X

Liban

Aoun à « L’OLJ » : « La 1559 est un piège tendu par le Conseil de sécurité »

interview

Dix ans après son retour au Liban, au lendemain du retrait des troupes syriennes, le chef du bloc du Changement et de la Réforme, le député Michel Aoun, explique, dans une interview à « L'Orient-Le Jour », la logique de son rapprochement avec Damas dès 2005.

28/04/2015

Revenons d'abord à cet instant du retrait des troupes syriennes, qui préludait à votre retour...
Il va sans dire que j'étais très content, ayant lutté pendant quinze années pour ce retrait et pour mon retour. D'ailleurs, dès mon arrivée en France, on m'avait demandé : « Tant que vous êtes ici général, qu'est-ce que vous pouvez faire ? » J'avais répondu : « Je veux lutter pour retourner. »
Bien sûr, je ne pouvais accepter un retour sans un changement des conditions dans le pays.
Ce retour accompli – je garde un très bon souvenir de cette journée –, la lutte prenait une nouvelle forme : je devais œuvrer en étant toujours prêt, le vent international n'étant pas alors en faveur du Liban. La règle est de rester vigilant dans l'attente de l'instant de l'intersection de deux comportements. Quand la politique internationale change, elle doit rencontrer au Liban le courant qui est prêt à accueillir ce changement. C'est exactement ce qui s'est passé après mon retour.

Le vent international ne soufflait pas en faveur du Liban, mais l'application de la 1559 s'est faite en partie sous la pression des États-Unis...
Je n'ai pas demandé la 1559. Ce que j'ai défendu corps et âme, c'est la Syrian Accountability and Lebanese Sovereignty Restoration Act (c'est moi l'artisan de ce second volet, qui en ai exigé l'insertion). La restauration de notre souveraineté ne pouvait se faire que par l'application de la 520, et c'est dans ce sens que j'ai exercé des pressions. C'est pourquoi j'ai été surpris par l'adoption de la 1559. Certes, je l'ai appuyée, dans son volet relatif au retrait des troupes syriennes, mais j'y ai vu un piège du Conseil de sécurité : la clause relative à la présidentielle libanaise, qui avait pour but de contrecarrer la prorogation du mandat du président Lahoud, était une ingérence dans nos affaires intérieures. J'étais entièrement opposé à la prorogation, mais je ne pouvais accepter que ce soit le Conseil de sécurité qui intervienne dans nos affaires.
De plus, nous étions incapables de désarmer les Palestiniens, ou la résistance, comme le prévoyait la résolution. Tenter de le faire aurait engendré une guerre civile, entre les milices et une armée non préparée à cette action. Non seulement je hais la guerre civile, mais je voulais une vision purement libanaise du processus de désarmement.
Il faut comprendre que si on avait la force militaire suffisante pour désarmer le Hezbollah, celui-ci ne se serait pas armé. La résistance a comblé l'absence de l'armée au Sud. Et ce besoin que nous avions du Hezbollah existe toujours : nous faisons face à près de deux millions de réfugiés syriens et de Palestiniens armés jusqu'aux dents... Si tous ces gens se révoltent, que pouvons-nous faire ? Ni l'armée ni le Hezbollah réunis ne peuvent y répondre. Il est nécessaire d'avoir une vue globale du potentiel de ce qui peut se dresser contre nous.

Quelle démarche avez-vous adoptée face à ce potentiel ?
L'entente avec le Hezbollah en 2006, bien sûr. Je vous rappelle que l'article 10 prévoit l'adoption d'une stratégie de défense qui soit élaborée et acceptée par tous les Libanais, et dont ils seraient tenus pour responsables. Or pendant neuf ans, qu'avons-nous fait pour élaborer cette stratégie ? Rien. Tous insistaient sur le désarmement du Hezbollah, mais personne n'évoquait la stratégie de défense. Pourtant, cette stratégie est nécessaire pour l'évaluation du besoin effectif que le pays aurait de la résistance, et elle est donc déterminante pour la décision d'inviter le Hezbollah à remettre ses armes, sinon d'accepter qu'il les garde, mais dans un certain cadre.

Vous n'évoquez pas la résistance comme une milice...
Le Hezbollah n'est pas une milice. Je reçois tous les ambassadeurs du monde, et rends moi-même visite à certains. Certains ministres étrangers, que je ne nommerai pas, me demandent, avec étonnement, comment j'ai pu, en tant que chrétien, conclure un accord avec un parti armé et terroriste. Ma réponse s'articule autour de deux éléments : les membres du Hezbollah sont des Libanais qui ont combattu pour récupérer le territoire occupé par les Israéliens, comme le prévoit la Charte des Nations unies, qui, à ma connaissance, n'a pas été modifiée. Ensuite, si vous avez une liste des actes terroristes exécutés par le Hezbollah, donnez-les-moi pour faire le nécessaire et renoncer à cette entente.


(Lire aussi : Tentatives de débloquer le législatif, mais pas (encore) la présidentielle)

 

L'attentat de Burgas, par exemple ?
Où sont les preuves ? On a même parlé du terrorisme du Hezbollah en Argentine... avant que le gouvernement argentin lui-même démente ces accusations. C'est honteux, pour la communauté internationale, d'émettre pareilles accusations, en l'absence de preuves.

Qu'en est-il des assassinats politiques au Liban, à commencer par l'assassinat de Rafic Hariri ?
Là aussi, à défaut d'arguments et d'éléments de preuve, les accusations ne peuvent être des faits. Nous avons des services de sécurité et de renseignements très efficaces. Il y a eu une vingtaine d'explosions terroristes, auxquelles certains ont survécu, comme May Chidiac, Élias Murr, les employés de Sawt el-Mahaba, le garde du corps de Pierre Gemayel... Pas un seul crime n'a été élucidé ? Ne sentez-vous pas qu'il y aurait une certaine complicité, quelque part ?

Pouvez-vous préciser cette complicité ?
Le jour de l'assassinat de Gebran Tuéni, je me trouvais à Rome. Un premier appel m'informe de l'explosion sur la route Beit Mery, visant probablement un homme politique. Cinq minutes plus tard, un deuxième appel m'informe de l'identité de la cible et la probabilité de son décès. Le troisième appel me confirme l'assassinat. Gebran était un ami, en dépit de nos divergences politiques. Il m'avait d'ailleurs rendu visite à la veille de son départ à Paris. Il m'avait confié qu'il avait reçu un avis de la part de la commission d'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri. Me demandant ce qu'il fallait faire, je l'ai conseillé d'en notifier les Forces de sécurité intérieure et de prendre le premier avion. Qui l'a persuadé de rentrer par la suite ? Je ne sais pas... Par contre, Marwan Hamadé, qui se trouvait sur la scène de l'attentat, n'avait pas tari d'accusations contre la Syrie. Où est le fondement de ces accusations ? Où est le jugement critique de ceux qui recueillent l'information ?
Nous avons mille raisons de croire que la Syrie l'a assassiné, mais il est impératif de garder une part de doute. Ou encore de s'interroger sur ceux qui ont réellement profité de l'assassinat. Jamais ceux qu'on accuse ne s'avèrent être les criminels. Je le dis en tant qu'ancien enquêteur. Peut-être les assassins se trouvaient-ils sur la scène du crime et se riaient de nous. J'ai le droit de le dire... Il faut observer le crime avec la mentalité de l'assassin, en tant qu'enquêteur, et, en tant qu'homme politique, y réagir avec responsabilité. Personnellement, je ne me permettrais pas, en politique, d'émettre des accusations d'assassinat.

Cette position, vous l'auriez défendue sur l'affaire de l'assassinat de Rafic Hariri ?
Cet assassinat est un cas à part.

Sans lien avec les autres assassinats ?
C'est un cas à part...

Comment ?
L'homme avait une envergure internationale. Et c'est sans doute sa politique de coopération avec le Hezbollah qui a motivé l'assassinat. Combien d'agents du Hezbollah avaient été tués à cette époque ? Ceux qui les ont tués ont peut-être tué Rafic Hariri... car il n'était pas totalement contre le Hezbollah. Je suis au courant des dernières conversations échangées entre sayyed Hassan Nasrallah et Rafic Hariri, dont le sayyed m'a fait part personnellement. Si vous doutez de la teneur de ces conversations, autant douter des affirmations contraires sans preuves.

Si Rafic Hariri n'avait pas été assassiné, votre retour aurait-il eu lieu en mai 2005 ?
Mon retour était inévitable. Au début de l'été 2004, j'avais déclaré, dans un entretien au Nahar, que les Libanais devaient se préparer à l'après-Syrie. La nuit du 21 novembre 2004, à la veille de l'Indépendance, j'avais adressé un appel aux Libanais dans ce sens, auquel j'avais joint une invitation, que les partisans du CPL ont pris soin de distribuer à Beyrouth, et d'abord à Rafic Hariri. Ce dernier s'était demandé si je ne faisais pas de marketing personnel. Walid Joumblatt a lancé une pointe en déclarant que les Libanais prendront soin de remettre cet appel aux Syriens à Dahr el-Baïdar. Quinze ans, ces gens-là n'avaient rien fait pour le retrait des Syriens, alors qu'ils auraient dû le faire théoriquement deux ans après la formation d'un gouvernement d'union nationale.

 

(Lire aussi : Raï réaffirme la nécessité d'élire un président)

 

Quelle stratégie défendiez-vous face à cette perspective de l'après- Syrie ?
J'ai invité les Libanais à trouver une voie honorable au retrait syrien. Il fallait qu'ils comprennent que le retrait ne devait pas se faire au milieu d'un mécontentement syrien. Les conséquences en seraient fâcheuses pour le pays. C'est dans cet esprit que j'ai écrit une lettre au président Bachar el-Assad, le 2 décembre 2005, que j'ai remise d'ailleurs également au patriarche Nasrallah Sfeir, à Paris.
(Il donne lecture de la lettre : « Nous sommes tous conscients de la sensibilité de la période que traverse la région du Moyen-Orient et de ses répercussions sur la Syrie et le Liban, ainsi que de la résolution 1559 du Conseil de sécurité en date du 3 septembre 2004, portant obligation du retrait des forces syriennes du Liban.
Alors que cette résolution provoque des spéculations diverses, sur ses objectifs et ses enjeux, alors que des guerres d'intentions sont menées contre ceux qui appuient cette résolution, dont nous faisons partie, nous avons appelé les différentes parties politiques libanaises à une rencontre en dehors du Liban, loin de l'atmosphère de pression et de surenchères, dans l'espoir de ne plus accorder à cette résolution une explication qu'elle ne contient pas, et en vue d'aboutir à une entente sur sa mise en œuvre garante de l'indépendance et de la souveraineté du Liban, dans le cadre des meilleures relations avec la République de Syrie.Et alors que l'État syrien est le premier concerné par le retrait militaire du Liban et exprime une inquiétude et une appréhension quant à la mise en œuvre de ce retrait, nous demandons à Votre Excellence de nous envoyer un émissaire qui vous représente à la réunion. Nous sommes convaincus que ces appréhensions se dissiperont après un dialogue franc sur la source de ces appréhensions. »)
Pouvez-vous y lire quelque avilissement, quelque servitude de ma part ? Mon slogan était que la Syrie se retire, mais garde avec le Liban les meilleures relations de voisinage. J'appelle à une issue honorable pour tous. N'est-ce pas une audace, de ma part, d'avoir écrit à Bachar el-Assad cette lettre ?

Ou était-ce plutôt faire trop d'honneur à Assad ?
Non, non, pas du tout. Je tenais aux négociations, préalablement au retrait syrien, afin de bénéficier de ce retrait, sans en subir les retombées. Il fallait pour cela apaiser la partie perdante. C'est d'ailleurs selon cette logique que Charles de Gaulle a été le premier à se rendre à Berlin au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, tout en étant le vainqueur. Ce sont les règles du droit international. C'est ce que très peu ont compris. Et c'est ce qui a provoqué mes divergences avec le patriarche Sfeir. J'ai été chez lui, en 2004, à Paris, pour lui remettre personnellement une copie de cette lettre. Je lui ai dit que beaucoup de rumeurs vont sans doute entourer cette initiative. J'ai tenté également de lui faire comprendre qu'il ne pouvait se mettre à l'avant-poste des négociations avec Damas. Il incarnait l'autorité morale, la référence, et ne pouvait se permettre d'être partie directe aux négociations avec des émissaires de Damas. Il fallait qu'il désigne ses émissaires, pour garder une liberté de manœuvre. C'est en tout cas le bon sens diplomatique qui le veut...

En somme, c'est votre initiative, et non pas le 14 février 2005, qui a permis le retrait des troupes syriennes ?
Je n'ignore pas que l'assassinat de Rafic Hariri a accéléré le retrait des troupes syriennes.

Mais votre main tendue à Damas n'est-elle pas assimilable à la main tendue par le Futur au Hezbollah à travers l'alliance quadripartite ?
Pas du tout. Nous ne pouvons considérer que le Hezbollah était isolé en 2005, puisqu'il faisait partie du gouvernement Mikati. En outre, dans son ouvrage publié récemment, le député Hassan Fadlallah relate les propos que j'avais adressés à Hassan Nasrallah, en marge de la dernière séance de dialogue en 2006. Je lui avais dit que l'année de grâce qui lui avait été accordée pour régler la question de son arsenal s'est achevée, sans aboutir. Je lui avais dit alors qu'il devrait faire désormais attention, qu'ils comptaient certainement le descendre. Je n'étais pas au courant, alors que Walid Joumblatt avait déjà commencé à comploter contre lui avec les Européens. C'est d'ailleurs avec l'Europe que d'aucuns avaient travaillé pour contrer mon retour à Beyrouth. Les Français étaient même intervenus officiellement auprès de moi pour m'en dissuader.

Pourquoi, à votre avis, cette opposition à votre retour ?
Les législatives. Ils avaient soi-disant peur pour l'opposition. Les Américains m'accusaient d'être incontrôlable et imprédictible. Je le suis, en effet, par souci stratégique, de ne pas révéler mes intentions à l'avance. Finalement, les chrétiens aussi m'ont isolé. Le travail des ambassades a triomphé.

Votre rapprochement avec les FL vient donc briser cet isolement aujourd'hui ?
Ce rapprochement doit aboutir à une stratégie commune sur le rôle des chrétiens face aux développements régionaux. Je n'en parlerai que lorsque la formule finale sera convenue... Remarquez qu'elle peut aussi rester secrète...

Qu'est devenue votre lutte ?
Je veux sauver le Liban, je ne demande rien pour moi. Pourquoi croyez-vous qu'aujourd'hui je demande l'élection d'un président fort ?
Êtes-vous conscients de l'état de notre administration ? On ne demande d'appliquer Taëf que pour les postes stratégiques chrétiens. Pour les postes sunnites ou chiites, ce sont ceux qui détiennent la plus grande popularité au sein de leur communauté qui y accèdent... Il se trouve aujourd'hui un leader chrétien appuyé par 65 % de la population, chrétienne et musulmane, et on ne veut pas l'élire à la présidence. Et vous me parlez de parité !

Ne voyez-vous pas la vacance actuelle affaiblir la magistrature suprême ?
Pas du tout, puisque nous avons une mainmise sur le gouvernement.

 

Les articles de notre dossier spécial : 10e anniversaire du retrait syrien du Liban

Le retour du balancier, l'édito de Michel TOUMA

Le 26 avril 2005, une page de l'histoire du Liban était à jamais tournée

Douze ans plus tard, le mystère de la banque al-Madina reste entier

« Fraternité » libano-syrienne : faut-il se méfier d'un coup de Jarnac ?

Sélim Abou, la flamme de la résistance

Un retrait syrien jubilatoire assommé par l'amertume du schisme politique interne

Des relations tendues depuis six ans entre le Liban et la Syrie

Quand le destin d'un pays se jouait rue Huvelin...

Le Printemps du Patriarche

Le retrait syrien a-t-il signé la fin de la censure au Liban ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Dans mon précédent commentaire, j'avais remarqué que Michel Aoun avait employé plusieurs fois "on". Je les ai comptés, ils sont SIX.
Après des recherches dans l'Histoire du Liban moderne, j'ai trouvé dans quel cas les politiciens libanais employaient-ils "on" et qui désignaient-ils ? C'étaient avant la guerre 39-45.
La réponse est : Les Italiens.

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

S'il n' y en a qu' un je serai celui la ! Le phare-Aoun a changé d'avis , oui , mais ce n'est pas une girouette , rien à voir avec Joumblatt ou erdo , il a des principes , il les énonce et les applique . Si les bensaouds/israrecel et les occicons venaient à changer de cap pour un meilleur vivre chez nous , on ne les combattrai plus , seuls les imbéciles ne changent pas d'avis dit l'adage , ce Monsieur a du courage , et s'il ne représente pas les 65% qu'il déclare représenter , seul un sondage fiable pourrait nous le dire , il a 100% des cœurs libanais qui veulent finir avec l'alignement aveugle et stupide panurge des alliances du passé qui n'ont prouvé qu'une chose , que l'important pour eux est ailleurs que notre société libanaise , pour laquelle il faudra que nous pensions prendre en main et avancer sans chercher à faire le beau pour toujours recevoir le susucre de nos bourreaux . Je ne vois personne au Liban faire mieux que le Général Michel Phare-Aoun aussi bien dans l'honnêteté que dans la volonté d'y arriver !

Bery tus

ya general vous dites de pas aimer les guerres, mais pourtant vous prennez le partie d'un groupe qui ne cesse d'affirmer la revolution par les armes et ke "el sleh zinet el rjel"... comment justifiez vous cela? vous dite que vous n'aimiez pas les guerres, pourtant votre groupe a lakel vous appartenez corps et ames prônent pour une eternel confrontation, comment expliquez vous cela?

JUSTE POUR RAPELER A CERTAINE AMES SENSIBLE, QUAND VOUS AVEZ ACCEDEZ A LA CHAISE DE PREMIER MINISTRE sur nomination de Gemayel comme le mentionne la constitution, et selon elle tjrs vous deviez SEULEMENT faire passer les taches courantes habituelle du gouvernement et organiser des élections dans un delais de 40 jours et non demander un desarmement de milice, car vous dépasseriez vos prérogatives!!

maintenant vous dites que vous avez etez la victimes de la guerres fracticides QUE VOUS AVEZ ENCLENCHER CONTRE LES FORCES LIBANAISES, on sait tous qui a commencer a bombarder l'autre... et pour finir ici car il y a bcp plus que cela a son sujet, QUI VOUS AIDAIENT A FRAPPER LES POSITIONS SYRIENNE SURTOUT A HALLET, QUI VOUS ENVOYER DES HOMMES ET MUNITIONS JUSQU'AU FRONT? MOI JE VAIS REPONDRE CAR VOUS N'ALLEZ JAMAIS AVOUER SE SONT BIEN LES FL DE TOUJOURS !!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

À QUAND... LES VACANCES !!!

carlos achkar

GMA, sachez le bien une fois pour toute, 65% de la population ne veut plus de vous, de vos mensonges, de vos tromperies. Arrêtez de vous prendre pour un homme fort et pour le sauveur du Liban. Un homme fort ne se cache pas derrière les armes d'une milice. Celui qui défend son intérêt personnel et celui de ses mentors ne peut pas sauver le Liban.

Honneur et Patrie

A son retour de Paris en 2005, Michel Aoun avait dit textuellement ceci : "Le général de Gaulle était venu de Londres pour libérer la France, moi je reviens de Paris pour libérer le Liban. Je casserai la tête de Bachar el-Assad avec un "chacouche".
Qu'a-t-il fait pour libérer le Liban et où est ce "chacouche" ?
Il vient de dire : "Je hais la guerre civile."
Ses deux guerres inter-chrétiennes contre les Forces libanaises, comment les appelle-t-il ?
J'ai compté dans cette déclaration 39 fois "je" et 19 fois "j'" sans compter les "on".
Qui sont ces "on" ?
Les bla bla, ça suffit. Qu'il aille au Parlement pour élire le Président de la République.

Gebran Eid

IL A DETRUIT LE PAYS ET IL EST TOUJOURS LÀ.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PARAVENT... QUELLES CONFESSIONS... QUELLES PRÉTENTIONS... ET QUEL MÉGA DÉGRINGOLAGE !!! ET QUELLE LOGIQUE QUE CELLE QUI DIT QUE LE CONSEIL DE SÉCURITÉ TEND DES PIÈGES...

George Khoury

Incroyable de lire tout cela. Les reponses sont abjectes.
"je n'ai pas demande la 1559", mais bien sur que tu ne l'a pas demandee! Tu crois que le conseil de securite est a ta solde??? Tu n'a pas non plus demande le syrian accountablity act. Tu as conseille sur certains changements, oui.

Bon, passons la rubrique politique.
"Je veux sauver le liban", tu aime a repeter cette phrase. On t'a donne le ministere de l'energie et ton beau fils nous a promis l'electricite 24/24. Malgre les milliards depense, aucun changement. Pourquoi te faire confiance avec plus de portefeuilles??? En plus il a eu la rallonge financiere qu'il demandait, ne vient pas nous dire qu'on t'a mis des batons dans les roues.

Tu es notre marechal petain

Pierre Hadjigeorgiou

1-Pendant des années ont nous avait tarabuste les oreilles prétendant que Aoun été derrière la 1559 et maintenant il avoue de lui même qu'il ne la voulait pas. Et c'est vrai car j’étais personnellement concerné a l'époque et lorsque la proposition lui avait été faite il l'avait refuse nette. Non pas parce qu'il ne voulait pas une interférence étrangère dans les affaires Libanaises mais parce qu;il avait déjà commencé a négocier avec la Syrie son retour. 2-Il prétend que le climat international n’était pas en faveur du Liban? Comment la 1559 a-t-elle été alors vote? C'est en faveur de qui? Du Zimbabwe? 3- La stratégie militaire a été discuté et c'est lui et le Hezbollah qui n'ont jamais voulu en parler se retirant des réunions y relatives. L’armée, non seulement peut venir a bout des milices mais aussi de tout autre agresseur qui qu'il soit. Il suffit que le Hezbollah lui remette ses armes et le Liban sera encore plus puissant pour se défendre sans avoir entre ses jambes une milice terroriste qui a des allégeances étrangères contraires aux intérêts du pays. 5-Un président fort est un President qui sert les intérêts du pays et ne se met pas sous les ordres du Fakih. De plus il ne représente plus qu'a peine 35% de la population, plus de 50% des Chrétiens n'en veulent plus, les Sunnites et les Druzes le haïssent et les Chiites eux même n'en veulent pas. Aoun sera toujours la grenouille qui se prend pour un bœuf. Notre seul malheur est qu'il n'a toujours pas explosé!!!

yves kerlidou

Vous liez les deux interviews celle de Assad et de Aoun et vous avez deux beaux menteurs qui nient les évidences et qui trouvent des drôles d'excuses

Yves Prevost

Le Hezbollah ne serait pas une milice?
- "Tout groupement armé formé d'individus non intégrés dans des forces policières ou militaires permanentes."
- "Organisation paramilitaire constituant l'élément de base de certains partis totalitaires ou de certaines dictatures."
Choisissez votre définition!
Commenter ces propos serait fastidieux: ils contiennent presque une contre-vérité par phrase!

Halim Abou Chacra

"Je veux sauver le Liban". Et surtout "les chrétiens" ! Les chrétiens jamais affaiblis autant que par ses guerres interchrétiennes; par son revirement en faveur de la tyrannie syrienne; par sa justification de tous les crimes et de toutes les monstruosités de cette tyrannie au Liban et en Syrie; par sa couverture totale à toutes les guerres et dérives possibles et imaginables du Hezbollah (qui n'a jamais connu un brin de terrorisme" !); dérives aux conséquences terriblement néfastes pour le Liban; et par-dessus tout, en ce moment, par son blocage de la présidentielle, dont résulte la désintégration de l'Etat libanais, et ce au nom de son hérésie "Moi ou personne président" !!
H.C.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

En ces jours de malheur avec le retour du caporal d’exil, ses boSSfàRiens Malsains en 8 appellent déjà cette conStitution de Tâëf : "le papier hygiénique." ! A la file, apparaissent donc ces oranges (h)amères qui regrettent d'avoir conspiré contre le bääSSdiotisme archaïque, des talus de bigaradiers aigris qui se reprochent d'avoir accéléré la chute du bääSSyrianisme rétrograde par leur rébellion en 90 contre l’aSSadisme de cette époque, et qui pleurnichent à présent pour avoir intrigué contre le fakkîh anthracite et sa Wilâïyâh noirci. Le cri de "Vive la Révolution du Cèdre !" sera déclaré inconstitutionnel dorénavant. Il sera poursuivi maintenant comme imbérialo-sahyouniste. Le jour de l'anniversaire de la bataille de Bääbdah en 90, le boSSfàrien patenté déclarera même : "Je crains moins l'invasion des bää bää bääSSyriens que le retour de cette Révolution Cédraie." ! Aux plaintes contre ce système sécuritaire et policier organisé sur toute l’étendue de cette campagne crevassée orange, le même boSSfaïr répond déjà : "J'aime mieux la terreur brune et noire que la terreur bleu azur et Cédraie du Futur" ! Et sa majorité bidulée d'éclater en applaudissements frénétiques chaque fois qu'une épigramme contre la Révolution du Cèdre, pour le fakîhdio-bääSSdiotisme, et pour la "Sainte-Alliance" des minoritaires dhimmis sortira de leurs diatribes qui enthousiasment ainsi à fond ces postillons des steppes Per(s)cées similis-exotiques arides de l'ordre fakkihiste apocalyptique !

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants