X

Liban

Charlie Hebdo : Le crime est inacceptable, le blasphème aussi, assurent des dignitaires sunnites libanais

Liban
08/01/2015

Le sang qui a coulé hier à Paris des suites de la fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo a été accueilli hier à Aïn el-Héloué par des tirs de joie.
La jubilation exprimée à l'intérieur du camp de réfugiés palestiniens n'est toutefois pas surprenante du fait de la présence des groupuscules islamistes radicaux qui sévissent sur les lieux. Elle n'est toutefois pas représentative de la rue sunnite libanaise qui a largement condamné cet acte de barbarie, exprimant néanmoins des réserves sur la sacro-sainte liberté de presse.


D'ailleurs, on n'a pas encore oublié à Beyrouth les débordements violents du 5 février 2006 suite à la publication, par Charlie Hebdo notamment, des fameuses caricatures de Mohammad. Lors d'une manifestation, des protestataires sunnites en grand nombre avaient attaqué ce jour-ci des commerces et des propriétés dans le quartier chrétien d'Achrafieh, mettant le feu à l'immeuble abritant le consulat danois. À la tête de ce mouvement, cheikh Raed Hlayhel, un salafiste de Tripoli, interrogé hier par L'Orient-Le Jour.
« Ma position reste inchangée depuis l'incident des caricatures de Mohammad en 2006 », dit-il. « Mais, plutôt que de vous répondre, je vais moi-même vous poser une question : Pourquoi avez-vous attendu jusqu'à aujourd'hui pour recueillir mon avis ? Pourquoi ne m'avoir pas contacté lorsque les caricatures injurieuses ont été publiées ? », s'interroge le dignitaire sunnite qui déplore le fait que les médias se bousculent pour solliciter des réactions lorsque leurs confrères sont tués à Paris et non lorsque le mal, qui a provoqué le crime, a été fait. Pour lui, il s'agit de bien saisir les raisons qui ont conduit à ce drame.
« Lorsque les États rejettent l'islam modéré, ils doivent endurer des phénomènes tels que Daech (l'État islamique) », affirme pour sa part un autre prédicateur salafiste de Tripoli, qui a requis l'anonymat. Ce dernier s'étonne notamment qu'on n'ait pas mis un terme au zèle des caricaturistes attaquant des symboles religieux, d'autant qu'il y a un précédent avec Charlie Hebdo, dit-il.

 

(Lire aussi : Les journalistes libanais contre la culture de la violence)


Reprochant à l'Occident de pousser vers l'extrême une frange de l'islam qu'il aurait pu gagner à ses côtés, le cheikh sunnite craint, au lendemain d'incidents de ce type, une radicalisation subsidiaire des musulmans modérés.
« Ils ne respectent pas le sacré et ne ménagent pas les sensibilités des uns et des autres, au nom de la liberté de la presse. Eh bien les autres sont venus leur dire : moi aussi je suis libre et j'agis en conséquence », explique le cheikh salafiste.
Ce dernier lance une mise en garde à l'Occident, l'invitant « à gagner l'islam modéré avant que ce dernier ne perde définitivement sa bataille contre l'extrémisme ».


« Nous condamnons la tuerie et, avec autant de véhémence, le fait de tourner les religions en dérision », assure de son côté le prédicateur d'une mosquée à Minié, cheikh Saleh Hamad.
La réaction « émotive » et incontrôlée des agresseurs « est condamnable dans les termes les plus virulents. Elle s'inspire de la loi de la jungle », dit-il. Pour lui, l'État islamique, « premier suspect derrière cet attentat », ne mérite certainement pas cette appellation. « Mieux vaut dire qu'il s'agit d'un État de la jahiliya », dit-il.
« Mais, en même temps, la liberté de presse doit être pratiquée avec certaines limites. Les sujets sacrés sont une ligne rouge », poursuit cheikh Hamad, qui rappelle que cette prise de position est similaire à celle qui avait été exprimée par un grand nombre de sunnites lorsque les talibans avaient détruit les bouddhas de Bâmiyân en Afghanistan, en mars 2001.


Le dignitaire sunnite tient toutefois à préciser que son appel en faveur du respect des religions vaut également pour toutes les croyances et religions monothéistes, « pour le christianisme aussi bien que pour le judaïsme ».
Respect des sensibilités religieuses, mais aussi du pays d'accueil, de ses valeurs et culture, préconise cheikh Hamad. « Il faut admettre que nous ne pouvons imposer notre islam sur des sociétés non musulmanes. Après tout, nous sommes chez eux », dit-il.

 

(Lire aussi : Liban : Ils ont condamné l'attentat contre Charlie Hebdo)

 

« Une main de fer »
Juge chérié et professeur d'université, cheikh Mohammad Nokkari condamne l'acte criminel avec virulence : « Il n'y a aucun justificatif possible – ni religieux ni moral – à ce crime. »
« Cet attentat odieux ne relève même pas de la charia (la loi musulmane), au nom de laquelle ils (les criminels) prétendent agir », dit-il.
La seule réponse à cela et toute autre forme d'extrémisme « est de frapper d'une main forte », assure cheikh Nokkari qui estime que « les agresseurs ont porté tort non seulement aux Français, mais à tous les musulmans ».
La demande du respect des questions sacrées et des croyances devrait s'exprimer, d'après lui, dans le cadre des règles et des lois en vigueur et non par le biais de la violence.


Dans ce contexte, le groupe « lésé » aurait mieux fait de recourir une fois de plus à la justice, ou de se constituer en mouvement de pression, pour tenter notamment de modifier la loi en vigueur, préconise le juge Nokkari. Et de rappeler qu'un projet a été présenté à l'Onu en ce sens, réclamant le respect des religions et du sacré.
Est-il inquiet pour l'avenir de l'islam en Europe et des relations entre les deux religions ?
« Bien sûr, répond le dignitaire sunnite. La radicalisation de la droite en Allemagne et la montée du Front national en France font craindre sérieusement une exacerbation du ressentiment envers les Arabes, et les musulmans en particulier. » D'où la nécessité ,
selon lui, de réunir l'Organisation de la conférence islamique pour évaluer la situation et prendre les mesures requises.
« On répond au mot par le mot et non par un acte barbare », dit pour sa part le député du Nord Khaled Daher, rejoignant l'avis de cheikh Nokkari et soutenant l'idée d'un recours devant la justice, lorsque les croyances religieuses sont perçues comme étant ciblées.
Tout en reconnaissant la liberté de presse « propre aux sociétés européennes, à la France en particulier », le député exprime toutefois le souhait de voir l'Occident « ménager » le sentiment religieux.
« Gare aux réactions de part et d'autre », prévient M. Daher. « Tous les musulmans ne doivent pas être sanctionnés pour les agissements de quelques-uns », dit-il, rappelant aux musulmans d'Europe que leurs pays d'accueil respectifs leur ont offert le confort, le bien-être et tous les services vitaux dont leur pays d'origine les a privés. « Y compris la liberté de la presse. »

 

Lire aussi

Charlie Hebdo: religieux et antiracistes appellent à l'unité contre les amalgames

 

Voir

Le film de l'attentat

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ENTRE DEUX MOTS : BIEN QUE LES CRIMINELS SONT DES EXTRÉMISTES SUNNITES... IL FAUT NOTER QUE LE ROI DE SAOUDITE N'A JAMAIS MAIS JAMAIS ISSU DES FATWA POUR ALLER TUER DES PROVOCATEURS... MAIS PAR CONTRE LES IRANIENS... KHOMEINI EN TÊTE... L'ONT FAIT À PLUSIEURS REPRISES.... SANS POUR AUTANT QUE DES CHIITES AIENT EXÉCUTÉ QUELQUE CRIME !!!

LA TABLE RONDE

Alors qu'on me dise pourquoi on ne blaspheme que les religions chretiennes et musulmanes ? Jamais la juive , pourquoi ??? on ne voit que Jesus ou le Pape ou le prophete Mohamed caricatures , jamais un simple religieux juif , jamais .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE BLASPHÈME EST INACCEPTBALE ! LE CRIME EST CONDAMNABLE !!!!!!

M.V.

Le blasphème n'a jamais écrit un journal...alors pourquoi mettre Charlie Hebdo au même niveau...?

IMB a SPO

Ces idiots n'ont pas encore compris ce qu'est la liberte de la presse. Les caricatures religieuses envers le christianisme ou le judaisme ne creent pas des manifestations sauvages ou des assassinats. La sensibilite des musulmans a ses variation. Je ne vois pas ce cretin de sheikh salafiste condamner les decapitations et autres crimes commis au nom de l'Islam. Quelle pourriture ces gens...

DC

Aucun verset, 33 ou autres, aucune sourat ne justifie le massacre de douze personnes. La libre pensée sortira toujours gagnante, n'en déplaise à ceux qui, en invoquant et en mélangeant parole de Dieu, décret 33 et cinquième sourat semblent justifier l'injustifiable. #JeSuisCharlie

Khawam Jean-marc

Quand le monde est dirigé par des adultes trop sérieux à la sensiblerie maladive, c'est là que commence les problèmes. Vous êtes trop sérieux les gars. Lighten up for god's sake. Aujourd'hui vous avez tués de grands enfants. Des amuseurs.

Georges MELKI

"33. La récompense de ceux qui font la guerre contre Dieu et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas; et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment." C'est le verset 33 de la cinquième sourat du Coran, Al-Ma2ida. Bien évidemment, c'est la parole de Dieu, et pour tous les musulmans un tant soit peu endoctrinés, Charlie Hebdo, en publiant des caricatures du Prohète,(qui déjà est un crime de lèse-sainteté...), est en train de faire "la guerre contre Dieu et Son messager..." Le reste suit naturellement: il suffit d'appliquer la sourat en question...Trêve de bavardage!

Lebinlon

Quand on on dit "je condamne, mais..." en réalité on projette "mais je ne condamne pas". c'est aussi simple que ça. RIP les comiques bruyants. JeSuisCharlie.

Jean Ajaltouni

Daher, "croyant" que vs etes, laissez cette affaire a Dieu. Lui Seul jugera ceux qui L'insultent et n'a surtout pas besoin que vous et vos spadassins Le defendiez.

Halim Abou Chacra

Qui justifie ce crime contre Charlie Hebdo est aussi criminel que les assassins des journalistes de Charlie Hebdo, même s'il est un cheikh. wnoqtat 3ala al-satr !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué