X

Liban

Les nominations sécuritaires, passage obligé pour un feu vert au plan Chéhayeb ?

La situation
15/09/2015

La pertinence des réserves apportées au plan Chéhayeb par des experts environnementaux – réunis hier en soirée avec le ministre de l'Agriculture – pourrait avoir une influence sur les modalités d'application de cette solution. Celle-ci reste tributaire, surtout, d'un consensus politique.

La réunion, hier, de la commission parlementaire de l'Environnement, présidée par le député Marwan Hamadé, s'inscrit dans ce cadre.
« La réunion a exprimé un large consensus politique vers la mise en œuvre du plan Chéhayeb », affirme M. Hamadé à L'Orient-Le Jour, annonçant un prochain déblocage du dossier « au plus tard jeudi, sinon dans la nuit de mercredi à jeudi ». Le député Ahmad Fatfat affirme à L'OLJ que la date de mercredi (date de la seconde séance de dialogue national, précédée aujourd'hui d'une nouvelle réunion Hezbollah-Futur) pourrait être déterminante.

Si la solution nécessite donc « une couverture politique », l'approbation du plan Chéhayeb par le Conseil des ministres, où toutes les parties étaient représentées, n'a pas paru suffire à la garantir. Qu'est-ce qui entrave donc la mise en œuvre de ce plan ?

Le courant du Futur, dont relèvent les régions directement concernées par la solution (le Akkar et la Békaa-Nord), est entièrement en faveur de sa mise en œuvre, à l'instar du 14 Mars et des centristes. Pour ces milieux, les contestations locales sont « provoquées par le Courant patriotique libre (CPL) et le Hezbollah, respectivement au Akkar et à Majdel Anjar ». « Le CPL bloque délibérément le dossier pour obtenir l'amendement de la loi de la défense visant à élargir le nombre de généraux (responsables de brigade) de manière à en faire profiter le général Chamel Roukoz et reporter son départ à la retraite », soulignent les milieux précités.

« Inadmissible pour l'armée », cette option a été rejetée clairement hier par le ministre de la Défense, Samir Mokbel. Ce rejet est interprété par certains observateurs du 14 Mars comme barrant la route à un forcing aouniste. Mais les milieux du Futur n'en sont pas certains. « Le CPL continue de demander, en contrepartie de la solution au dossier des déchets, la nomination du général Roukoz », affirme le député Ahmad Fatfat à L'OLJ. Une réunion a eu lieu hier en soirée entre le chef du bloc du Futur, le député Fouad Siniora, et le ministre Boutros Harb pour examiner, en contrepartie, les moyens d'un « forcing » pour une sortie de crise.


Interrogés par L'OLJ, des milieux du CPL, eux, renvoient au camp opposé l'initiative de la proposition d'amendement de la loi sur la défense et accusent le Futur de vouloir « ternir l'image du CPL en lui faisant dire ce qu'il ne dit pas ».
Le CPL maintient toutefois le flou quant à son appui à la solution Chéhayeb : « Nous souhaitons résoudre le dossier et avions exprimé des réserves vis-à-vis de la solution Chéhayeb. Mais ce qui compte, c'est que celle-ci est contestée par le peuple, non par nous », affirme le député Ibrahim Kanaan à L'OLJ.
Ce ton fuyant tranche avec la clarté du Hezbollah, dont le secrétaire général adjoint, Naïm Kassem, a déclaré hier que « la solution au problème de l'exécutif passe par les nominations sécuritaires ». Aucune mention n'est faite du dossier des déchets. C'est que l'équation – alambiquée–, telle que résumée par le député Walid Joumblatt à L'OLJ, est la suivante: « Les déchets sont un dossier indépendant du reste. Toutefois, les nominations sécuritaires, si elles se font sans aucune objection politique – et cela est souhaitable–, aboutiront à un déblocage au niveau du Conseil des ministres et, partant, un déblocage du dossier des déchets ».

 

Lire aussi
Le plan Chehayeb sera mis en application avec « l'assentiment des populations concernées »

En dépit de tout, un léger vent d'optimisme, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Kassem: La solution à la crise passe par le dossier des nominations sécuritaires

« Tout le monde sait quel est l'État régional qui oppose son veto à Aoun », accuse N. Moussaoui

Bonne, chez A. Gemayel, incite à l'élection « immédiate » d'un président

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Un vrais bazar moyen-oriental! Quelle cinema! Le pays sombre dans la puanteur, est ouvert a toutes les maladies possibles et imaginaires, et le vieux gaga renifleur continue a ne pas sentir la M et exige la promotion de Roukoz...Bien ya rayess, le pays vous remercie bien...

FAKHOURI

On veut mêler l’armée a la saleté politicarde
Il faut laisser l’armée tranquille

Gebran Eid

VOUS NOUS EXPOEZ LA PHOTO DE ROUKOZ À PLUSIEURS REPRISES ! ET MIS EN VALEUR EN GROS PLAN. POURQUOI ? SI CE N'EST AOUN OU BASSIL EXPOSÉS DANS CE JOURNAL, ON A TROUVÉ MAINTENANT ROUKOZ !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Et pourquoi le plan ce Ch'haïyîb pour l'élimination "des ordures et des déchets", ne s'appliquerait-il pas aux nominations sécuritaires aussi ; yâ wâïylîîîh ?!

Irene Said

Tous ces IRRESPONSABLES-INCAPABLES ont perdu toute dignité, crédibilité !
Comment peut on associer ces deux affaires, l'une très urgente: les déchets et l'autre, des nominations sécuritaires, qui, de toute façon, sont soumises à des délais ?
Certains de nos IRRESPONSABLES-INCAPABLES ont manifestement perdu la tête, obnubilés par leur rêve, devenu cauchemar...

A quand leur réveil pour le bien de leur patrie ?
Irène Saïd

Halim Abou Chacra

Mais qu'est-ce que les nominations sécuritaires ont à voir avec les ordures qui couvrent les rues ? Quel pays de 4e monde cette classe politique de m...... nous offre ! Tfeh !.....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SE BLOTTIR DERRIÈRE SES MANIPULÉS QU'ON APPELLLE PEUPLE... OU AMALGAMER LE DOSSIER DE L'ARMÉE AVEC CELUI DES POUBELLES... çA S'APPELLE TRAÎTRISE !

B. Bejjani

La Cosa Nostra....Au Liban comme a Naples ou a New York (http://www.slate.com/articles/news_and_politics/explainer/2008/01/why_the_mafia_loves_garbage.html). Sauf qu'au Liban, c'est de vrai professionnels puisqu'ils sont dans le "bizness" de pere en fils (ou gendre, ou neveu, etc).

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué