Liban

« C’est le gouvernement qui bloque sa propre action », accuse Aoun

OLJ
03/06/2015

Le général Michel Aoun a affirmé hier, à la suite de la réunion hebdomadaire du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme, que « c'est le gouvernement qui bloque sa propre action, en refusant d'assumer sa responsabilité de gérer les affaires de l'État concernant les nominations sécuritaires », se demandant quelles sont les raisons du retard de ces nominations.
Le général Aoun s'est particulièrement attardé sur le report jusqu'en septembre de la nomination d'un nouveau commandant en chef de l'armée, citant des sources ayant prétendu que le cabinet table d'ici là sur « une chute du Yémen et du régime syrien, et sur la déroute du Hezbollah ».
Concernant l'implication de l'armée dans la bataille de Ersal, Michel Aoun a affirmé qu'« aujourd'hui, d'énormes erreurs se font au détriment de l'armée », assurant que « c'est nous qui préservons le moral de la troupe, alors que ceux qui le détruisent sont ceux qui ne respectent pas les lois en vigueur ». Et de conclure : « Lorsque nous parlons de la nécessité pour l'armée de remplir sa mission à Ersal, nous ne parlons pas de la localité même, mais de son jurd. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PARAVENTISSIME... IL NE FAUT PAS OUBLIER QUE LES COLLIERS DES FREINS... S'USENT...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OUI ! MAIS PAR LES BOYCOTTEURS QUI LUI BLOQUENT LES DÉCISIONS ET PARALYSENT SES MAINS... PARAVENTISSIME !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le style de la diatribe du Bigaradier est encore, si l’on puisse dire, fortement musclé ; et c'est le style qui, à notre humble avis, en fait le pur pathétisme. On voit que, lors même qu'il se borne à reproduire de l'ancien, boSSfééér découvre que ce qu'il dit est neuf pour lui et qu'il le sert pour tel le pâmé pour ses puînés. La provocante audace avec laquelle il porte la main sur ce "sanctuaire" Campagnard, les paradoxes avec lesquels il se moque, sans même se douter, du plat sens commun de son propre entourage orangé, sa critique amèèère-aigrie sans même un brin d’ironie avec çà et là 1 sentiment de pseudorévolte superficiel et faux contre les infamies de l'ordre des choses établies et son drolatique "réformisme" ; voilà ce qui explique l'effet "électrique", de choc, que produisit le caporal-Aigri dès son retour d’exil suite à sa fuite. Dans une histoire rigoureusement scientifique de la Science Politique, ses diatribes mériteraient à peine une mention. Mais ses dires à sensation jouent leur rôle dans les "sciences" aussi bien que dans la "littérature" du café de commerce ; c’est sûr. Prenez, e.g., son discours "Changementaliste". Même sa mouture n'est tout bonnement qu’un pamphlet tarabiscoté et, par-dessus le marché, un plagiat d'un bout à l'autre de la Tornade d’Antoûne. Et pourtant, quel choc cette bouffonnerie du genre humain n'a-t-elle pas provoqué chez certains Niais oranginés "chréti(e)ns" !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants