X

À La Une

Le cheikh salafiste Ahmad el-Assir, arrêté à l'AIB, voulait se rendre au Nigéria

Liban

Le jihadiste a radicalement changé d'apparence physique

OLJ
15/08/2015

La Sûreté générale (SG) a arrêté le cheikh salafiste Ahmad el-Assir, en cavale depuis deux ans, à l'aéroport international de Beyrouth alors qu'il tentait de prendre la fuite, rapporte le service de sécurité.

"Samedi, à 10h30, des agents de la Sûreté générale ont arrêté le cheikh en cavale, Ahmad el-Assir, alors qu'il s'apprêtait à quitter le Liban à partir de l'AIB, à destination du Nigeria via une escale en Egypte", indique la SG. El-Assir "était muni d'un faux passeport palestinien mais tamponné d'un visa valide pour sa destination. Il a été transféré au bureau des informations de la SG où il a été interrogé par les autorités compétentes", ajoute-t-on de même source.

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), le cheikh a pris pour nom "Rami Abdel Rahmane Taleb" sur son faux passeport. Il avait changé son apparence physique et était accompagné d'une personne détentrice d'un passeport portant le nom de "Khaled Sidani". L'Ani indique également que c'est à bord d'une Mercedes de couleur blanche que le cheikh est arrivé à l'aéroport. Le chauffeur du véhicule a été arrêté.

Laissant éclater leur colère, des partisans d'el-Assir, hommes et femmes, ont brièvement bloqué la voie est de l'autoroute de Saïda, au niveau de la mosquée Hariri, avant que les forces de l'ordre ne rouvrent l'axe routier, ajoute l'Ani. Un ressortissant palestinien a été arrêté en fin d'après-midi par les forces de l'ordre, après avoir été impliqué dans le blocage de l'autoroute. L'homme, identifié par ses initiales A. K., avait participé au blocage de la voie rapide au niveau du rond-point Maksar el-Abed.

 

 

Des femmes voilées, partisanes du cheikh Ahmad el-Assir, coupant brièvement l'autoroute de Saïda. 
Photo Ani

 

Réagissant à l'arrestation du chef de bande jihadiste, l'ancien Premier ministre Saad Hariri a salué "la vigilance de la Sûreté générale au niveau de l'AIB", insistant sur "les efforts en vue d'arrêter les hors-la-loi et la nécessité de s'abstenir d'accorder une quelconque couverture à ces derniers (...)".

L'ancien président de la République Michel Sleiman a de son côté félicité sur sa page Twitter les forces de sécurité pour leur exploit : "El-Assir est... "assir" (jeu de mots en arabe, "assir" signifiant prisonnier).

Même son de cloche de la part du chef du Courant des Marada, Sleiman Frangié, qui a estimé que "l'arrestation d'Ahmad el-Assir est un grand exploit réalisé par la Sûreté générale. Nous espérons être unis dans le combat contre le terrorisme".

Le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil a quant à lui appelé sur Twitter la justice à "révéler aux familles des militaires (tués par les hommes d'el-Assir) les noms de ceux qui ont soutenu et financé le cheikh, demandant également aux autorités d'arrêter ceux qui bloquent les axes routiers".

Les familles des militaires ont réagi dans un communiqué, estimant que les forces de l'ordres "ont enfin pu, deux ans après les incidents de Abra, mettre la main sur le cerveau de la discorde et l'une des causes de la mort de la crème de nos jeunes. Nous félicitons les forces de l'ordre qui ont une nouvelle fois prouvé qu'elles sont capables d'assurer la sécurité du pays. Nous appelons les forces de sécurité à poursuivre leurs efforts afin de mettre la main sur le terroriste en cavale Fadel Chaker et tous ceux qui s'en sont pris à notre institution militaire (...)".

Le chef du parti Tawhid druze, Wi'am Wahhab (proche du 8 Mars), a ironisé de son côté sur le sort du cheikh salafiste, félicitant sur son compte Twitter la ville de Saïda pour la fermeture de sa "deuxième décharge d'ordure", en référence à Ahmad el-Assir.

Le ministre de l'Education Elias Bou Saab a également salué "les réalisations des forces de sécurité. Nous nous inclinons devant les sacrifices de l'armée et son héroïsme à Abra".

 

(Voir : Trois questions à cheikh Ahmad el-Assir)

 

Le premier juge d'instruction militaire, Riad Abou Ghida, avait requis en février 2014 la peine de mort contre el-Assir et 56 autres personnes impliquées dans les affrontements meurtriers contre l'armée à Abra-Saïda, au Liban-Sud. Parmi ces personnes figure l'ex-crooner Fadel Chaker. Ils étaient accusés, selon l'acte d'accusation, "d'avoir formé des groupes armés qui ont attaqué une institution de l'État, l'armée, d'avoir tué des officiers et des soldats, et d'avoir été en possession de matières explosives et d'armes légères et lourdes utilisées contre l'armée".

Cheikh Assir était recherché depuis ces incidents survenus en juin 2013 et au cours desquels 18 soldats et 11 hommes armés avaient été tués. Il s'était toutefois, depuis, quasi-volatilisé. Certaines rumeurs affirmaient qu'il se trouvait dans le camp palestinien de Aïn el-Héloué.

Hostile au Hezbollah, il avait diffusé plusieurs enregistrements audio et twitté de nombreuses critiques contre le parti chiite, son parrain iranien, mais aussi contre l'armée libanaise qu'il accuse d'être "complice" du Hezbollah aux dépens de la communauté sunnite. Il avait également appelé le Hezbollah à retirer ses combattants de Syrie et à "mettre un terme à ses crimes".

 

Pour mémoire 

Ahmed el-Assir, émir de l'EI au Liban ?

Fadl Chaker « en désaccord avec Ahmad el-Assir depuis deux mois »

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ali Farhat

Une carte kowetie qui tombe comme une feuille morte en automne. Ils n'ont pas SU l'exfiltrer, ces bougres... vous savez pourquoi? parce qu'au Liban il y a d'autres services de renseignement SR, des pros, des ceintures noires, qui tiennent tete à leur maitres à ces petites arabies golfiennes, gonflés comme un ballon au gaz (hélium).

Gebran Eid

IL L'ONT ARRÊTÉ PEUT ÊTRE, MAIS LA PERSONNE SUR CETTE PHOTO QU'ON NOUS MONTRE RASÉ N'EST PAS AHMAD EL KASSIR ! SEULEMENT LE BAS DU NEZ ET LA FORME DES YEUX QUI LUI RESSEMBLENT UN PEU, MAIS NI LES OREILLES, NI LA BOUCHE, NI LES SOURCILLES NI MÊME LES JOUX N'APPARTIENNENT PAS À CE TYPE. REGARDEZ BIEN SUR TOUTES SES PHOTOS ET VIDEO, ON VOIT LE HAUT DE SES OREILLES VERS L'EXTÉRIEUR ET SUR CETTE PHOTO VERS L'INTÉRIEUR. LES SOURCILLES PARTENT DU MILIEU VERS L'EXTÉRIEUR, SUR LA PHOTO LES CILES CONTINUENT À TOURNER EN COURBE VERS LE BAS. PUIS SA BOUCHE EST EN COURBE VERS LE BAS, SUR LA PHOTO EST HORIZONTALE. SES LIGNES DE SES JOUX SONT BIEN MARQUÉES, SUR LA PHOTO N'EXISTENT MÊME PAS....DONC BIZARD !!

Ashjian Andreas

Décès pour insuffisance rénale cette fois-ci aussi?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Quel con ! Il avait gardé les mêmes lunettes ! Mais bon, il été sûrement "donné"....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET D'UN... DE MOINS !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué