X

À La Une

Devant le ministère de l'Environnement, les grévistes de la faim ne décolèrent pas

Liban

Des manifestations prévues mercredi parallèlement à la conférence du dialogue, au centre-ville de Beyrouth.

N.B. | OLJ
15/09/2015

Les activistes du collectif "Vous puez!" en grève de la faim depuis maintenant quinze jours ont rencontré mardi le ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk, dans le centre-ville de Beyrouth. Ils l'accusent d'être responsable de l'échec de la gestion de la crise des déchets. La rencontre s'est soldée, pour les activistes qui ont décidé de poursuivre leur grève de la faim, par un échec. Le collectif  a dans ce contexte appelé les Libanais à se rendre demain mercredi dans le centre-ville pour empêcher les leaders des partis politiques qui doivent participer à la table du dialogue d'arriver au Parlement.

"Selon le ministre, il est avec nous, avec le mouvement, il combat la classe politique de l'intérieur, a déclaré un des grévistes, Waref Sleiman, lors d'une conférence de presse. Mais il a également critiqué le mouvement et estimé qu'il avait déjà proposé nombreuses idées environnementales qui sont évoquées (par le mouvement)".

Les activistes ont évoqué avec le ministre de l'Environnement la question de sa démission. M. Machnouk leur aurait répondu que "vu la situation du pays personne ne démissionne". Il leur a également assuré que sa démission "n'aura aucune conséquence positive".  Waref Sleiman a révélé avoir proposé au ministre de présenter sa démission au Premier ministre Tammam Salam et d'attendre sa réaction.

"La rencontre s'est terminée sans que nous aboutissions à un résultat, nous allons retourner à nos tentes pour réclamer des comptes", a conclu le jeune homme. Un peu plus tard, les activistes ont déversé des bennes à ordures à l'entrée du ministère de l'Environnement et ils ont appelé les Libanais à les rejoindre sur place.

En début d'après-midi, les activistes ont brièvement coupé l'un des axes routiers de la Place des martyrs avant d'être évacués par les forces de l'ordre. Les manifestants ont alors bloqué les routes menant au ministère de l'Environnement, immeuble Lazarié.

 

Photo prise de la page Facebook du collectif.

 

Le collectif "Vous puez!" a en outre appelé via sa page Facebook les citoyens à manifester devant le bâtiment an-Nahar dans le centre-ville de Beyrouth à 9 heures. Les activistes du collectif prévoient de bloquer toutes les routes qui mènent au siège du Parlement où doit se tenir la conférence du dialogue convoquée par le président de la Chambre Nabih Berry. Ils estiment que cette réunion entre les leaders politiques est "illégale et anticonstitutionnelle".  "Préparez les casseroles, les œufs, les déchets et les légumes".


Les familles des militaires seront également présentes à la manifestation. "Nous allons descendre dans la rue demain en portant les photos des militaires enlevés pour dire à tout le monde que cette cause n'est pas terminée", a déclaré Nizam Mghayt, frère d'Ibrahim Mghayt, militaire retenu en otage "Que tout le monde sache que nous n'allons pas nous taire, que l’État assume ses responsabilités dans ce dossier!", a-t-il poursuivi.


Par ailleurs, mardi matin, des activistes du collectif "Nous réclamons des comptes" ont tenté d'entrer de force dans le bâtiment de la direction des recettes du ministère des Finances à la rue Béchara el-Khoury, dans le centre de Beyrouth. Ils avaient d'abord commencé par manifester à l'entrée du bâtiment, exigeant que les députés ne perçoivent plus leur salaire. Les forces de l'ordre et le chef de la police de Beyrouth, le général Mohammad Ayoubi, se sont rendus sur place. Quelques heures plus tard, les activistes ont quitté les lieux.

 

Lire aussi
Le plan Chehayeb sera mis en application avec « l'assentiment des populations concernées »

Les nominations sécuritaires, passage obligé pour un feu vert au plan Chéhayeb ?

À Ramlet el-Baïda, une campagne de sensibilisation aux déchets en plastique

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN GRÈVE DE LA FAIM DEPUIS (15) JOURS ONT RENCONTRÉ HIER LE MINISTRE MACHNOUK... ÉTAIENT-ILS DÉJÀ DANS LE COMA... OU DANS LE : COMME... COMME...

Yves Prevost

"empêcher les leaders des partis politiques qui doivent participer à la table du dialogue d'arriver au Parlement" serait une grosse erreur. Ce qu'il faut, c'est, au contraire, les empêcher d'en sortir tant qu'ils n'ont pas élu un président.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA MANIFESTATION... "SI NON MANIPULÉE"... DEVRAIT SE FAIRE DEVANT LES LOCAUX DE CEUX... BIEN CONNUS... QUI METTENT DES CONDITIONS POLITIQUES QUI N'ONT RIEN À VOIR AVEC LES DÉCHÊTS... POUR FACILITER LA SOLUTION DU GOUVERNEMENT !!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué