Rechercher
Rechercher

Je suis Charlie

Quand des voix s'élèvent pour suggérer que « ce serait bien si demain tous les journaux s'appelaient Charlie Hebdo », la tentation est forte d'adhérer, d'autant plus que l'attaque barbare dont a été victime la rédaction de l'hebdomadaire satirique représente pour la France et le monde un séisme semblable à celui du 11 septembre 2001. Le dessinateur hollandais Ruben Oppenheimer ne s'y est pas trompé. En dessinant deux grands crayons vert fluo érigés dans un ciel que traverse un vague avion, il montre bien que les crayons de Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et Oncle Bernard sont autant de tours abattues par l'obscurantisme. Signe des temps, le secrétaire d'État américain John Kerry a lâché un mot, familier pour nous, nouveau pour l'Occident. Il a dit : « Les journalistes assassinés sont des martyrs de la liberté. » Vous avez bien lu « martyrs ». Quand le vocabulaire change, c'est signe que toute une batterie de valeurs est en train de changer. Lors d'un rassemblement à Paris en solidarité avec Charlie Hebdo, une dame a appelé ceux qui n'avaient pas de pancarte à brandir leur stylo. À Beyrouth, ce geste a réveillé le souvenir de Gebran Tuéni, de Samir Kassir, de l'attentat contre May Chidiac. Le mot martyr, qui signifie témoin et que toute personne rationnelle hésite à utiliser en raison de sa connotation mystique, entre donc dans les mœurs occidentales. Ouverte chez nous depuis plusieurs décennies, l'ère des religions est désormais béante dans le reste du monde. Houellebeck, sur le ton désabusé qui est le sien, constatait à l'occasion de la sortie de son roman Soumission que l'athéisme n'était plus une notion supportable. Les cieux se repeuplent donc, faut-il croire, et ce siècle s'annonce décidément sans humour.
L'attentat contre Charlie Hebdo survient au cœur du débat français autour de la laïcité et de la légitimité des crèches de Noël, en pleine ascension du Front national. Les brillants anarcho-gauchistes que sont les victimes de l'attaque dénonçaient inlassablement les dérives liberticides de l'islamisme. S'ils faisaient du bruit, malgré un lectorat de niche et un journal qui essayait de survivre sans publicité, c'était grâce à leur liberté d'expression qui frisait l'insolence, leur sens aigu de la formule, leurs images qui valaient des milliers de mots. Tignous, par exemple, avait réalisé un dessin prémonitoire montrant le doigt de Dieu pointé sur un islamiste avec cet argument imparable : « Je suis assez grand pour défendre Mahomet tout seul. Compris? » Apparemment pas compris. Reste à prouver quelle partie malveillante, quels services secrets diaboliques pourraient se cacher derrière les grossiers « Allah Akbar » entendus par les témoins. Nous ne connaissons que trop, nous autres Libanais, ces procédés pervers qui visent à radicaliser les plus modérés.
Paix à leur âme, puisque, martyrs, ils méritent d'en avoir une; leur mort nous bouleverse et bouleverse le monde. Elle nous rallie derrière cette belle exception culturelle française qui accepte que toute vérité soit bonne à dire tant qu'elle est dite avec intelligence et courage, tant qu'elle permet d'approfondir réflexions et débats. Dans ce deuil, nous sommes tous Charlie.


Quand des voix s'élèvent pour suggérer que « ce serait bien si demain tous les journaux s'appelaient Charlie Hebdo », la tentation est forte d'adhérer, d'autant plus que l'attaque barbare dont a été victime la rédaction de l'hebdomadaire satirique représente pour la France et le monde un séisme semblable à celui du 11 septembre 2001. Le dessinateur hollandais Ruben Oppenheimer ne...

commentaires (9)

JE SUIS CHARLIE « Je préfère mourir debout que vivre à genoux » déclarait CHARB Soldat de la Liberté mort en Martyr sous les balles du fanatisme et de l’obscurantisme. CHARB se savait perpétuellement menacé, toutefois il n’avait pas choisit un mode de vie austère limitant son exposition. Il avait décidé de bannir la peur et tromper la mort ; mais par lucidité il évoquait fréquemment sa fin proche. Ceux qui trouvent une quelconque justification pour légitimer ce drame, tuent une seconde fois les douze victimes et contribuent à cette apologie qui vise à amalgamer musulmans vivant dans le présent et ceux qui se nourrissent de la haine. Le Leitmotiv « JE SUIS CHARLIE » est dorénavant le nouveau slogan de la liberté de la presse à une échelle mondiale. A défaut de tuer Charlie les exécuteurs se réclamant d’Al Quaida ont réussit à le rendre à jamais immortel.

Hallak Andre

21 h 19, le 09 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • JE SUIS CHARLIE « Je préfère mourir debout que vivre à genoux » déclarait CHARB Soldat de la Liberté mort en Martyr sous les balles du fanatisme et de l’obscurantisme. CHARB se savait perpétuellement menacé, toutefois il n’avait pas choisit un mode de vie austère limitant son exposition. Il avait décidé de bannir la peur et tromper la mort ; mais par lucidité il évoquait fréquemment sa fin proche. Ceux qui trouvent une quelconque justification pour légitimer ce drame, tuent une seconde fois les douze victimes et contribuent à cette apologie qui vise à amalgamer musulmans vivant dans le présent et ceux qui se nourrissent de la haine. Le Leitmotiv « JE SUIS CHARLIE » est dorénavant le nouveau slogan de la liberté de la presse à une échelle mondiale. A défaut de tuer Charlie les exécuteurs se réclamant d’Al Quaida ont réussit à le rendre à jamais immortel.

    Hallak Andre

    21 h 19, le 09 janvier 2015

  • En condamnant ce crime odieux , comme on pourrait condamner tous les crimes terroristes de Paris a Kaboul , en passant par le Pakistan , l'Afghanistan et Gaza , je refuse de dire "je suis charlie " ni charlot non plus . Qu'on le veuille ou pas la plume qu'ont utilise les 5 dessinateurs etaient une arme risqué , comme le risque qu'ont pris les salafowahabites qui ont fait le voyage du "jihad" en Syrie ou ailleurs .

    FRIK-A-FRAK

    20 h 16, le 08 janvier 2015

  • EXCUSEZ-MOI... MAIS... JE NE SUIS PAS CHARLIE... SI J'AI À CARICATURER ET NE PAS RESPECTER LES PERSONNAGES SAINTS DES AUTRES RELIGIONS !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    18 h 32, le 08 janvier 2015

  • Sans commentaire...Horreur ????

    Soeur Yvette

    11 h 41, le 08 janvier 2015

  • JE SUIS CHARLIE

    HADDAD Fouad

    11 h 08, le 08 janvier 2015

  • Nous sommes tous des CHARLIE sans aucune ambiguité et surtout ne la ramenez pas poltique ou autre ... polémique à deux balles !!! Des barbares ont mis à mort un symbole, un des plus nobles celui de la liberté d'expression ...pour un Allah jamais aussi petit ....aussi ignoble et aussi cheap !!!!

    Achkar-Malezet Marie-Therese

    10 h 36, le 08 janvier 2015

  • Oui nous sommes tous Charlie, enfin je l'espère...

    Georges Zehil Daniele

    07 h 50, le 08 janvier 2015

  • Le terrorisme individuel ou de groupes (Charlie Hebdo) dans son acception la + simple; celle qui le distingue implacablement d'1 forme de résistance à 1 oppression quelconque ; est celui qui, quelles que soient ses justifications, tue de manière préméditée et surtout à l'aveuglette des Civils Innocents! Certes, tout Syrien Sain actuellement qui se respecte, sait qu'il existe surtout 1 terrorisme de Milices chabbîhah ou d’État tel que le pratiquent d'1 manière épouvantable e.g. cet aSSadique with l’appui de la Milice héZébbollâhî pro-bääSSiriaNique qui, bizarrement, semblent jouir d'1 bien plus grande tolérance médiatique et/ou diplomatique que Double You ou Sharon en leurs temps, alors qu'ils alternent comme eux sans complexe la Brutalité, l'Imbécilité et l'Incurie. Mais ; s'il est concevable que soient combattus ces terrorismes-là, individuels ou de groupes (El-Qâëda, EI & Cie.) ; leur opposer 1 terrorisme d'État bääSSyrien, de Milices chabbîhah, héZébbollâh ou même via des frappes…. "à la française" et donc des massacres à l'aveuglette, des hécatombes de civils ou des carnages d'enfants comme depuis quatre années en Sainte Syrie ou même depuis quelques semaines via ces frappes aériennes sournoises à 2 poids 2 mesures inqualifiables est tout simplement irrecevable : sans arguties et sans circonlocutions s’il vous plaît ! Car il s'agit au sens le + fort, juridique ou pas, de Crimes contre l'Humanité ou d’1 "droit d’ingérence" hypocrite car à géométrie variable ! Point barre.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    06 h 51, le 08 janvier 2015

  • Je pense que les milliers de lecteurs de l'OLJ sont Charlie ce jour.

    Halim Abou Chacra

    05 h 43, le 08 janvier 2015

Retour en haut