X

À La Une

Ce que l'on sait du programme nucléaire iranien

repère
OLJ/AFP
31/03/2015

Voici un bref résumé de ce que l'on sait du programme iranien et de son développement actuel.
La République islamique a toujours démenti avec force vouloir se doter de l'arme atomique, et assure ne poursuivre qu'un but civil.
Parallèlement à la négociation en cours avec les grandes puissances, l'Onu continue d'enquêter pour vérifier des allégations précises, formulées en 2011, selon lesquelles l'Iran aurait mené des recherches et des travaux concrets dans le passé pour se doter de la bombe atomique.


 

 

Une centrale civile
L'Iran possède une unique centrale nucléaire de production d'électricité, à Bouchehr sur la côte du golfe Persique, construite par la Russie et officiellement remise aux Iraniens en septembre 2013. Elle développe 1.000 mégawatts. Un accord pour la construction de deux réacteurs supplémentaires sur le même site a été signé avec Moscou en novembre dernier. L'Iran possède également une mine d'uranium à Gachin.



La centrale Bouchehr. AFP

 


L'usine d'Arak

Le réacteur à eau lourde d'Arak (centre), dont la construction a été interrompue en 2014, pourrait fournir, s'il était achevé, du plutonium, c'est-à-dire l'alternative à l'uranium hautement enrichi (HEU) pour entrer dans la composition d'une arme nucléaire.



Une vue du projet d'Arak, à 190 km au sud-ouest de Téhéran. Reuters

 

 

Les capacités d'enrichissement d'uranium
L'Iran produit de l'uranium faiblement enrichi à usage civil, et fabriquait jusqu'en janvier 2014 des isotopes médicaux plus fortement enrichis. Le stock d'uranium faiblement enrichi détenu par le pays est évalué à huit tonnes, soit de quoi produire huit bombes nucléaires après un nouveau processus d'enrichissement de ce matériau jusqu'au niveau militaire (HEU). Il ne possède pas pour l'heure, a priori, de stocks de cet HEU.

 

Des soldats iraniens près d'une mitrailleuse anti-aérienne dans la centrale de Natanz. Photo d'archives/AFP



L'Iran dispose de quelque 19.000 centrifugeuses - les machines qui réalisent l'enrichissement - dont environ 10.200 sont en opération. Réduire drastiquement leur nombre est l'un des objectifs majeurs de l'accord négocié, mais le nombre de machines ne dit pas tout. A Natanz (centre), la principale installation d'enrichissement iranienne, quelque 17.000 centrifugeuses de première génération côtoient un millier de modèles IR-2M nettement plus rapides.
Un deuxième site d'enrichissement plus petit existe à Fordo (centre).

 

 

 

 

Repères
Nucléaire iranien: retour sur plus de douze ans de crise

Quels sont les points qui bloquent la finalisation d'un accord sur le nucléaire et pourquoi ?

Les paramètres des négociations sur le nucléaire iranien

Quand centrifugeuse rencontre HEU... le jargon du nucléaire de A à Z

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le sort des consultations parlementaires tributaire de Hariri... et de la rue

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants