X

Moyen Orient et Monde

Le jeu russe en Syrie : causes et conséquences

Décryptage

En ciblant les rebelles opposés au régime, Moscou démontre qu'il cherche avant tout à défendre les positions de son allié plutôt qu'à combattre l'État islamique (EI).

03/10/2015

Au troisième jour des frappes russes en Syrie, l'interrogation reste la même : quelles sont les cibles visées ?
Si le Kremlin a d'abord annoncé avoir frappé les positions de l'État islamique (EI), il a ensuite légèrement nuancé son affirmation en déclarant viser l'EI, le Front al-Nosra, branche d'el-Qaëda en Syrie, et les autres groupes terroristes. Partant du fait que la Russie considère tous les opposants armés au président syrien Bachar el-Assad comme des terroristes, il n'est pas surprenant d'apprendre que Moscou aurait frappé des positions de l'Armée de la conquête, coalition de rebelles menée par le Front al-Nosra et le groupe salafiste Ahrar el-Cham, mais aussi des rebelles affiliés à l'Armée syrienne libre, comme la brigade Suqour el-Jabal, soutenue par les Américains. Pour Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie, « tout le monde est visé par les frappes russes », c'est-à-dire « tous ceux qui sont à proximité des objectifs stratégiques des Russes, qui sont de remettre en selle Bachar el-Assad ». Selon lui, les Russes veulent sécuriser les positions de M. Assad et lui permettre de reprendre le contrôle des grandes villes de l'Ouest, à savoir Damas, Homs, Hama et Alep. « La Syrie est essentiellement la réunion de deux villes : Damas et Alep. Si Assad perd le contrôle de l'une de ces deux villes, il perd sa légitimité », ajoute-t-il.

 

(Lire aussi : Obama : La stratégie de Moscou en Syrie mène à une « catastrophe assurée »)


L'intervention russe vise avant tout à venir au secours d'un allié largement affaibli. Au mois de juillet, le président syrien admettait pour la première fois que son armée « manquait de ressources » et reconnaissait que « dans certaines circonstances », elle devait « abandonner certaines régions ». Les offensives, au printemps dernier, de l'Armée de la conquête dans la province d'Idleb, et du front du sud dans la région de Deraa, ont montré les défaillances de la stratégie du régime et les limites logistiques de son soutien iranien. Pour Souhaïl Belhadj, politologue et auteur de La Syrie de Bachar el-Assad, anatomie d'un régime autoritaire, l'intervention russe est le résultat d'un changement de stratégie de la part des alliés du régime. Ceux-ci « ont appuyé depuis le début du conflit une stratégie de guerre d'usure, de guerre défensive. Les Iraniens et le Hezbollah encadraient les opérations visant avant tout à sécuriser la frontière syro-libanaise, pendant que les Russes s'occupaient du volet diplomatique à l'Onu et de la fourniture de certaines ressources matérielles, comme les munitions. Mais les Russes ont compris que la stratégie ne fonctionnait plus, puisque le régime n'avait plus les moyens de la tenir. L'offensive russe vise à éviter l'effondrement du régime, et par conséquent de l'État syrien, pour garantir les intérêts stratégiques de Moscou », explique-t-il.


 

Contre-offensive des sunnites
Compte tenu de la faiblesse actuelle de l'armée syrienne et de l'avantage démographique des rebelles, il est peu probable que le régime parvienne à récupérer la totalité des territoires perdus. Mais la puissance, la précision et surtout l'intensité de l'aviation russe pourraient changer la donne sur le terrain. Selon M. Balanche, « les frappes russes bloquent toute l'offensive des rebelles dans le Nord, c'est-à-dire à Homs, Hama et Lattaquié. Pendant ce temps, l'armée syrienne, les pasdaran et le Hezbollah vont chercher à avancer au sol, particulièrement dans les régions de Damas et de Deraa ». À terme, « le régime pourrait également récupérer la ville de Palmyre, puisque c'est un poste de défense important pour contrôler l'intérieur du pays », estime M. Balanche.

 

(Lire aussi :Le chaos syrien ne cesse de s'étendre : acteurs et intérêts s'enchevêtrent)


Parce qu'elle modifie sérieusement l'équilibre des forces sur le terrain, l'implication russe remet en question les plans des parrains régionaux de l'Armée de la conquête, à savoir Riyad, Doha et Ankara. Ces derniers devraient probablement tenter de mener une contre-offensive, surtout si les Américains acceptent de lever leur veto sur la livraison d'armes antiaériennes aux rebelles. Pour M. Belhadj, le maintien du veto américain dépendra de l'implication des Russes. « Les Américains sont parfaitement conscients que les Russes peuvent se retrouver dans un nouvel Afghanistan. Si Washington parvient à négocier avec Moscou dans le but de trouver une issue au conflit, alors ils maintiendront probablement leur veto. S'ils estiment que les Russes ne sont pas de bonne foi, ils pourraient être tentés de le lever », considère M. Belhadj.
Pour M. Balanche, la livraison d'armes antiaériennes « gênerait les hélicoptères du régime mais pas les avions russes », qui se contenteraient de « larguer leurs missiles de plus haut. Les Américains ont constaté que les armes qu'ils avaient livrées aux rebelles étaient tombées aux mains d'al-Nosra et de l'EI. Donc si les rebelles reçoivent des armes antiaériennes, cela se fera probablement sans l'accord des Américains ».

Le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, Alexeï Pouchkov, assurait hier que les raids russes vont durer « trois à quatre mois » et « s'intensifier ». De quoi donner du temps à Bachar el-Assad d'améliorer sa situation avant d'entamer les négociations concernant l'avenir du régime. « Les Russes veulent garantir que le régime syrien continue d'être un interlocuteur pour les négociateurs », explique M. Belhadj, ajoutant que les parties en conflit peuvent trouver un compromis qui impliquerait le départ de Bachar el-Assad, mais le maintien des têtes du service de renseignements syrien.

 

Lire aussi
Boulette russe ?, l’éditorial de Issa Goraieb

Parce que Dieu le veut ?, le billet de Caroline Hayek

Les priorités occidentales : ne frapper que l'EI et garantir l'unité territoriale syrienne

L'intervention russe ne changera pas le rapport de force, mais permettra à Moscou de consolider son rôle, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Peut-on trouver un compromis avec l’Iran en Syrie ?

 

Repères
Forces déployées, objectifs : décryptage des frappes russes en Syrie

Les groupes présents dans les zones visées par les frappes russes en Syrie

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le jeu russe gamin et puéril en Syrie : causes, mais surtout conséquences catastrophiques pour cette "Petite Russie" elle-même !

M.V.

Vladimir Poutine ...a vraiment l'étoffe pour promouvoir et valider la dé-soviétisions des peuples historiquement russophones de l'espace Est Européen ...comme en Crimée et maintenant l'Ukraine...à la réflexion c'est un fabuleux cadeau ...qu'ont fait à cette région de l'Europe, des hommes courageux et lucides , comme Ronald Reagan et Nikolaï Gorbatchev, en permettant la chute du mur de Berlin ...! et l'ouverture qui s'en ait suivie.....

Bery tus

Poutine n'est pas en Syrie pour protéger Assad mais pour protéger ces intérêts qui auj passe par Assad !!

HABIBI FRANCAIS

la russie na jamais gagne une guerre toute seule...elle a ete le premier pays de race blanche a etre battu par des non blancs,en l occurence les japonais en 1905.....durant la 2 eme guerre mondiale elle a ete innondee de materiel americain et durant la guerre froide elle a utilise le materiel performant tchecoslovaque ce qui ne l a pas empechee de se ridiculiser en afghanistan.

BOSS QUI BOSSE

Poutine au secours des occicons et de Obama entoure de ses 6 conseillers juifs a la maison blanche .
Il faut vraiment entendre les occicons nous dire qui est la bonnne bacterie , c'est franchement hilarant , on avait ce genre de discours en Afghanistan ou on nous parlait de talibon et talimauvais , le resultat on le constate , Kunduz est tombee entre les mains des talimauvais et les occicons de l'otan bombarde un centre de MSF a kunduz . Hilarant je vous dis.

Imaginez une seconde que les russes aient fait la meme bourde en Syrie ce que la propagande sio aurait dit , si les terroristes bons et les mauvais ont un sens chez les occicons , les "collaterals" aussi selon qu'ils soient victimes des yankys ou des russes n'ont pas la meme valeur . Hilarant .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL DEPENDRAIT EXCLUSIVEMENT DES AMERICAINS DE DIRE OU NON SI POUTINE JOUE A LA ROULETTE RUSSE...

Halim Abou Chacra

Un DECRYPTAGE bien clair de M Samrani. On y saisit bien le premier objectif de Poutine : "remettre en selle Bachar el-Assad", dont le régime est bien essoufflé. Cela dit, on ne peut que remarquer que Poutine tire profit du vide laissé par l'absence totale de stratégie pour la Syrie de l'hésitant Obama ou, en meilleurs termes, de la stratégie ridicule du lâche président américain.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants