE DE LA MÊME FAçON...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Läâmâh ! Il fait peur !

M.V.

Voilà ...qu'au 21ème siècle... nous chutons dans le passé du moyen-âge...de l'assemblée des hachichines d' Alamut ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants