Rechercher
Rechercher

Culture - Festival

Cette année, Jounieh s’écrit avec 3 J

De gauche à droite : Fadi Fayad, directeur du Festival de Jounieh, le ministre Pharaon, Antoine Frem, président de la municipalité, et Zéna Frem, épouse du président de Phellipolis, Neemat Frem. Photo Michel Sayegh

En cinq ans, le dernier-né des festivals d'été a enregistré une belle croissance. Et remis sur la carte des spots touristiques du pays Jounieh et sa superbe baie.
Depuis son lancement en 2011, le Festival international de Jounieh attire, d'année en année, un nombre toujours croissant de festivaliers. Autant vers les gradins de son grand stade Fouad Chéhab (à la capacité de 5 500 places) où ont lieu les concerts, que dans les rues de la vieille ville côtière, où, durant 3 jours pleins, ce festival se distingue des autres, en offrant gracieusement toutes sortes d'activités sportives et de loisirs (parades, jongleries, tours à vélo, en ballons, parmi d'autres...) aux familles qui y font un crochet. Bref, avec à son actif une impeccable organisation (facilitant l'accès, le placement et le parking) et l'enthousiasme de son équipe organisatrice qui dit « chercher constamment ce que nous pouvons apporter à notre ville plutôt que ce qu'elle peut nous offrir », ce jeune Festival de Jounieh entre de pied ferme dans la cour des grands.
Pour sa cinquième édition, qui se tiendra du 2 au 15 juillet, il offre une programmation en 7 dates incluant un week-end et... 3J. 3 J, comme les initiales des 3 pointures qui seront au rendez-vous en soirées les 8, 9 et 15 juillet. Soit, à tour de rôle : l'humoriste français Jamel Debbouze, la star du rock hexagonal Johnny Hallyday, et celle de la pop et r'n'b britannique Jessie J.


Trois têtes d'affiche venues de l'étranger, auxquelles il faut ajouter le concert de l'une des icônes de la chanson libanaise, Majida el-Roumi (le 4 juillet), et celui des 8 finalistes de The Voice France saison 4, Hiba Tawaji comprise (le 6 juillet). Sans oublier les désormais légendaires feux d'artifice synchronisés, qui illumineront le ciel, de Harissa à la baie, lors de la soirée d'ouverture le 2 juillet.


Pop, rock et de gros calibre : c'est ainsi qu'on pourrait définir le cru 2015, qui a été annoncé hier au cours d'une conférence de presse tenue à l'ATCL en présence du ministre du Tourisme, Michel Pharaon, par les membres de l'association Phellipolis. Laquelle, « entre autres activités de promotion de la ville et d'amélioration du bien-être de ses habitants, organise et finance entièrement les activités de ce festival », a souligné son directeur Fadi Fayad. Qui a tenu, à l'instar du président de la municipalité Antoine Frem et du ministre du Tourisme, à rendre un hommage appuyé « à l'armée libanaise, à ses sacrifices permanents en faveur du maintien de la paix et de la sécurité sans lesquelles il n'y aurait aucune possibilité d'organisation de festivités ».


Dans son allocution de circonstance, le ministre Pharaon a quant à lui adoubé ce festival « qui fait désormais partie du club des grands festivals d'été qui attirent les touristes », a-t-il déclaré. Il a également tenu à remercier les médias « qui accompagnent sans faillir l'exceptionnel dynamisme culturel », ainsi que les membres de la municipalité, l'association Phellipolis, le président de son comité Neemat Frem et tous ceux qui œuvrent à la mise en place de cet événement. « Qui est l'émanation de la volonté de vivre du Liban, de sa volonté de relever les défis une fois de plus ». Il a également mis l'accent sur sa foi en la capacité du pays du Cèdre à se poser en garant de la civilisation, de l'art, de la culture, de la liberté, des valeurs et de la démocratie menacés dans toute la région.
Saluant le dynamisme des responsables de Jounieh, il a aussi fait part de son espoir de voir se tenir très prochainement une conférence pour la mise sur pied du projet de port de cette ville côtière. « Qui aiderait significativement à élever la fréquence du tourisme au pays du Cèdre. » Lequel s'annonce plutôt sous de bons auspices avec une « augmentation de 30 % des visiteurs enregistrée au cours des 6 derniers mois », a-t-il signalé en conclusion.

 

Johnny, Jessie et Jamel

Trois J conseillés par la rédaction. À commencer par les deux « frenchies », francophonie oblige : Jamel Debbouze et Johnny Hallyday.
– Pour s'offrir une belle parenthèse de rire avec le premier. « L'humoriste préféré des français » et d'une bonne tranche des Libanais francophones (c'est la troisième fois qu'il se produit au pays du cèdre) re-présente, « avec des adaptations spéciales pour le public libanais » (comprendre : il saupoudrera ses vannes d'un zeste de couleur locale), son one-man- show Tout sur Jamel qu'il avait d'ailleurs déjà présenté en 2013 au Forum de Beyrouth. Spectacle conseillé à ceux qui l'auraient
raté alors...
– Pour allumer le feu avec le second. Un Johnny Hallyday plus survivor que jamais, qui reste après plus de 50 ans de carrière, une véritable bête de scène. D'ailleurs, Rester vivant, le titre de sa tournée internationale, dans laquelle s'inscrit son concert à Jounieh, en dit long sur la fougue, la passion et l'intensité sur scène de ce rockeur déjà légende. Là aussi pour ceux qui l'auraient raté, en 2003, à Baalbeck. Mais aussi, peut-être, pour ceux qui aimeraient le revoir.
– Et enfin, pour clôturer avec le pep's de la pop star brit Jessie J. Parce que Justin Timberlake l'a qualifiée de « meilleure chanteuse du monde à ce jour ». Et qu'elle a accumulé les disques de platine et les reconnaissances diverses et variées, du prestigieux BRIT Award for Critic's Choice aux Grammy Awards, en passant par le BBC High Honor of Sound. Mais surtout, parce que ses tubes depuis l'interplanétaire Price Tag (sorti en janvier 2011 et hissé au top des hit-parades en Angleterre mais aussi en France, en Belgique, en Irlande, en Écosse, en Allemagne, en Nouvelle-Zélande et en Hongrie) à l'explosif Bang Bang donnent une pêche d'enfer...

 

Lire aussi

Beiteddine, et toute l'adulescence de ses 30 ans

En cinq ans, le dernier-né des festivals d'été a enregistré une belle croissance. Et remis sur la carte des spots touristiques du pays Jounieh et sa superbe baie.Depuis son lancement en 2011, le Festival international de Jounieh attire, d'année en année, un nombre toujours croissant de festivaliers. Autant vers les gradins de son grand stade Fouad Chéhab (à la capacité de 5 500 places)...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut