X

Diaspora

Du Brésil au Mexique, un engagement sans précédent pour la communauté libanaise

Diaspora

Une mobilisation dans les pays d'Amérique latine est susceptible d'apporter
un nouveau souffle au Liban.

Naji FARAH | OLJ
19/01/2015

Au cours d'un grand dîner le 15 janvier, le nouveau président du Centro Libanés de Mexico, Jorge Serio, a pris officiellement ses fonctions, en présence de plus de 800 convives. Pour l'ancien ambassadeur du Liban au Brésil, Fouad el-Khoury, cet événement rappelle l'âge d'or du Club Monte-Libano de São Paulo. L'engagement des Libano-Mexicains à la vie communautaire au Mexique est en effet sans précédent et apporte régulièrement un nouveau souffle au Liban avec les voyages réguliers entrepris par les descendants de Libanais dans leur pays d'origine. Le Brésil n'est pas en reste : une multitude d'actions s'y succèdent en vue de rassembler à nouveau la communauté libanaise, ce qui laisse présager un renouveau très attendu au Liban.
Côté libanais, de nouveaux programmes sont mis en application à l'attention des émigrés libanais de diverses générations. Présentés par les ministères des Affaires étrangères et du Tourisme, ils visent à assainir le climat économique et social au Liban, perturbé par les guerres régionales consécutives. La nouvelle délégation de RJLiban, composée de l'ambassadeur Fouad el-Khoury, du général Tarek Abdallah, de Miss Liban 2008 Rosarita Tawil, de Ramzi Mirjan, de Nour Tohmé et Ali Ismaïl, se trouve actuellement à Mexico, après une semaine passée entre Rio de Janeiro et São Paulo. Une attention particulière est apportée aux jeunes, invités à visiter le pays du Cèdre en juillet prochain.
La priorité est accordée au colloque, qui se tiendra du 20 au 22 mars à Beyrouth et réunira, à l'initiative du ministère des Affaires étrangères, des centaines de fils d'émigrés, venus de tous les coins du monde. Ils viendront faire part de leur expérience et de leur attachement au Liban. Les délégations sont en train d'être formées dans les grandes capitales de l'émigration libanaise, comme São Paulo où le consul du Liban Kabalan Frangié multiplie ses efforts auprès des responsables politiques brésiliens d'origine libanaise. Le nouvel évêque melkite, Mgr Joseph Gebara, cherche à agrandir le cercle des Libano-Brésiliens de sa communauté qui se réunissent autour de la paroisse Nossa Senhora do Paraiso.

Fiers d'obtenir enfin le passeport libanais
À Mexico City, une des plus grandes métropoles dans le monde, le nouveau consul du Liban Rudy el-Azzi a entamé un travail de fond, à l'instar de celui lancé il y a deux ans par l'ambassadeur du Liban en Argentine, Antonio Andary, pour rechercher les Mexicains d'origine libanaise. Parcourant la capitale et ses environs, il est régulièrement abordé par des citoyens cherchant à prouver leur appartenance libanaise, comme certains rencontrés au dîner du Centro Libanés, tous fiers de pouvoir enfin obtenir le passeport libanais, cent ans après le départ de leurs ancêtres du Liban.
Rio de Janeiro n'est pas en reste puisque dans cette ville, le consul du Liban Ziad Itani et son conseiller Marc Moussallem ont ouvert au siège du consulat des cours d'arabe, faisant suite à un grand recensement lancé sur le site Internet très consulté de tout le Brésil. En effet, depuis les années 1870, la majorité des émigrés arrivaient en premier lieu à Rio avant d'aller plus avant à l'intérieur du pays.
Le nouvel « Instituto Cultural Brasil Líbano », présidé par Nelson Mouffarrej, a tenu une réunion constitutive le 13 janvier au Club Monte-Libano, qui s'est traduite par l'annonce d'un premier symposium qui se déroulera début mars à Rio. Les membres du comité directeur de l'institut ont poursuivi l'élaboration du programme au cours du dîner RJLiban qui a suivi, dans le beau quartier d'Ipanema, en présence de membres de la communauté française dont le chef cuisinier Pierre Landry. Ce dernier est intéressé par les relations gastronomiques avec le Liban où il compte se rendre en avril.
Rosarita Tawil était habillée, comme à Mexico, par le styliste libanais Rani Zakhem, dont les parents Abdallah et Maguy étaient au dîner. Bruno, fils du grand chanteur brésilien Fagner, de la famille Lebbos de Aïn Ebel, se rendra lui aussi très bientôt au Liban pour un grand concert de retour aux sources de Fagner, prévu au printemps prochain.

À la une

Retour au dossier "Diaspora"

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’apartheid du Hezbollah

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!