Rechercher
Rechercher

À La Une - Violences

La capture d'Idleb, une "importante victoire sur le chemin de la libération", selon l'opposition syrienne

L'armée syrienne se repositionne autour de la ville pour repousser l'opposition armée.

Des habitants d'Idleb fuient la ville après la victoire des groupes affiliés à el-Qaëda en Syrie. Sami Ali/AFP

L'armée syrienne s'est repositionnée dimanche autour d'Idleb après la conquête de cette grande ville par el-Qaëda, qui pourrait en faire la "capitale" des territoires qu'il contrôle dans le nord-ouest de la Syrie.

La capture d'Idleb samedi est un coup dur pour le régime de Bachar el-Assad, car il s'agit de la deuxième capitale provinciale du pays à lui échapper en quatre ans de conflit. Il avait déjà perdu Raqa, devenue la "capitale" de facto de l'autre organisation jihadiste, le groupe Etat islamique, responsable d'atrocités.

La ville d'Idleb était calme dimanche après des raids aériens sporadiques de l'armée de l'air pendant la nuit, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Une source de sécurité syrienne à Damas et les médias officiels syriens ont affirmé que les forces loyalistes "se repositionnaient à la périphérie d'Idleb pour pouvoir faire face aux bataillons terroristes (....) et être dans une meilleure position pour repousser leurs attaques".
Le journal privé Al-Watan, proche du régime, a affirmé pour sa part que des troupes étaient parvenues "avec succès à se regrouper au sud de la ville". "Des renforts de l'armée ont été envoyés pour (...) reprendre le contrôle des zones restées vides après l'évacuation de la population vers des lieux sûrs", ajoute le quotidien, citant une source sur le terrain.

(Lire aussi : Pour Kerry, Assad est un "dictateur brutal sans légitimité pour diriger la Syrie")

Une coalition se faisant appeler "L'Armée de la Conquête", menée par les combattants d'Al-Nosra et appuyés par d'influents groupes islamistes rebelles comme Ahrar el-Cham, a pris le contrôle de la ville après seulement cinq jours de combats qui ont fait plus de 170 morts, selon un nouveau bilan de l'OSDH.
Ils ont proclamé leur victoire sur les réseaux sociaux, Al-Nosra publiant des photos de ses combattants et de son drapeau sur les bâtiments gouvernementaux.
Le groupe jihadiste a également diffusé des vidéos de ses guerriers entrant dans la prison d'Idleb et découvrant des corps de détenus exécutés.

Selon l'Observatoire, citant des rebelles, au moins 15 prisonniers ont été exécutés par les forces gouvernementales dans ce centre de détention des renseignements militaires.

"Une importante victoire"

La capture de la ville a été saluée par de nombreuses composante de l'opposition syrienne qui tente de renverser le régime depuis le début en 2011 de la révolte.

La Coalition nationale de l'opposition en exil a salué une "importante victoire sur le chemin de la libération totale du territoire syrien". Mais son communiqué ne fait aucune référence aux groupes qui ont pris la ville, se contentant d'exprimer sa "confiance" qu'ils protègeront les civils et respecteront le droit international".
Les analystes estiment que la rôle majeur d'Al-Nosra dans la capture d'Idleb met la Coalition et les rebelles dits modérés, déjà affaiblis, dans une position encore plus difficile.
"La capture d'Idleb est un énorme succès pour l'opposition syrienne mais c'est un succès qui servira à souligner le faible poids des 'modérés'", affirme à l'AFP Charles Lister, chercheur au Brookings Doha Centre.

Frontalière de la Turquie, la quasi-totalité de la province d'Idleb est désormais sous l'emprise d'Al-Nosra. Le régime n'y contrôle plus que les villes de Jisr al-Choughour et Ariha, quelques petites localités, l'aéroport militaire d'Abou Douhour, ainsi que cinq bases militaires.

A l'instar de l'EI, son rival qui a proclamé un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, Al-Nosra entend fonder son propre "émirat" en Syrie, selon des analystes.
"Etant donné la façon dont Al-Nosra s'est établi dans la province ces derniers neuf mois, il serait irréaliste de penser que la ville d'Idleb ne se transforme pas à terme en 'capitale'" du groupe, affirme M. Lister.


Lire aussi
Assad favorable à une large présence militaire russe en Syrie

Brahimi sur la Syrie : "Nous nous sommes tous trompés"

Voir aussi
"La rebelle de Raqqa" : une Syrienne risque sa vie pour dénoncer l'EI (reportage vidéo)

L'armée syrienne s'est repositionnée dimanche autour d'Idleb après la conquête de cette grande ville par el-Qaëda, qui pourrait en faire la "capitale" des territoires qu'il contrôle dans le nord-ouest de la Syrie.La capture d'Idleb samedi est un coup dur pour le régime de Bachar el-Assad, car il s'agit de la deuxième capitale provinciale du pays à lui échapper en quatre ans de conflit....
commentaires (5)

ON LIBÈRE QUI... DE QUI ?

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

11 h 20, le 03 avril 2015

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • ON LIBÈRE QUI... DE QUI ?

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    11 h 20, le 03 avril 2015

  • Elles sont ou les victoires du Hezbollah et du criminel de Damas? Quelques collines au Qalamoun autour de Zabadani qui ne servent a rien depuis longtemps? De l'autre cote, c'est Iena, Austerlitz et la Beresina toutes ensembles, Busra el Cham, Idleb et aujourd'hui Yarmouk... Plus le temps avance et plus je vois Bachar et Hassouna sur les bancs du TSL prêt a entendre le verdict de leur condamnation. J’espère pour les dirigeants Chiites qui ne sont pas avec le Hezbollah, qu'ils se sont préparés pour l’après et l’après après parti "Nazi" que je ne qualifierai pas "de Dieu" car il n'a rien a faire avec Dieu.

    Pierre Hadjigeorgiou

    12 h 22, le 02 avril 2015

  • Bravo pour cet exploit !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 57, le 30 mars 2015

  • ET LA SYRIE SE DÉSINTÈGRE...

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    10 h 20, le 30 mars 2015

  • Et le petit Hitler, du haut de sa planète Tyrannie et toujours ppuyé inconditionnellement par le tsar ridicule Poutine et les irresponsables mollhas d'Iran, poursuivant ses manoeuvres cyniques pour ne pas négocier avec l'opposition modérée ! Pauvre Syrie !

    Halim Abou Chacra

    18 h 14, le 29 mars 2015

Retour en haut