X

Liban

L’infantilisme de certains ministres empêche toute prise de décision sérieuse

Gouvernement

Tammam Salam lève la séance, sans fixer au Conseil des ministres un nouveau rendez-vous.

Fady NOUN | OLJ
13/02/2015

« Ça devient des histoires personnelles ! » Telle est l'impression laissée sur un ministre par la réunion, hier, d'un gouvernement qui aura dans deux jours un an d'âge et dont les réunions sont marquées par un infantilisme politique honteux. C'est au point qu'une fois de plus, hier, avant que les discussions ne dégénèrent, le Premier ministre, Tammam Salam, a levé la séance.

L'on sait par ailleurs que M. Salam a l'intention de s'ouvrir du sujet au président de la Chambre, Nabih Berry, dans les prochaines 48 heures. Plus que tout le monde, le Premier ministre convient en effet que cela ne peut plus durer et que le mode de fonctionnement du gouvernement, où toutes les décisions sont prises à l'unanimité, est à revoir.

 

Le ton monte deux fois
Le ton est monté quand le ministre des Affaires sociales, Rachid Derbas, a affirmé que le temps était venu de doter la « zone économique » que l'on a décidé de créer autour du port de Tripoli d'un conseil d'administration et d'un président. Créée par décret il y a 7 ans, comme l'a rappelé le ministre d'État pour la Réforme administrative, Nabil de Freige, qui était alors président de la commission parlementaire de l'Économie, cette « zone économique » a pour but d'instaurer des structures complémentaires, susceptibles de générer des profits supplémentaires au port de Tripoli.
Contredite par le ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk, la proposition a provoqué une vive discussion entre ce dernier et les députés de Tripoli. Coupant court à ces échanges, M. Derbas a quitté la salle, las d'une myopie politique bloquant les efforts visant à développer Tripoli et refusant ouvertement de contresigner un quelconque décret avant qu'un conseil d'administration ne soit nommé à la zone économique décidée.
Pour sa part, M. de Freige, qui a pris fait et cause pour M. Derbas, a rappelé que « la lutte contre le terrorisme ne se fait pas seulement par les armes, elle passe aussi par la lutte contre la pauvreté ».

 

L'amertume de la Saint-Maron
Un second échange aussi vif devait opposer, durant la même séance, le ministre des Télécoms, Boutros Harb (14 Mars), au ministre de l'Èducation, Élias Bou Saab (8 Mars), qui se sont mutuellement accusés d'obstructionnisme.
Prenant la parole, M. Harb s'était d'abord félicité de ce que le Premier ministre n'avait pas oublié, en début de séance, de rappeler combien l'élection présidentielle est essentielle, avant d'ajouter que la Saint-Maron avait été empreinte cette année d'amertume, laissant aux chrétiens qui y assistaient un arrière-goût de défaite.
Là aussi, le ton est monté quand M. Bou Saab a voulu répondre à des reproches d'obstructionnisme adressés au Courant patriotique libre par M. Harb, au cours d'un talk-show télévisé. M. Harb avait reproché au CPL de bloquer des décisions qu'il avait prises concernant le téléphone mobile, et en particulier Internet. Pour rendre à son collègue la pareille, M. Harb s'est opposé hier à la promotion d'une fonctionnaire de la troisième catégorie, responsable au sein du CPL, au ministère de l'Éducation. « Ces questions doivent être traitées avec transparence. Dans mon ministère aussi, il y a de nombreux postes vacants à pourvoir, peut-on laisser chaque ministre agir à sa discrétion? » devait réagir M. Harb à la proposition. D'autres ministres devaient rappeler à M. Bou Saab qu'il s'était engagé à procéder à tout un train de nominations.
Ce que voyant, et sans plus attendre, M. Salam devait lever la séance, sans fixer un nouveau rendez-vous au Conseil des ministres.
On apprenait en fin de réunion qu'un train de nominations d'enseignants contractuels du secondaire public avait été laissé en suspens en raison d'un « déséquilibre » confessionnel, aucun candidat chrétien ne figurant sur la liste...

 

Préambule
En préambule, M. Salam avait résumé pour les ministres les réunions et contacts qu'il avait eus au Congrès de Munich qui avait porté sur la lutte contre le terrorisme.
Comment se fait-il, a demandé alors M. Harb, que le Liban ait participé au Congrès de Munich, où Israël était représenté, et se soit par contre absenté, sous prétexte de la présence d'un représentant de l'État hébreu, aux assises antiterroristes qui se sont tenues à Washington un peu plus tard ? À quoi Gebran Bassil, approuvé par Mohammad Fneich, a répondu qu'à Washington, on pouvait craindre que certains n'ajoutent « d'autres » organisations que Daech à la liste des organisations terroristes à combattre.
Par ailleurs, M. Salam a, comme de coutume, soulevé le grave manquement constitutionnel qu'est l'absence d'un chef de l'État, avant de rendre hommage au souvenir de Rafic Hariri, pour la 10e commémoration de son assassinat, et de souhaiter que le plan de sécurité de la Békaa-Nord porte ses fruits.

 

Lire aussi

Chances nulles pour le projet Tammam Salam, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

Soudain, la présidentielle devient un dossier à dimension nationale..., le décryptage de Scarlett Haddad

Nouveau bras de fer sur la dette des Télécoms envers les municipalités

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

S'il n'y avait que l'infantilisme, on arriverait à créer des crèches pour les enfermer !!!!
On se trouve dans une fosse à purin

Gebran Eid

SI ON CONTINUE À MÉLANGER L'HUILE, L'ESSENCE ET L'EAU EN ESPÉRANT SORTIR UNE FORMULE MIRACLE ! C'EST DE L'ILLUSION. DÈS QU'ON LAISSE LA CASSEROLE CINQ MINUTE, ON VOIT CE QUI SE PASSE. C'EST ÇA LE PAYS CHEZ NOUS. LES CHES DES BANDES SONT DES MERCENAIRES ET LES MARCHANDS DE RELIGIONS SONT SOUDÉS CHACUN DE SON CÔTÉ À UN PAYS ÉTRANGER SUIVANT SA RELIGION. ET ESPÈRE SI TU PEUX ESPÉRER DE CONSTRUIRE UN PAYS.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CORRECTION : L'ABRUTISSEMENT... EMBELLIT LES HÉBÉTÉS !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L'ABRUTISME... EMBELLIT LES HÉBÉTÉS !

Pierre Hadjigeorgiou

Tant que nous aurons des gouvernements formés de différents partis a orientations politiques totalement opposées nous rencontrerons de telles situations. C'est pourquoi il nous faut de l'alternance démocratique et laisser celui qui gagne gérer les affaires de l’état comme il l'entend. Si le peuple n'est pas content aux prochaines élections nous les enverrons balader. Le plus grave dans l’état actuel n'est pas la différence d’idéologie politique ou économique entre les parties mais celui de l'appartenance au pays et a la nation Libanaise. Or comme les Sunnites qui, dans les années d'avant guerre, se considéraient d'appartenance arabes et dons a quoi sert le Liban, aujourd'hui eux guéris, nous sommes tombés dans la crise d'appartenance Chiite a l'Iran. Comment gérer un pays ou deux concepts antinomiques se heurtent de front sans vergogne? Sur ce, ce fut une erreur de la part des souverainistes de partager le pouvoir une fois de plus avec les Partis suppôts de l'Iran pour de soi-disant raison de sécurité. Nous savons tous que c'est a ce niveau que jouent les partis Nazi pour acquérir soit de la notoriété soit asseoir leur pouvoir. Il est temps de rectifier le tir et faire comme les FL, se retirer du gouvernement s'il n'y a pas élections présidentielles, bloquer tous les projets de lois au parlement qui n'est plus qu'une assemblée électorale. Après, seulement après il peut y avoir négociation sur le reste.

Irene Said

Ce n'est pas de l'infantilisme !
C'est la mentalité de ce pays, où tout est fait avant tout pour son propre intérêt, même lors des séances du conseil des "ministres" !

Si ces beaux messieurs se bagarrent ainsi, c'est qu'ils se sentent lésés par des projets qui ne correspondent pas assez à leurs intérêts personnels !!!
Et dire que ces "ministres" continuent d'avoir le culot de prétendre gouverner ce pauvre pays...
Irène Saïd

NAUFAL SORAYA

Ce n'est malheureusement pas un fait nouveau, c'est ce qui bloque le pays depuis bien trop longtemps!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants