Rechercher
Rechercher

Culture - Festival de Baalbeck

« Nous jouons partout dans le monde pour montrer l’unité »

Al McKay entouré de son All stars band (et en medaillon).

Samedi, la fièvre disco devrait s'emparer de Baalbeck. Magic Mind, Boogie Wonderland ou encore Let's Groove, les tubes d'Earth, Wind & Fire font danser la planète, depuis quarante ans. Sur les marches du temple de Bacchus, l'un des anciens membres du « groupe, qui a associé les éléments du zodiaque », le guitariste Al McKay, entouré de son All Stars Band (une douzaine de musiciens), fera revivre l'expérience Earth, Wind & Fire. Le producteur, coauteur et musicien du groupe aux 100 millions d'albums prolonge le plaisir tant que le filon n'est pas épuisé. Interview d'un sexagénaire dont l'envie de dispenser un funk influencé par les traditions musicales cubaines, caribéennes, brésiliennes et africaines semble intact.

Q – L'esprit plein d'espoirs des années 70 n'a plus rien à voir avec celui de 2015, davantage individualiste et terne. Comment êtes-vous arrivé à faire évoluer votre musique à travers les années ?
R – J'ai fait quelques arrangements des chansons d'Earth, Wind & Fire, tout en restant fidèle à l'énergie et à la musique de cette période. Juste quelques notes de groove actuel. Les mélodies étaient assez fortes, nous avons collé au plan (rires).

Prenez-vous toujours autant de plaisir à jouer « September » et « Saturday Night » ? N'êtes-vous pas fatigué par certaines chansons que vous avez jouées des milliers de fois ?
On pourrait penser le contraire mais à chaque fois qu'on la joue, September reçoit toujours une ovation surprenante et exalte tellement notre public que cela me donne des frissons. Si une chanson commence à être ennuyeuse, il suffit de la remplacer par une autre. C'est comme remettre de l'essence dans le groupe : on repart pour un tour à toute vitesse.

Comment garder l'énergie disco et légère qui existe dans vos chansons ?
Nous devons juste jouer et l'énergie que nous apporte le public suffit à faire le reste.

Les problèmes raciaux ne disparaissent toujours pas aux États-Unis. Qu'espérez-vous à l'avenir ?
Le Al McKay All Stars est un groupe qui mêle Africains, Américains, Latinos et Européens. Nous jouons partout dans le monde pour montrer l'unité et le plaisir que l'on peut partager tous ensemble. Que ce soit sur scène ou en off des spotlights. J'adorerais être témoin d'un monde pacifié dans lequel chacun respecterait l'autre, sans distinction de race ou de religion.

Samedi, la fièvre disco devrait s'emparer de Baalbeck. Magic Mind, Boogie Wonderland ou encore Let's Groove, les tubes d'Earth, Wind & Fire font danser la planète, depuis quarante ans. Sur les marches du temple de Bacchus, l'un des anciens membres du « groupe, qui a associé les éléments du zodiaque », le guitariste Al McKay, entouré de son All Stars Band (une douzaine de musiciens),...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut