X

Moyen Orient et Monde

Damas, pomme de discorde entre Riyad et Le Caire ?

Analyse

L'Égypte considère la lutte contre le terrorisme comme sa priorité, alors que l'Arabie saoudite est davantage obsédée par sa volonté de contrer l'influence de son rival iranien dans la région.

09/10/2015

À la différence des autres puissances sunnites du Moyen-Orient, menées par l'axe Riyad-Ankara, l'Égypte a apporté son soutien à l'offensive russe en Syrie, estimant que l'intervention « aura un impact sur la lutte contre le terrorisme en Syrie et aidera à l'éliminer ». Compte tenu des excellentes relations qu'entretiennent Le Caire et Moscou depuis l'accession au pouvoir du maréchal Abdel-Fattah al-Sissi en juin 2014, cette position ne semble pas vraiment surprenante.

Comme l'expliquait à L'Orient-Le Jour Karim Émile Bitar, directeur de recherches à l'Institut des relations internationales et des stratégies, au moment de la visite d'État effectuée par le président Vladimir Poutine en Égypte, (voir notre édition du 11/02/2015) : « Il y a aujourd'hui chez Sissi et Poutine une hostilité viscérale commune envers l'islamisme. » À l'instar de Moscou, Le Caire ne fait pas de différence entre les islamistes et les jihadistes, et considère, à ce titre, que la lutte contre le terrorisme implique tout autant le combat contre l'organisation État islamique (EI) que celui contre les Frères musulmans. Ayant fait, sur son territoire, de la lutte contre le terrorisme la pierre angulaire de sa politique intérieure, il est assez logique que le président Sissi salue les raids russes menés contre les rebelles syriens, dominés par des groupes de tendance islamiste et/ou jihadiste.


(Lire aussi : L'armée syrienne avance dans Sahl el-Ghab)


Dans son discours prononcé le lundi 28 septembre devant l'Assemblée générale des Nations unies, M. Sissi appelait les puissances internationales à la formation d'un front antiterroriste. Une demande qui fait écho à la volonté de Moscou de former une nouvelle coalition contre l'EI. Outre le fait qu'il peut irriter les Américains, qui conservent malgré tout une alliance quasi organique avec l'Égypte, le soutien du Caire aux offensives de Moscou en Syrie est un nouvel exemple de l'absence d'unité au sein du « front sunnite ». Le Caire ne peut ignorer que les raids russes touchent notamment les positions de l'Armée de la conquête, une coalition de groupes rebelles menée par le Front al-Nosra – branche syrienne d'el-Qaëda – et le groupe salafiste Ahrar el-Cham, et parrainée par l'axe Riyad-Ankara et Doha. Sa position en Syrie diffère-t-elle alors fondamentalement de celle de son allié saoudien?

Sérieuses divergences
Alors que Riyad continue de réclamer le départ de M. Assad, qu'Ankara critique ouvertement les frappes russes et réclame l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne dans le nord de la Syrie, Le Caire fait au contraire du « combat contre le terrorisme » sa priorité. Dans son allocution devant les Nations unies, le président égyptien a d'ailleurs « mis en garde contre un effondrement de la Syrie et sa tombée aux mains des terroristes ». Des paroles qui rappellent, dans une certaine mesure, la rhétorique du régime syrien et qui s'éloignent sensiblement du discours officiel du royaume saoudien. Plusieurs médias font par ailleurs état d'une visite, à la fin du mois d'août, du chef de la Sécurité nationale syrienne, Ali Mamlouk, en Égypte, alors que le Daily Star rapporte de son côté que les autorités égyptiennes et syriennes seraient convenues de reprendre leurs relations diplomatiques et leur coopération sécuritaire.

 

(Lire aussi : Comment le général Soleimani a préparé les frappes russes en Syrie)



Si le lancement de l'opération Tempête de la fermeté contre les rebelles houthis au Yémen laissait supposer une réelle entente entre Riyad, Le Caire, Ankara et Doha pour contrer l'influence du rival iranien, les autres théâtres d'opérations dans la région témoignent de sérieuses divergences de points de vue entre tous ces acteurs. Les situations en Syrie et en Libye donnent notamment lieu à des stratégies différentes, voire concurrentes, mais leur principal opposition concerne, a priori, la délimitation de la notion de « groupes terroristes » : faut-il ou non intégrer les Frères musulmans ?
À ce sujet, Riyad semble avoir fait évoluer sa position depuis l'accession au trône du roi Selmane. Dans un article publié sur le site Orient XXI, Alain Gresh, journaliste spécialiste du Proche-Orient, explique que s'opère depuis quelques mois un « rapprochement à petits pas entre l'Arabie saoudite et les Frères musulmans », justifié par le fait que Riyad considère désormais l'influence iranienne dans la région comme la principale menace à laquelle il est confronté. Selon M. Gresh, ce rapprochement « indispose l'Égypte » et démontre que « l'amitié sans faille entre l'Arabie saoudite et l'Égypte relève du mythe ».

Bien qu'imparfaite, l'alliance entre l'Égypte et l'Arabie saoudite est beaucoup trop essentielle aux deux acteurs pour être remise en question du jour au lendemain. Mais leurs divergences de points de vue sur plusieurs dossiers régionaux pourraient, à terme, fragiliser leur relation. D'autant plus si Le Caire continue de vouloir se positionner comme le parangon régional de la lutte contre le terrorisme au moment où Riyad cherche, au contraire, à rassembler derrière lui les puissances sunnites pour contrer l'« impérialisme chiite ».

 

Lire aussi
Entre Ankara et Moscou, l'histoire ne se répéterait pas

Guerre en Syrie : les Russes soutiennent Poutine par inertie, pas par conviction

La stratégie russe en Syrie : bâtir une forteresse pour Assad

Un « troisième round russo-tchétchène » se déroule-t-il en Syrie ?

Les pays arabes restent discrets sur l’intervention russe en Syrie

 

Dossier
Syrie : la diplomatie dans tous ces États

 

Décryptage
Syrie : Les conséquences de l'implication militaire russe en 5 questions

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESPERONS QUE LE SISSI NE REVE PAS ET VOIT JUSTE !

AIGLEPERçANT

La majeure partie de la ville de Baïji, dans la province de Salaheddine, dans le Nord de l’Irak, est contrôlée par les forces de ce pays.
Les forces irakiennes, qui détiennent le contrôle de la majeure partie de Baïji, sont, actuellement, fin prêtes à empêcher toute attaque éventuelle des Takfiris daechistes.
Dans le même temps, de nouveaux groupes de forces populaires, (Al-Hachad al-Chaabi), sont entrées dans la localité de Tal Abou Jarad de la ville de Baïji, pour aider leurs combattants.
Ces 2 derniers jours, les Daechistes ont mené des attaques, pour prendre le contrôle de la localité d’Al-Tamis, dans le Sud-Ouest de Baïji, mais les forces du Hezbollah irakien ont repoussé ces attaques.
Lors de ces attaques, plus de 15 Daechistes ont été tues et des vehiculs blindes detruits .

AIGLEPERçANT

Si dans le monde arabe et musulman arabe on avait pu atteindre un consessus sur ne serait que le plus petit denominateur commun , on aurait reussit a liberer la Palestine usurpee , violee et martyrisee tous les jours depuis 1948 .

L'Egypte c'est comme Nadine Morano , elle dit tout haut ce que pas mal de sunnites pensent tout bas , en dehors des familles reignantes bensaouds et turco bensaouds .

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants