X

Liban

Retrouvailles Aoun-Geagea à Rabieh : un premier pas vers une réconciliation chrétienne générale ?

Partis

Le CPL et les FL ont dévoilé hier leur déclaration d'intentions, un document qui constitue la base de leur dialogue à venir.

OLJ
03/06/2015

Elle était annoncée depuis quelques mois. Elle était attendue. La rencontre Aoun-Geagea a eu lieu finalement hier. Il s'agit de la première depuis dix ans entre les deux chefs du Courant patriotique libre, Michel Aoun, et des Forces libanaises, Samir Geagea, soit depuis que l'un est rentré au Liban après un long exil et que l'autre est sorti de prison, consécutivement au départ des troupes syriennes du Liban
.
À l'époque, les deux hommes avaient échangé deux visites de courtoisie qui n'ont pas eu de suite bien entendu. Aujourd'hui, leurs retrouvailles marquent l'ouverture d'une page qu'ils veulent nouvelle dans leurs rapports. « Si seulement cette réunion avait eu lieu trente ans plus tôt. » Ce sont les premiers mots prononcés par Samir Geagea au cours de sa conférence de presse conjointe avec Michel Aoun, à Rabieh. Celle-ci a suivi la lecture donnée conjointement par Ibrahim Kanaan, député CPL, et Melhem Riachi, responsable du service de communication au sein des FL, de la déclaration d'intentions CPL-FL, un texte en seize points qui comporte les principes généraux sur base desquels les deux partis doivent fonder leur dialogue.

Les faits d'abord : c'est peu après 17h que le chef des FL, accompagné de Melhem Riachi, est arrivé à Rabieh où il a eu un tête-à-tête de 25 minutes avec Michel Aoun, avant que les deux hommes ne tiennent une réunion élargie en présence de MM. Riachi et Kanaan, au cours de laquelle chacun d'eux a exprimé sa joie pour le succès du processus qui a permis ces retrouvailles, puis de passer en revue l'actualité politique locale en commençant par le vide présidentiel, l'affaire du gouvernement et des nominations, en passant par le dossier des réfugiés syriens et de Ersal, pour finir avec la polémique autour des réunions parlementaires et de leur ordre du jour.
Chacun des deux a donné son point de vue et son analyse de la situation, sans que l'un ne reproche à l'autre sa position, n'essaye de convaincre l'autre du bien-fondé de la sienne ou encore de le rallier à sa cause. Toutes ces questions doivent être cependant abordées plus tard, à la faveur des réunions que des représentants des deux formations doivent tenir dans le cadre du dialogue qui repose sur la déclaration d'intentions.

Au terme de la réunion, Michel Aoun a essayé de retenir ses hôtes à dîner, mais le chef des FL devait partir. Ibrahim Kanaan et Melhem Riachi ont donné lecture du document dans lequel le CPL et les FL affirment s'être mis d'accord sur la nécessité d'adopter une nouvelle loi électorale assurant la juste représentativité des différentes composantes du peuple libanais.
En plus des grands principes basés sur la sauvegarde de l'identité du Liban et le maintien du dialogue, le CPL et les FL se sont accordés sur l'importance d'améliorer la « représentativité des forces politiques au sein des institutions », une représentativité qu'ils estiment basée sur une « mauvaise application de l'accord de Taëf ». Affirmant la nécessité de respecter la Constitution, les deux formations ont également convenu de « la légitimité de l'armée et des forces de sécurité de l'État », et souligné leur concordance de vues sur plusieurs autres questions, dont un règlement rapide du dossier des réfugiés et la procédure de gestion des finances publiques. Si elles considèrent que la rivalité politique est légitime, voire nécessaire pour asseoir les bases de la démocratie, il n'en demeure pas moins qu'elles estiment que les principes constitutionnels ou en rapport avec le pacte national doivent être maintenus en dehors du cadre de la rivalité politique.


(Lire aussi : La délégation ministérielle affiche un semblant d'unité pour la visite officielle en Arabie)

 

Verrouillage de la scène chrétienne ?
Leur succédant à la tribune, Samir Geagea et Michel Aoun ont souligné leur attachement à concrétiser les principes énoncés. « Le principal objectif de ma visite à Rabieh est de permettre le rapprochement entre les deux plus grandes forces politiques chrétiennes sur la scène libanaise », a souligné le chef des FL, avant de relever que celui-ci peut avoir un impact positif sur la situation au Liban.
Mettant l'accent sur la nécessité de « trouver un moyen pour sortir de la situation actuelle », il a annoncé que les retrouvailles d'hier constituent « le début et non pas la fin du dialogue, après des préparatifs de plusieurs mois ». « C'est maintenant que le travail, au vrai sens du terme, commence. Nous ferons tout pour que cet effort n'échoue pas. Si jamais, au cours du dialogue, nous butons sur des sujets conflictuels, nous les laisserons provisoirement de côté pour plancher sur d'autres dossiers. Il n'a pas été facile d'aboutir à cette déclaration d'intentions qui reflète en définitive l'état d'esprit des deux formations », a-t-il expliqué, avant de faire état d'une entente avec le CPL sur le fait que la loi électorale et la naturalisation des émigrés libanais qui ont perdu leur nationalité doivent figurer en priorité à l'ordre du jour de la première réunion parlementaire.

 

(Lire aussi : Le sommet intermusulman de Dar el-Fatwa met en garde contre une discorde confessionnelle à l'échelle du monde arabe)


D'aucuns ont vu dans ce discours hier une volonté de verrouillage de la scène chrétienne, excluant les autres formations chrétiennes. Mais de sources proches des deux leaders, on indique qu'on reste pour le moment dans le domaine théorique, la seconde phase du dialogue devant porter sur une concrétisation des principes énoncés dans la déclaration d'intentions pour pouvoir élargir la réconciliation interchrétienne et y inclure à terme le chef des Marada, Sleiman Frangié, et le leader des Kataëb, Amine Gemayel.
Des commissions doivent être formées dans un proche avenir à cette fin, à l'initiative notamment de MM. Kanaan et Riachi. Elles feront appel à des experts pour les sujets techniques et n'hésiteront pas à solliciter le concours de leurs deux leaders respectifs pour les questions épineuses.
L'important, aux yeux des deux formations, est que la liaison entre Rabieh et Maarab a été rétablie, ce qui ne manquera pas d'avoir un impact positif sur la scène chrétienne. Le général Aoun est attendu maintenant à Maarab au moment où les artisans de la déclaration d'intentions doivent s'atteler à établir le programme des rencontres à venir au niveau des experts pour consolider le document.

Ceci ne signifie pas pour autant qu'entre MM. Aoun et Geagea, une lune de miel vient de commencer. Les sujets de désaccord entre eux restent nombreux et les obstacles qui se dressent sur la voie de ce dialogue le sont autant. Le chef des FL reste extrêmement sévère à l'égard du CPL qui bloque, avec le Hezbollah, l'élection d'un président de la République.
Aujourd'hui, le Parlement est censé se réunir pour la vingt-quatrième fois afin d'élire un chef de l'État. On sait à l'avance que les députés aounistes resteront chez eux, et que le chef des FL tiendra une conférence de presse pour dénoncer leur comportement et celui de leurs collègues du Hezbollah.

 

Pour mémoire
Derrière l’initiative de Aoun pointent les signes d’un nouveau blocage...

L’initiative Aoun née pour prolonger le vide présidentiel

Le Parlement bat un record : 23 séances et pas de président depuis un an

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Cela me rappelle le cinéma Roxy de ma jeunesse avec Laurel & Hardy et Bud Abbott & Lou Costello.
Rien à ajouter.

Sabbagha Antoine

De vrais comédiens mais quoi qu'ils fassent ils sont dépassés par le temps le lieu et l'espace .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUI DE JUDAS... OU DE PONCE PILATE ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI ON NE LES CONNAISSAIT PAS BIEN TOUS LES DEUX... ON AURAIT PU ESPÉRER ! ESPÉRONS QUAND MÊME !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

La sphère "chréti(en)ne" ne peut se conscientiser, que grâce à la lutte critique qui ne peut que s'annoncer. Ce qui la forme, ce n'est pas la bête "chrétien(i)té" naturelle, mais celle artificielle ; ce n’est pas sa masse écrasée par le poids de "Mâles" dominants ultra quelconques, mais la masse résultant de la simple décomposition in fine de cette "société chréti(en)ne" : Ce qui n'empêche pas la "chrétien(i)té" naturelle de grossir encore + les rangs de la sphère "chréti(en)ne. Lorsque celle-ci annonce la dissolution de cette "Mâle domination, elle ne fait qu'énoncer le secret de sa propre existence, car elle constitue la dissolution effective de cette domination établie. Lorsqu’elle réclame la récupération de ce pouvoir "Mâle", elle ne fait qu'établir en principe de la société ce que la société a établi en principe de la sphère chréti(en)ne ; ce que celle-ci personnifie comme résultat négatif de la société. Ces factions dominantes "chréti(en)nes" se trouvent, vis-à-vis d’1 new monde naissant, dans la même situation que leur zaïîm vs le monde existant quand il appelle La Masse sa masse ou Un Hmâr son hmâr. En la déclarant sa propriété, le zaïîm énonce que c’est bien lui, le "riche", le zaïîm. De même que la lutte trouve dans la sphère "chréti(en)ne ses armes matérielles, celle-ci trouve dans le renversement de "Mâles" établis ses armes intellectuelles. Et dès que l'éclair de la pensée aura pénétré le crâne populaire "chréti(e)n, le Chrétien éhhh pourra alors s'émanciper.

Halim Abou Chacra

A la bonne heure !
Croisons les doigts pour que cette entente dure et soit un exemple constructif pour toutes les forces politiques du pays, en vue d'une entente interlibanaise générale et d'une mise réelle du Liban sur le chemin de la stabilité, du progrès et de la prospérité.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants