X

À La Une

En Syrie, Kobané de nouveau sous le feu des jihadistes de l'EI

Conflit

Les combattants de l'organisation extrémiste ont également mené une offensive contre la ville de Hassaké.

OLJ/AFP
25/06/2015

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont lancé jeudi une attaque surprise pour reprendre pied dans la ville kurde de Kobané, où ils avaient subi en janvier leur pire revers depuis le début de leur expansion en Syrie. Les combattants de l'organisation extrémiste ont également mené une offensive contre la ville de Hassaké dans le nord-est, s'emparant pour la première fois de deux quartiers dans cette capitale provinciale partagée entre le régime et les forces kurdes. Dans le sud syrien, ce sont des groupes rebelles, dont des jihadistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, qui accentuent la pression sur les forces du régime de Bachar el-Assad à Deraa, berceau de la révolution de 2011.

A Kobané (Aïn el-Arab en arabe), les jihadistes sont revenus par la ruse, en revêtant l'uniforme des Unités de protection du peuple kurde (YPG), la principale milice kurde syrienne, selon des militants contactés par l'AFP. En janvier, les YPG, avec l'aide des frappes aériennes de la coalition menée par les Etats-Unis, avaient chassé le groupe ultraradical de cette ville frontalière de la Turquie après quatre mois de combats, faisant de la cité un haut-lieu de la lutte anti-EI. Les jihadistes ont perpétré trois attentats suicide à la voiture piégée près du poste-frontière avec la Turquie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui n'était pas en mesure de fournir un bilan des victimes. Des combats se poursuivaient dans l'après-midi dans le centre de Kobané, où les YPG ont dépêché des renforts.

 

'Semer la confusion'
Dans le sud de la Turquie, le bureau du gouverneur de la province de Sanliurfa a assuré que les jihadistes s'étaient introduits "depuis (la ville de) Jarablos en Syrie". Un responsable turc a aussi affirmé à l'AFP, sous couvert de l'anonymat, "avoir la preuve concrète qu'il n'y a pas eu d'entrée depuis le côté turc". Pour Idris Nasan, un responsable kurde à Kobané, l'EI "cherche à semer la confusion pour venger leur défaite (de janvier) et pousser les Kurdes à la fuite". Des membres de l'organisation extrémiste ont d'ailleurs exécuté 23 kurdes syriens, y compris des femmes et des enfants, dans un village des environs de Kobané, d'après l'OSDH et des militants.

D'après le militant Arin Shekhmos, l'attaque de Kobané "est une vengeance de la part de l'EI après ses revers sur plusieurs fronts face aux forces kurdes et leurs alliés rebelles". Il fait référence aux défaites subies par l'EI depuis plus d'une semaine dans le nord de la Syrie face aux YPG, qui lui ont arraché Tall Abyad, ville frontalière de la Turquie, et la Brigade 93, base importante à 56 km au nord de Raqqa, principal fief des jihadistes en Syrie.

Plus à l'est, à Hassaké, chef-lieu de la province éponyme frontalière de la Turquie et de l'Irak, des jihadistes se sont emparés de deux quartiers auparavant sous contrôle du régime. Au moins 20 jihadistes et 30 membres des forces du régime ont été tués lors de violents affrontements toujours en cours jeudi dans cette ville dont le régime syrien et les forces kurdes se partagent le contrôle. L'EI y avait entamé une offensive le 30 mai mais avait jusqu'à présent été repoussé. Un attentat suicide contre un point de contrôle tenue par une milice pro-régime lui a cette fois permis d'entrer dans la cité.

 

(Lire aussi : Les forces kurdes, un groupe clé dans la lutte contre les jihadistes)

 

'Opérations de diversion'
Pour Charles Lister, expert au Brooking Doha Centre, "les attaques inattendues et spectaculaires" de l'EI à Kobané et Hassaké sont "des opérations de diversion" visant "à détourner les Kurdes de Raqqa". Depuis mardi, ces derniers ne sont plus qu'à 56 km de cette ville. L'EI a proclamé il y a un an un "califat" sur les pans de territoire conquis en Syrie et en Irak, où il fait régner sa loi et multiplie les exactions, au point d'être accusé de crimes contre l'Humanité par l'Onu. Selon une vidéo diffusée jeudi, des jihadistes ont décapité 12 hommes présentés comme membres de groupes rebelles rivaux dans la région de Damas.

Plus au sud, près de la Jordanie, des forces du régime dans la ville de Deraa sont attaquées par une coalition de rebelles, dont des jihadistes du Front al-Nosra. Un porte-parole d'un de ces groupes rebelles, Dia Hariri, a affirmé que le but était "de libérer" Deraa, dont la majeure partie est aux mains des rebelles depuis plus d'un an. La province éponyme est également majoritairement contrôlée par des groupes rebelles, qui y ont enregistré des gains territoriaux ces dernières semaines.

Une roquette tirée depuis la Syrie s'est abattue jeudi sur le nord de la Jordanie, faisant un mort et quatre blessés, a-t-on appris de source gouvernementale. "Une roquette tirée du territoire syrien est tombée dans la ville d'al-Ramtha à proximité de la frontière syrienne, tuant un jeune de 20 ans et en blessant quatre autres", a indiqué cette source sous couvert de l'anonymat. Al-Ramtha est située seulement à quelques kilomètres de la ville de Deraa. Par ailleurs, les Nations unies et des agences humanitaires partenaires ont déploré jeudi le manque sévère de fonds et la "crise massive" qui réduisent l'aide fournie aux réfugiés syriens, appelant les donateurs à honorer leurs engagements.

 

Lire aussi

A la frontière turque, les craintes d'une "cinquième colonne" jihadiste

Malgré les risques, les réfugiés de Tall Abyad pressés de retrouver la Syrie

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Les medias ne disent pas toute la verite sur ce qui se passe sur le terrain, nous disait Scarlett dans un de ses articles fumants , comme elle a l'habitude d'en faire .
Si kobane fait une rechute , alors que les occicons et les bensaouds salafowahabites aident les kurdes , comme on le disait naguere , alors c'est de la faute a QUI ??????????
Dieu merci le hezb se defends grace a d'autres "allies".

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUI SONT LES CONNUS INCONNUS DERRIÈRE... FINANçIERS ET POURVOYEURS ?

ACE-AN-NAS

C'est pas pour comparer , mais toutes villes prises par le hezb résistant n'a jamais pu être reprises par les bactéries salafowahabites .
Ca peut changer , je ne dis pas que c'est définitf , walaw je reste très démocrate mais pas con !
Parce que c'est bizarre que les bactéries reviennent malgré une aide sans limite des occicons aux kurdes , non ?
alors que que du côté du hezb les occicons ne les aident pas , et on a pas le même résultat . bizarre non ?

Halim Abou Chacra

Ce qui est effarant c'est la facilité avec laquelle ces tarés de Daech commettent leurs attentats suicide. Comment est-ce possible ? Cela est-il dû seulement à un lavage de cerveau absolument incroyable et super dangereux auquel ils ont été soumis ou y a-t-il un effet de drogues dans ce phénomène ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué