X

Moyen Orient et Monde

Ankara prévient que sa patience « a des limites »

Incident russo-turc
OLJ
12/12/2015

La Turquie a appelé hier la Russie au « calme », en pleine tension entre les deux pays depuis la destruction d'un bombardier russe par l'aviation turque près de la frontière syrienne. « Nous appelons la Russie, qui est un de nos partenaires commerciaux majeurs, au calme, mais nous disons aussi que notre patience a des limites », a déclaré son ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu sur la chaîne d'information turque NTV. « Si nous n'avons pas engagé de représailles après ce que vous (la Russie) avez fait, ce n'est pas parce que nous avons peur ou que nous ressentons le moindre sentiment de culpabilité », a-t-il poursuivi. La Turquie et la Russie traversent leur pire crise diplomatique depuis la guerre froide, après qu'un avion militaire russe a été abattu le 24 novembre par l'armée turque. Moscou a déjà annoncé des mesures de rétorsion à l'encontre d'Ankara. La guerre des mots entre les deux capitales n'a cessé de s'intensifier depuis ce grave incident, les Russes allant jusqu'à accuser le président turc Recep Tayyip Erdogan et son entourage d'acheter du pétrole à l'État islamique (EI), des « calomnies », selon l'intéressé. La Turquie n'a jusque-là pas répliqué sur ce terrain. Les navires militaires russes continuent par exemple de traverser les détroits des Dardanelles et du Bosphore, et les citoyens russes peuvent toujours visiter la Turquie sans visa, même si Moscou les a réintroduits pour les Turcs à compter du 1er janvier prochain.
De son côté, le président Vladimir Poutine a ordonné hier à l'armée russe de répondre avec une « extrême fermeté » à toute force qui la menacerait en Syrie. « Toute cible menaçant les unités russes ou nos infrastructures au sol sera détruite immédiatement. » « Il est important de coopérer avec tout gouvernement qui est réellement intéressé par l'élimination des terroristes », a-t-il toutefois poursuivi, citant comme exemple l'accord pour éviter les incidents dans le ciel syrien conclu avec la coalition internationale menée par les États-Unis.

(Source : AFP)

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Les changeurs, nouveaux rois des dollars

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants