Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Un "marché populaire" en guise de manifestation dans le centre-ville de Beyrouth

"Le centre de Beyrouth appartient à tous les Libanais", pouvait-on lire sur une des pancartes brandies samedi, place Riad Solh.

Vue du "marché populaire" improvisé dans le centre-ville de Beyrouth. Photo Facebook

Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés dans la soirée de samedi dans le centre-ville de Beyrouth pour protester contre les propos tenus par le président de l'Association des commerçants de Beyrouth, Nicolas Chammas, qui avait estimé que "les infiltrés les plus dangereux du mouvement civil sont les communistes et les marxistes qui tentent d'entraîner le pays dans une guerre de classes".

Place Riad Solh, le groupe "Nous réclamons des comptes", à l'origine de l'appel à manifester, a improvisé un "marché populaire" (appelé "Souk Abou Rakhousa", bazar bon marché, en français), afin "que le peuple se réapproprie le centre-ville de Beyrouth, sans que celui-ci ne soit accaparé par les grosses fortunes".

Photo tirée de la page Facebook du groupe "Nous voulons des comptes".

 

Une ambiance bon enfant régnait dans le centre-ville: des vendeurs de livres, de jouets, d'accessoires, de fruits et légumes ont étalé leurs produits en face du Sérail gouvernemental. "Le centre de Beyrouth appartient à tous les Libanais", pouvait-on notamment lire sur une des pancartes brandie samedi.

Une video diffusée par le groupe "Nous réclamons des comptes" montre par ailleurs des jeunes danser la Dabké (danse traditionnelle) au milieu du "souk".

 

 

#سوق_ابو_رخوصة عادت الحياة لبيروت #بدنا_نحاسب

Posted by ‎بدنا نحاسب‎ on Saturday, September 19, 2015

 

Réagissant aux accusations dirigées contre lui, le président de l'Association des commerçants de Beyrouth a exprimé son étonnement face à cette campagne. Il a affirmé dans un communiqué publié par son bureau de presse que ses propos ont été sortis de leur contexte et déviés de leur sens initial, à savoir "la protection du centre-ville des dangers qui le guettent".

Les propos de M. Chammas avaient suscité un tollé vendredi dans les mouvements de gauche. Le secrétaire général de la Fédération nationale des syndicats des ouvriers et des employés au Liban, Castro Abdallah, a déclaré que "les menaces proférées contre le mouvement civil" par Nicolas Chammas, "s'apparentent à une déclaration de guerre". "Il est évident que les discours sur l'instabilité sécuritaire visent à tuer le mouvement", a-t-il ajouté.

Le Parti communiste libanais a pour sa part estimé que les propos "anti-communistes" de M. Chammas, "dont l'aversion pour les classes populaires et ses droits est de notoriété publique, visent en réalité le mouvement civil et ses revendications contre la classe dirigeante corrompue".

 

Lire aussi

L'activité du centre-ville, victime collatérale des manifestations

Entre « chaos constructif » et « chaos destructeur », la situation par Fady Noun


Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés dans la soirée de samedi dans le centre-ville de Beyrouth pour protester contre les propos tenus par le président de l'Association des commerçants de Beyrouth, Nicolas Chammas, qui avait estimé que "les infiltrés les plus dangereux du mouvement civil sont les communistes et les marxistes qui tentent d'entraîner le pays dans une guerre...

commentaires (3)

DES PROTESTATIONS TIMIDES... CAR ON SAIT LE BÂT ET Où CE BÂT FAIT MAL... MAIS ON PROTESTE À L'OPPOSÉ !

PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

22 h 04, le 20 septembre 2015

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • DES PROTESTATIONS TIMIDES... CAR ON SAIT LE BÂT ET Où CE BÂT FAIT MAL... MAIS ON PROTESTE À L'OPPOSÉ !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    22 h 04, le 20 septembre 2015

  • Il ne mérite vraiment pas d'être plus qu'un chémméééss, ce Nöûlâh Chémméééss, à fortiori "président d'une association de commerçants" d'une capitale !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 40, le 20 septembre 2015

  • inutile de commenter des actions inconscientes qui sapent l'économie du pays et tout cela pour les beaux yeux d'un démagogue qui est prêt à tout pour arriver à ses fins.

    antaki loutfi

    08 h 57, le 20 septembre 2015

Retour en haut