Rechercher
Rechercher

Culture - Festival

Cette année, Zouk ne mise que sur le « made in Lebanon »

Photo tirée de la page officielle du festival de Zouk sur Facebook.

Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, loin de là, mais contrairement aux autres cuvées, il se dégage comme un parfum de libano-libanisme de cette 12e édition du Festival de Zouk. Hasard, commodité ou choix délibéré ? Les spectacles au programme cet été sont tous trois made in Lebanon.

Et l'international dans tout cela, à part la participation de membres de l'opéra du Caire ? Interrogée par L'Orient-Le Jour, la présidente du festival, Zalfa Boueiz, explique qu'on peut voir le cachet international de cette édition « surtout dans l'ouverture et le rayonnement à l'étranger » qu'il assure aux jeunes artistes libanais qui s'y produisent.
« Prenez Mike Massy, dont la performance et l'album commun avec Sary et Ayad Khalifé, Nassij, produit l'an dernier par le Festival de Zouk, ont contribué à le faire connaître au-delà des frontières. Un succès qui a emmené le jeune chanteur libanais jusqu'au Festival de Cannes, où il a donné un concert la semaine dernière », a-t-elle rappelé au cours de la conférence de presse tenue à l'hôtel Four Seasons, en présence du ministre du Tourisme, Michel Pharaon, du directeur du ministère de la Culture représentant son ministre en déplacement à l'étranger, Fayçal Taleb, du président de la municipalité de Zouk, Nouhad Naufal, et de l'artiste Ziad Rahbani. Ce dernier s'est déclaré « satisfait » par les prix « abordables » de ce festival.

Quant au ministre Pharaon, il a insisté sur « l'importance de ce festival qui encourage les talents du Liban et contribue au rôle privilégié de diffuseur de culture et de civilisation que joue ce pays dans cette région du monde, en proie à tant de conflits ». Avant de conclure avec un souhait : que la classe dirigeante soit à la hauteur des attentes des Libanais...

 

Le 23 juillet

Ziad Rahbani

Après l'immense succès de son concert unique de l'été 2013, ce sera la seconde fois que Ziad Rahbani se produira à Zouk. Accompagné de son groupe, bien sûr. Sinon, on ne sait jamais vraiment à l'avance ce que concocte l'enfant terrible de la scène théâtrale et musicale libanaise. Il y a deux ans, le compositeur-arrangeur et pianiste, qui fait feu de tout bois, avait présenté un spectacle métissé, combinant chansons orientales et morceaux instrumentaux, jazz, funk, pop et bossa nova... Rebelote ou nouvelle direction ? Le suspense est total, mais une chose est sûre : quel que soit le programme qu'il présente, l'artiste à l'humour corrosif a ses adorateurs de tout âge qui ne rateraient pour rien au monde une de ses performances.

 

Le 25 juillet

Hommage à Oum Koulthoum

Parce que cette année coïncide avec le quarantième anniversaire de la mort de l'astre de l'Orient, le Festival de Zouk Mikaël présente un concert «Hommage à Oum Koulthoum ». Le répertoire de la diva absolue du monde arabe sera repris par la génération montante de chanteuses orientales, représentée par Yasmine (qualifiée à tout juste 16 ans à la finale d'« Arabs Got Talent »), Sara et Yasmina de l'opéra du Caire. Les trois graines de star seront accompagnées par l'Orchestre national libanais dans sa branche orientale conduite par le maestro Sélim Sahhab.

 

Le 28 juillet

One Night on Broadway

Comme son nom l'indique, ce spectacle est inspiré des musicals de Broadway. Sauf que c'est un pur produit local, avec 50 chanteurs et danseurs libanais sur scène qui, accompagnés d'un orchestre live dirigé par Kamal Saïkaly, présenteront des tableaux tirés de célèbres comédies musicales, à l'instar de Funny Girl, Mary Poppins, Phantom of the Opera, Sister Act, Les Misérables, Aladdin ou encore Chicago. Mis en scène et chorégraphié par Roy Khoury, danseur classique diplômé du Broadway Musical Theater NYFA de New York et semi-finaliste de l'édition 2013 de « Arabs Got Talent », il réunit, entre autres participants, Manel Mallat, Kristian Abouanni, Andrea BouNehme, Corinne Metni, The Swinging Sisters et la comédienne Nada Abou Farhat, « en guest star ».

*Billets en vente à Boueiri Press Kaslik et au Virgin Ticketing Box Office – 01-999666

 

Lire aussi
Laissez-vous guider par la musique, pas à pas...

Baalbeck 2015 : et si la première des résistances était culturelle ?

Quand Tripoli vibre au rythme du tango...

Beyrouth aussi se met au rythme des festivals

Cette année, Jounieh s'écrit avec 3 J

Byblos, un peu bipolaire, joliment audacieux

Beiteddine, et toute l'adulescence de ses 30 ans


Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, loin de là, mais contrairement aux autres cuvées, il se dégage comme un parfum de libano-libanisme de cette 12e édition du Festival de Zouk. Hasard, commodité ou choix délibéré ? Les spectacles au programme cet été sont tous trois made in Lebanon.Et l'international dans tout cela, à part la participation de membres de l'opéra du Caire ?...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut