X

La Dernière

Un Libanais de 18 ans repéré par un géant de la Silicon Valley

La bonne nouvelle du lundi

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

15/06/2015

À tout juste 18 ans, Jihad Kawas est déjà créateur de l'application mobile "Saily" et PDG d'une société du même nom. Saily est une application qui permet d'acheter, de vendre ou d'échanger des biens d'occasion entre personnes situées à proximité, grâce à un système de géolocalisation.

Ce jeune Libanais au parcours atypique a tapé dans l'œil de la prestigieuse Thiel Foundation, du nom de Peter Thiel, richissime entrepreneur et créateur de PayPal, système de paiement en ligne. Jihad Kawas fait ainsi partie des vingt boursiers Thiel de l'année 2015, sélectionnés parmi 2 800 candidatures. Il est le premier à réussir cet exploit au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Jihad Kawas est tombé dans les applis à 14 ans, en recevant son premier iPhone. « Quand j'ai réalisé combien j'appréciais les fonctionnalités des applis mobiles, je me suis demandé : qui les a créées ? À quel point est-ce difficile de le faire ? Puis-je en inventer une ? » À partir de simples recherches sur Internet, il fait ses premiers pas dans le monde de la programmation informatique. « J'ai réalisé plusieurs sites web et quelques applications que j'ai revendues et qui m'ont rapporté une petite somme », explique-t-il à L'Orient-Le Jour.


Capture d'écran du site officiel de Saily.


Mais Jihad Kawas, qui se dit « fasciné depuis toujours par l'économie collaborative », veut construire une plate-forme solide. C'est ainsi qu'à 16 ans, il crée Saily. « L'application a pour but de favoriser la réutilisation, au sein d'un même quartier, de tous les produits de consommation susceptibles d'être jetés. Chaussures, vêtements, casques de musique et autres biens revendus entre voisins retrouvent donc une seconde vie entre les mains de leur nouveaux propriétaires. Saily, c'est donc « l'entraide et la complémentarité des besoins au sein du voisinage », explique Jihad Kawas. Si l'application est fonctionnelle au Liban, son créateur explique toutefois que le marché ciblé est celui des États-Unis. Il est vrai que dans ce pays, il existe déjà des plates-formes pour ventes et achats entre particuliers, tel Craiglist. Mais la particularité de Saily, selon son créateur, c'est sa rapidité, son style soigné et son côté pratique.

Motivation inébranlable

Le concept semble avoir convaincu quelques grands de la Silicon Valley. « J'ai commencé à sécher les cours à l'école, pour me rendre aux États-Unis à la rencontre des pionniers de la technologie et de l'informatique, tels Tim Cook, PDG d'Apple, Brian Chesky, PDG d'Airbnb, et d'autres », raconte le jeune Libanais. C'est finalement la Thiel Foundation qui décide de lui donner un coup de pouce. « Je crois que j'ai été sélectionné en raison de mes efforts continus en vue de maintenir le bon fonctionnement de Saily, estime Jihad Kawas. Je crois que ma motivation inébranlable et ma persévérance dans le domaine de la vente et de l'achat entre particuliers a également motivé le choix de la fondation. »


Jihad Kawas (d.), en compagnie de Tim Cook, PDG d'Apple.
Photo tirée du compte Twitter @JihadKawas


En tant que boursier de la Thiel Foundation, le jeune entrepreneur empochera 100 000 dollars et bénéficiera d'un tutorat pendant deux ans afin de consolider son projet, à condition de quitter les bancs de l'université durant cette période. Pour le jeune entrepreneur qui ne cache pas sa joie, le choix était plutôt facile : « Je suis toujours écolier et dois d'abord passer mes examens de fin d'année, explique-t-il. Je ne vais donc pas quitter l'université, mais plutôt sauter cette étape. Cela faisait déjà partie de mes plans, sauf qu'aujourd'hui, je vais l'accomplir avec 100 000 dollars en poche. »

L'immersion de Jihad Kawas dans le monde de la Silicon Valley n'a pourtant pas poussé ce jeune Libanais à l'émigration. « La seule barrière entre Beyrouth et le reste du monde, c'est quelques heures en avion, lance-t-il. Je peux apprendre beaucoup de choses aux États-Unis, mais vivre au Liban est une bénédiction. J'y bénéficie de coûts de production dix fois inférieurs que ceux pratiqués à l'étranger, et je peux en même temps profiter de la beauté du pays », souligne-t-il. Jihad Kawas compte ainsi se « focaliser pour le moment sur Saily, à partir du Liban, afin d'en faire une meilleure plate-forme pour ses utilisateurs ».


Dans la même rubrique

Deux Libanais créent une plateforme pour remettre du jeu et du lien dans le quotidien des petits cancéreux

Une association se lance un nouveau défi : faciliter le retour au pays des ingénieurs libanais

Pour « sauver la vie des enfants », des passages piétons devant des écoles

« Nous sommes libanais et champions du monde en robotique ! »

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAUVRES LIBANAIS... CHEZ EUX DES ZÉROS... AILLEURS DES PRODIGES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Gebran Eid

BRAVO CHEF

Dernières infos

Les signatures du jour

En toute liberté de Fady NOUN

Le mufti et le pape

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement entre les interférences externes et l’épineux dossier des relations avec la Syrie

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué