X

Moyen Orient et Monde

Quels sont les points qui bloquent la finalisation d’un accord sur le nucléaire et pourquoi ?

Repère

Ancien ambassadeur de France à Téhéran, François Nicoullaud estime que la situation est très volatile et que tout peut bouger jusqu'à la dernière minute.

31/03/2015

Il ne reste que quelques heures à l'Iran et aux 5+1 (États-Unis, Grande-Bretagne, Russie, Chine, France, Allemagne) pour parvenir à un accord cadre concernant les négociations sur le nucléaire iranien. Mais alors que tous les chefs de la diplomatie des pays négociateurs sont réunis à Lausanne, trois sujets majeurs bloquent actuellement la conclusion d'un accord, selon un diplomate occidental interrogé hier par l'AFP. Il s'agit de la durée d'un accord, de la levée des sanctions de l'Onu et du mécanisme de garantie permettant de vérifier que les engagements sont respectés.

Durée d'un accord
Concernant la durée de l'accord, les grandes puissances souhaitent un cadre strict de contrôle des activités nucléaires iraniennes sur au moins 15 ans, mais l'Iran ne veut pas s'engager au-delà de dix ans, selon cette source. Pendant la durée de l'accord, s'appliquerait ce que les experts appellent le « breakout time », c'est-à-dire le temps nécessaire pour fabriquer assez d'uranium enrichi pour produire une arme atomique. Les grandes puissances veulent limiter le programme d'enrichissement d'uranium de l'Iran de telle sorte que le « breakout time » soit d'un an au moins. Elles estiment qu'un an leur donne assez de temps pour se rendre compte d'une orientation de Téhéran vers la bombe et détruire le cas échéant les infrastructures nucléaires iraniennes.

 

(Lire aussi : Tractations de dernière minute : flou total sur les chances d'un accord)

Levée des sanctions
Trois types de sanctions touchent actuellement l'Iran : celles des États-Unis, celles de l'Union européenne et celles des Nations unies. À la différence des deux premières qui peuvent être rétablies au gré de la volonté des États concernés, la levée des sanctions onusiennes est irréversible. C'est pourquoi les Iraniens voudraient voir tomber dès la conclusion d'un accord ces sanctions économiques et diplomatiques, jugées humiliantes. Or les grandes puissances veulent une levée graduelle de ces mesures liées à la prolifération nucléaire et prises depuis 2006 par le Conseil de sécurité de l'Onu.

Mécanisme de garantie
En cas de levée de certaines de ces sanctions, certains pays du P 5+1 veulent en outre un mécanisme qui permettrait de les réimposer rapidement au cas où l'Iran violerait ses engagements, selon le diplomate interrogé. Aussi, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devrait être autorisée à un contrôle plus renforcé des sites nucléaires iraniens, avec notamment la signature par l'Iran du protocole additionnel qui permet des inspections inopinées des installations.

En cas d'accord
Interrogé par L'Orient-Le Jour, François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran et désormais analyste spécialisé dans les questions de prolifération nucléaire et de désarmement, confirme que ces trois conditions bloquent actuellement la finalisation d'un accord. « La situation est très volatile. Tout peut bouger jusqu'à la dernière minute », explique-t-il. Si le diplomate reste optimiste sur les chances de trouver un accord, il précise que « les points de blocage sont très symboliques ».
En admettant que les deux protagonistes parviennent à s'entendre sur un accord cadre aujourd'hui, et sur un accord définitif au mois de juillet prochain, deux questions pourraient être soulevées. Tout d'abord, le Sénat dispose-t-il des moyens juridiques pour empêcher cet accord ? Ensuite, cet accord ouvrerait-il la voie à une coopération plus étroite entre les États-Unis et l'Iran au Moyen-Orient ?


(Repère : Quand centrifugeuse rencontre HEU... le jargon du nucléaire de A à Z)

 

Blocage du Congrès US
Selon M. Nicoullaud, « le Congrès ne doit pas formellement approuver l'accord. La procédure de ratification du Congrès concerne uniquement les traités internationaux qui modifient le droit interne. Or ce n'est pas le cas, donc il n'y aura pas de procédure de ratification ». « Cela dit, le prochain président des États-Unis pourrait, théoriquement, revenir sur cet accord par la suite. Mais il sera difficile de le faire. D'une part, parce que cela libérera les Iraniens de leurs obligations, mais aussi parce que ce sera très mal perçu sur le plan politique, surtout si l'accord est respecté. Or, à mon avis, les Iraniens le respecteront.

Nouvelle donne au Moyen-Orient ?
« Les négociations nucléaires sont complètement indépendantes des autres dossiers. Elles ont leur logique propre », estime M. Nicoullaud. « En cas d'accord, il peut y avoir un rapprochement entre les États-Unis et l'Iran, mais ce n'est pas automatique. L'accord ne dit rien à ce sujet », ajoute-t-il. Selon le diplomate, « l'accord va créer une atmosphère de détente, mais celle-ci n'entraînera pas nécessairement une coopération ». À titre d'exemple, l'ancien diplomate met en avant le fait que le guide suprême Ali Khamenei est favorable à un accord, mais insiste sur le fait que les États-Unis restent les ennemis de l'Iran.

 

Repère
Les paramètres des négociations sur le nucléaire iranien

Lire aussi
Nucléaire : Rohani se jette dans l'arène pour pousser à un accord

À Paris, l'offensive diplomatique de Tel-Aviv sur le nucléaire iranien

Washington a "plusieurs moyens pour empêcher Téhéran d'avoir la bombe"

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

En toute bonne foi, n'est-ce pas 1 absurdité de faire de considérations nucléaires le principe selon lequel les frontières doivent être fixées ? Si cette règle devait prévaloir, l’Irak aurait encore droit à Chatt-et-Ärab pour se protéger, et l’Arabie à Ahwâz pour protéger Bahreïn surely + exposée à 1 attaque, que Qôm ne l'est. Si les frontières doivent être fixées selon les intérêts nucléaires, il n'y aura pas de fin aux revendications territoriales, parce que toute ligne militaire est défectueuse et peut être améliorée en annexant + de territoire ; et, de +, cette ligne ne peut être fixée d'1 manière équitable, parce qu'elle est imposée à l’agressé par l’agresseur et porte déjà en elle le germe de new guerres. Voilà l’historique leçon. Il en est des nations comme des individus. Pour leur enlever leurs désirs d'attaque, faut leur enlever leurs défenses. Faut pas les prendre à la gorge, mais les mettre à mort. Si jamais agresseur prit des pseudo "garanties" pour briser 1 pays Arabe, ce fut l’autre Khomaïnéh par l’accord inique de l’Irangate conclu avec Äasraël, et la façon dont il l’exécuta contre le Saddâm éhhh Arabe. Pourtant, sa Per(s)cée branlante se brisa comme 1 roseau pourri devant lui. Que sont ces bêtes garanties que le mollâh Per(s)cé insensé pensait oser imposer à l’éhhh Saddâm si Arabe, comparées aux claques que celui-ci lui avait assénées ? L'histoire mesurera ses sanctions, à la grandeur du crime qui oserait faire revivre cette politique chafouine si Per(s)cée !

BOSS QUI BOSSE

On ne parle que des cas ou l'Iran NPR ferait defaut , comme si les occicons eux etaient des immaculees conceptions . Nicoullaud dit bien que les iraniens respecteront l'accord , a son avis , mais que donc le congres us pourrait ne pas le faire , mais alors dans ce cas la, que se passerait il si l'Iran NPR est attaquee arbitrairement ? quelles sont les guaranties quand on connait la lachete et la fourberie des occicons et de leurs allies et esclaves bensaouds ?
La reponse serait plus a chercher dans le fait que l'usurpie de babayahou et de ses 40 voleurs qui aboient a la mort en ce moment seraient, malgre leurs 100 ogives nucleaires sous le feu des resistances qui ne leur laisseraient aucun temps de repit . Voila la nouveaute qui ferait que l'Iran NPR a dores et deja gagne la partie .
Sinon je ne comprends autrement pas la "patience" des occicons a vouloir conclure a tout prix , quand on sait que c'est pas dans leurs habitudes .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GRANDIOSE DEVRAIT ÊTRE LE DÉCULOTTAGE... MAIS DE QUI ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Thaoura 2.0... Et ce n’est que le début

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : quatre nœuds et un maillon caché...

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants