Rechercher
Rechercher

À La Une - Dans la presse

Aux Emirats, insulter sur Whatsapp peut coûter très cher

En vertu d'une nouvelle loi sur la cybercriminalité, les infractions peuvent être passibles d'une peine de prison ferme et d'une amende pouvant aller jusqu'à 68 000 dollars.

Les étrangers reconnus coupables sont passibles d'expulsion selon une nouvelle loi sur la cybercriminalité aux Emirats arabes unis. Photo d'archives AFP

Aux Emirats arabes unis, les utilisateurs de l'application mobile de messagerie instantanée Whatsapp devront désormais peser leurs mots. Une nouvelle loi sur la cybercriminalité y prévoit que des insultes proférées sur Whatsapp peuvent être passibles d'une peine de prison ferme et d'une amende pouvant aller jusqu'à 68 000 dollars, rapportent les médias émiratis.

La Cour suprême fédérale, basée à Abu Dhabi, a annulé deux condamnations jugées "trop clémentes" contre un homme reconnu coupable d'insultes sur Whatsapp contre un collègue, en vertu de cette nouvelle loi, précise le site d'information Emirates 24/7 News. L'accusé, condamné à une amende de 800 dollars, devra être rejugé, a décidé la Cour suprême. Les étrangers reconnus coupables sont passibles d'expulsion selon cette loi, ajoute le site.

L'amende devra être payée aux autorités, mais la victime pourra demander des dommages et intérêts, explique l'avocat Hassan Elhais sur le site d'information de la chaîne satellitaire panarabe, al-Arabiya. "Certaines personnes peuvent utiliser Internet pour détruire la réputation d'autrui. Il doit y avoir une sorte de contrôle sur la question", indique-t-il.

Le mois dernier, l'avocat pénaliste Abdullah Yousef al-Nasir avait expliqué, sur 7DAYS, un autre site d'information émirati que "l'envoi d'un émoticône ou d'une image sur Internet montrant un doigt d'honneur est puni par la loi, passible d'une peine de trois ans de prison ou d'une amende pouvant aller jusqu'à 137 000 dollars".

Pour mémoire
Une ligne directe pour venir en aide aux internautes libanais confrontés à la censure

Interpellé pour un commentaire sur Facebook : quand la censure libanaise débarque sur Internet

Aux Emirats arabes unis, les utilisateurs de l'application mobile de messagerie instantanée Whatsapp devront désormais peser leurs mots. Une nouvelle loi sur la cybercriminalité y prévoit que des insultes proférées sur Whatsapp peuvent être passibles d'une peine de prison ferme et d'une amende pouvant aller jusqu'à 68 000 dollars, rapportent les médias émiratis.
La Cour suprême...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut