X

À La Une

Hannibal Kadhafi devant la justice libanaise lundi

Liban/Libye

Le fils de l'ancien dictateur libyen était depuis vendredi soir aux mains des SR des FSI qui l'ont interrogé.

OLJ/Agences
12/12/2015

Hannibal Kadhafi, l'un des fils de l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, brièvement enlevé vendredi par un groupe armé non identifié au Liban, et détenu ensuite par les SR des Forces de sécurité intérieure (FSI) , sera déféré devant la justice libanaise, lundi. C'est le juge Zaher Hamadé qui a chargé le chef des SR des FSI de lui présenter M. Kadhafi au Palais de Justice, afin d'entendre sa déposition.

Le juge Hamadé est chargé du dossier relatif à l'ancien président du Conseil supérieur chiite, l'imam Moussa Sadr, disparu au cours d'une visite en Libye en 1978.

 

Vendredi, la police libanaise a récupéré Hannibal Kadhafi et l'a interrogé, a dit à l'AFP une source de sécurité, sans préciser où le fils de Kadhafi a été libéré. Une autre source de sécurité a affirmé à l'AFP que Hannibal a été "enlevé par un groupe armé dans la région de la Békaa alors qu'il venait de Syrie avant d'être relâché dans la nuit de vendredi dans la même région".

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), Hannibal Kadhafi a été pris en charge par les SR des FSI après avoir été libéré par ses ravisseurs et laissé sur la route de Baalbeck-Homs, dans la Békaa-nord.

Le directeur général des FSI, le général Ibrahim Basbous, a pour sa part confié à certains médias que "les SR des FSI ont reçu un appel téléphonique de la part d'une personne affirmant qu'un groupe a kidnappé Hannibal Kadhafi et souhaite le livrer aux autorités. Les SR des FSI se sont donc rendus à l'endroit fixé par les ravisseurs, à Baalbeck. Après avoir vérifié son identité, qu'il a confirmée lui-même, les autorités ont emmené Hannibal Kadhafi à la direction générale des FSI à Beyrouth où elles l'ont interrogé". "Le reste des détails sera confirmé ou non par la déposition de Hannibal Kadhafi", a ajouté le général Basbous.

Né en 1975, Hannibal est marié avec une mannequin libanaise. Il avait défrayé la chronique en 2008, encore sous le règne de son père, après avoir été accusé en Suisse de violences sur des domestiques.

Il est apparu vendredi soir sur une vidéo diffusée par la chaîne libanaise al-Jadeed, pour affirmer qu'il "se portait bien". La provenance et la date de la vidéo n'ont pas été précisées.
Dans cette vidéo, Hannibal Kadhafi appelait "tous ceux qui ont des preuves au sujet du dossier de Moussa Sadr à les présenter sans tarder".

 

 

 

 


En 1978, le charismatique imam chiite avait été officiellement invité en Libye, où il était arrivé au mois d'août de cette année là, accompagné de son bras droit et d'un journaliste. Ils n'ont plus donné signe de vie depuis. Tripoli a toujours affirmé que l'imam avait quitté la Libye pour l'Italie. Depuis, la communauté chiite libanaise tient pour responsable de sa disparition l'ancien dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi.
 

Le juge Hassan el-Chami, rapporteur du comité national chargé du suivi de l'affaire de la disparition de l'imam Sadr, a assuré vendredi soir que le comité n'est pas impliqué dans cette affaire.

Après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, certains de ses enfants comme Hannibal, Mohammed et Aicha ainsi que sa femme Safia s'étaient dans un premier temps réfugiés en Algérie. Deux autres fils Saadi et Seif al-Islam sont détenus en Libye et trois autres Mouatassim, Seif al-Arab et Khamis ont été tués lors de la révolte libyenne.

 

Pour mémoire
La famille insatisfaite des efforts étatiques

Moussa Sadr serait-il décédé de "causes naturelles" en 1998 ?

Moussa Sadr a été "liquidé", deux heures et demie après son arrivée en Libye

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE N'EST PAS CHEZ HANNIBAAL GADDAFI NI CHEZ FEU SON PÈRE QU'IL FAUT CHERCHER LA DISPARITION DU LIBANAIS PAR EXELLENCE SAYED MOUSSA SADR DISPARU APRÈS S'ÊTRE RENDU EN ITALIE !
CHERCHEZ DANS LE TEMPS ET TROUVEZ SUR QUI LES AUTORITÉS ITALIENNES... REPORTÉ DANS LES MÉDIAS EN CE TEMPS... SI JE ME SOUVIENS BIEN... AVAIENT MIS LA MAIN DANS LE TRAFIC DE PERSONNES ENLEVÉES... MISES DANS DES CAISSES DIPLOMATIQUES... POUR VOYAGE...

Dounia Mansour Abdelnour

Cette histoire du fils Kadhafi cousue de fils blanc s'est jouée sur le territoire sous contrôle hezbollahi de Baalback.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ânibal, l'un des fils Kadhafi enlevé vendredi et détenu ensuite par les FSI, sera déféré devant le juge H'médé chargé du dossier Moussa Sadr "disparu en Libye en 78.
Une source de sécurité a affirmé que cet Ânibal a été enlevé par un groupe armé dans la Békaa, avant d'être relâché dans la nuit dans la même région. Selon elle, cet Ânibal a été pris en charge par les FSI après avoir été laissé par ses ravisseurs comme "par hasard" sur la route de Bäälbîck-Homs dans la Békaa-nord. Le directeur des FSI, Bassboûss, a confié que les FSI ont reçu de la part d'une personne affirmant qu'elle a kidnappé cet Ânibal et qu'elle souhaitait le livrer. Les FSI se sont donc rendus à l'endroit fixé : comme "par hasard", à Bäälbîck. Les autorités ont alors emmené cet Ânibal à Beyrouth où elles l'ont interrogé.
"Sacrés" chïïtes ! Qu'est-ce qu'ils peuvent bien vivre encore dans ce passé ! Ils sont encore à la recherche d'un "être disparu" et d'un passé révolu !
"Sacrés" fondamentalistes.... révolus !

ACQUIS À QUI

Je doute fort que ce groupe soit chiite.

On peut pas être aussi con pour croire qu'un fils kaddafii puisse être une monnaie d'échange avec des autorités lybiennes.

Ça serait plutôt que ce fils ait organise
Ou se serait laissé manipuler par un groupe anti chiite.

Ils sont en grand nombre au Liban.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué