Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Disparition de Moussa Sadr : Hannibal Kadhafi aurait révélé des informations "décisives"

Interrogé au Liban, le fils du défunt dictateur libyen aurait livré des informations sur l'opération de diversion des services secrets de Tripoli, faisant croire que l'imam chiite aurait été à Rome.

Cette photo, prise au début des années 1970, montre l'imam chiite Moussa Sadr. Photo d'archives AFP

Après avoir été interrogé lundi pendant plus de trois heures au Palais de Justice de Beyrouth par le juge Zaher Hamadé, chargé du dossier de la disparition de l'ancien président du Conseil supérieur chiite, l'imam Moussa Sadr, lors d'une visite en Libye en 1978, Hannibal Kadhafi a été mis en examen, soupçonné de détenir des informations sur ce dossier.

Lors de son interrogatoire, le fils du défunt dictateur libyen Mouammar Kadhafi aurait révélé des informations "décisives" qui pourraient enfin faire toute la lumière sur la disparation de Moussa Sadr, dont le sort reste jusqu'à présent inconnu, indique le juge Hassan el-Chami, rapporteur du comité national chargé du suivi de l'affaire, interrogé par L'Orient-Le Jour.
"Il s'agit de l'une des plus importantes avancées" sur ce dossier depuis 2008, date de l'ouverture d'une instruction judiciaire par la justice libanaise dans cette affaire, explique-t-il. "C'est un véritable espoir pour nous car Hannibal Kadhafi est une mine d'informations", estime Hassan el-Chami. Ces informations concernent "l'opération de Rome", ajoute-t-il.

Figure charismatique de la communauté chiite dans les années 1960-1970 et fondateur du mouvement Amal, Moussa Sadr a disparu il y a 38 ans lors d'une visite officielle en Libye. Depuis la disparition de celui qui fut le chef du conseil supérieur chiite libanais, le Liban tenait Mouammar Kadhafi pour responsable de cette disparition. Mais ce dernier affirmait que le dignitaire chiite avait quitté le territoire libyen à bord d'un avion pour Rome.

En 2011, un ancien représentant de la Libye à la Ligue arabe, Abdel Moneim al-Honi, avait affirmé au journal panarabe Al-Hayat que Moussa Sadr avait été tué sur ordre de Kadhafi lors de sa visite en Libye et que son corps était enterré dans la région libyenne de Sebha (800 km au sud de Tripoli).

 

L'opération de Rome

"Hannibal Kadhafi aurait livré au juge Zaher Hamadé des informations détaillées sur l'opération de Rome en 1978, notamment sur l'identité des personnes y ayant pris part et même les vêtements qu'ils portaient au cours de cette opération", révèle le juge el-Chami. Selon lui, un agent des services secrets libyens se faisant passer pour l"imam Sadr aurait pris l'avion pour Rome afin de brouiller les pistes. Une théorie reprise par ceux qui accusent le pouvoir libyen d'avoir voulu éliminer le leader chiite et qui explique les éléments contradictoires du dossier. Le passeport et des affaires personnelles appartenant à l'imam chiite avaient en effet été retrouvés en 2004 à Rome. Mais le 16 juillet 2015, la justice italienne, via le procureur Monteleone et le juge Coccoluto, avait indiqué que Moussa Sadr et ses compagnons n'étaient jamais arrivés à Rome.

 

Un accès à toutes les informations

"En 1978, Hannibal Kadhafi avait trois ans, il ne pouvait pas être directement impliqué dans cette affaire", rappelle Hassan Chami. Mais nous sommes face à un personnage qui a des liens forts avec le Liban". Hannibal Kadhafi a en effet épousé la Libanaise Aline Skaff. "Il s'intéressait beaucoup à la disparition de Moussa Sadr et en discutait beaucoup avec des interlocuteurs libanais, ajoute-t-il. Et puis, Hannibal est le fils d'un dictateur qui avait la haute main sur l'appareil d'Etat libyen. Il avait, à ce titre, comme tous les membres de la famille de Mouammar Kadhafi, accès à toutes les informations qu'il voulait", poursuit-il.

Dans une vidéo diffusée par la chaîne libanaise al-Jadeed, quelques heures après son enlèvement vendredi dernier par un groupe armé non identifié dans la Békaa, alors qu'il venait de Syrie, Hannibal Kadhafi appelle "tous ceux qui ont des preuves au sujet du dossier de Moussa Sadr à les présenter sans tarder". "Cette vidéo ne laisse paradoxalement pas de place au doute, elle montre qu'il sait des choses", estime M. el-Chami.


Après avoir été libéré par ses ravisseurs et laissé sur la route de Baalbeck-Homs, dans la Békaa-nord, Hannibal Kadhafi a été pris en charge par les SR des FSI puis déféré devant la justice libanaise.

"Je m'attends à ce qu'il livre encore plus d'informations, notamment des noms de personnes impliquées pouvant être poursuivies ultérieurement", espère le juge libanais.

 

Lire aussi

Qui est le sulfureux Hannibal Kadhafi?

 

Après avoir été interrogé lundi pendant plus de trois heures au Palais de Justice de Beyrouth par le juge Zaher Hamadé, chargé du dossier de la disparition de l'ancien président du Conseil supérieur chiite, l'imam Moussa Sadr, lors d'une visite en Libye en 1978, Hannibal Kadhafi a été mis en examen, soupçonné de détenir des informations sur ce dossier.
Lors de son interrogatoire, le...
commentaires (3)

JE CROIS QU'IL RACONTE DES HISTOIRES... QU'IL SAIT QU'ON VEUT ENTENDRE...

LA LIBRE EXPRESSION

17 h 25, le 15 décembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • JE CROIS QU'IL RACONTE DES HISTOIRES... QU'IL SAIT QU'ON VEUT ENTENDRE...

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 25, le 15 décembre 2015

  • Un "OS" de plus !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 38, le 15 décembre 2015

  • c'est bien son pere qui a ordonner l'assassinat du GRAND MOUSSA SADR ... n'oublions pas que khaddafi etait partie prenante au debut de la guerre libanaises .. et la direction politique et sociale allaient a l'encontre des projets de khaddafi pour le liban .. d'ailleurs comme dans presque tous les pays africains et j'ai un grand exemple de ce qu'il a fait en Cote d'Ivoire !! VOILA PQ HOUPHOUET BOIGNY (qui est mon parrain de bapteme) a fait construire ce qu'il a construit a Yamoussoukro a 500 km de la capitale administrative !!

    Bery tus

    14 h 57, le 15 décembre 2015

Retour en haut