X

À La Une

Atterrissage forcé d'un hélicoptère de l'armée syrienne à Idleb : son équipage capturé

syrie

Assad veut un ordre du jour précis pour les pourparlers de Moscou.

OLJ/AFP
22/03/2015

Des rebelles islamistes ont capturé dimanche cinq membres de l'équipage d'un hélicoptère militaire du régime syrien dans le nord-ouest du pays, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), précisant que l'un d'eux a été tué par la suite.

"Un hélicoptère du régime a fait un atterrissage forcé dans la région de Jabal al-Zawiya dans le nord-ouest, un bastion du Front al-Nosra (la branche syrienne d'el-Qaëda, ndlr)", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. "Quatre membres de l'équipage ont été capturés et un cinquième a été tué par des hommes armés dans un village de la zone", située dans la province d'Idleb, a-t-il précisé.

Deux membres de l'équipage sont aux mains d'Al-Nosra, tandis que deux autres ont été capturés par un groupe islamiste inconnu. Et au moins une sixième personne est en fuite. L'OSDH a montré des photos d'hommes entourant un hélicoptère endommagé et penché sur le flanc, dans une plaine.

La télévision d'Etat syrienne a pour a part reconnu qu'un "hélicoptère militaire s'est écrasé lors d'un atterrissage forcé en raison d'une panne technique dans la province d'Idleb. Les recherches pour trouver l'équipage sont en cours".

Malgré les condamnations internationales, le régime utilise quotidiennement ses hélicoptères pour larguer des barils d'explosifs sur les régions rebelles en Syrie, faisant plusieurs centaines de victimes depuis un an.

Dans la province de Deraa (sud), où a débuté en 2011 un conflit qui a fait plus de 215 000 morts en quatre ans, des affrontements violents ont opposé des rebelles aux forces loyalistes dans la ville antique de Bosra, inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco. Selon l'OSDH, les heurts ont fait au moins neuf morts dans le camp rebelle mais l'ONG n'a pu fournir dans l'immédiat un bilan des victimes au sein des forces pro-régime.
Rebelles et régime se partagent le contrôle de cette ville habitée par des musulmans sunnites et chiites.

 

(Lire aussi : En Syrie, les chrétiens sont trop implantés pour être déracinés)

 


Pourparlers de Moscou

Sur un autre plan, le président Bachar el-Assad a plaidé dimanche pour un ordre du jour "précis" afin de garantir la réussite des discussions sur un règlement du conflit prévues à Moscou entre représentants du régime et de l'opposition tolérée, a rapporté l'agence Sana. Fin janvier, de premiers pourparlers à Moscou s'étaient achevés sans résultat.

En recevant l'émissaire russe Azamat Kolmakhmudov, ex-ambassadeur à Damas, M. Assad a dit son "attachement à la réussite des efforts russes" en vue de la rencontre prévue du 6 au 9 avril à Moscou, allié indéfectible du régime syrien. "Le pas le plus important est de se mettre d'accord sur un ordre du jour précis et sur les principes du dialogue", a ajouté M. Assad devant le diplomate russe.

Samedi, la Coalition nationale syrienne, principal mouvement de l'opposition en exil, a annoncé qu'elle rejetait une invitation de la Russie pour participer à ces discussions, mettant en garde contre une tentative de remettre M. Assad sur le devant de la scène.
"Il n'y a pas de raison de participer à la rencontre de Moscou 2, surtout que nous percevons des tentatives de la part des alliés du régime notamment la Russie et l'Iran de remettre Assad sur le devant de la scène", a déclaré à l'AFP Anas al-Abdé, réitérant le refus de "toute transition politique dont ferait partie Assad". En outre, il avait notamment souligné l'absence d'un "ordre du jour clair" pour les pourparlers de Moscou.

Au cours de l'entretien dimanche avec l'émissaire russe à Damas, le président Assad a réaffirmé, selon l'agence officielle Sana, "la confiance du gouvernement syrien à l'égard des dirigeants russes pour trouver une solution" au conflit en Syrie.



Lire aussi
L'EI publie la liste de 100 militaires américains à abattre

« Ach-Charq el-Awsat » rapporte des rumeurs sur la mort de Rustom Ghazalé

Brahimi sur la Syrie : "Nous nous sommes tous trompés"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES LANCEURS DES BARILS AUX EXPLOSIFS...

FAKHOURI

Et maintenant il dicte les modalités ainsi que les conditions de rencontre ...
Avec les déclarations folles des américains le petit Hitler après 215.000 morts, la moitié de sa population en exil
se permet d'exiger que ses adversaires obéissent à ses règles ...

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué