Moyen Orient et Monde

Bahah affirme ne plus être assigné à résidence

OLJ
17/03/2015

Le Premier ministre démissionnaire du Yémen, Khaled Bahah, a annoncé hier ne plus être assigné à résidence par la milice chiite des houthis qui lui avait imposé cette mesure il y a près de deux mois à Sanaa. M. Bahah a ajouté sur sa page Facebook que la levée de cette mesure par les houthis concernait également ses ministres, assignés eux aussi à résidence à Sanaa « depuis le 19 janvier », soit trois jours avant la démission du gouvernement et du chef de l'État sous la pression de la milice. Laissant entendre qu'il était désormais libre de ses mouvements, M. Bahah a indiqué qu'il allait « quitter Sanaa pour un moment afin de rendre visite à (sa) famille », basée dans le Hadramout. En annonçant la levée de la mesure imposée par les houthis, M. Bahah a salué « une initiative de bonne volonté » de nature à « impulser positivement le processus politique sous les auspices de l'Onu » et exhorté toutes les formations politiques à « préserver la sécurité, la stabilité et l'unité du Yémen ».

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants