X

Liban

Ali Hassan Khalil annonce la saisie de produits radioactifs au port et à l’AIB

OLJ
06/01/2015

Comme si les scandales alimentaires à répétition ne suffisaient pas, le ministre des Finances Ali Hassan Khalil a annoncé hier au terme d'une visite au port de Beyrouth que les autorités douanières ont récemment saisi au port et à l'AIB des produits importés contenant du Cobalt 60, un isotope radioactif utilisé pour les radiothérapies, mais toxique en concentration excessive. « Les autorités douanières ont saisi au port et à l'aéroport de Beyrouth des produits et ustensiles ménagers ainsi que des produits industriels et autres, contenant des substances radioactives nocives, en l'occurrence le Cobalt 60, prohibé d'entrée dans les pays selon des conventions internationales », a annoncé le ministre des Finances lors d'une conférence de presse. « Cette substance est hautement nocive pour les humains. Nous faisons face à un problème de mort lente et progressive de citoyens, pouvant être provoquée par une intoxication due à cette substance, un crime indirect », a-t-il martelé, assurant avoir visité le port de Beyrouth trois fois sans la connaissance des médias ni des autorités du port.
Interrogé sur les produits en question, M. Hassan Khalil a précisé qu'il s'agit d'ustensiles ménagers, des cuillères, des couteaux, des fourchettes, ainsi que d'engins électroniques, notamment des systèmes d'alarme et autres. « Je ne peux ni confirmer ni infirmer pour l'instant si des biens contenant du Cobalt 60 sont déjà entrés sur le territoire libanais avant cette saisie », a-t-il ajouté. Indigné, le ministre des Finances a martelé qu'« il est inadmissible que le Liban soit un dépotoir de produits nocifs et dangereux. Nous rendons publics ces faits, après avoir attendu les résultats des expertises. Certains des produits saisis sont importés d'Inde. Je ne condamne pas le pays concerné, mais plutôt les importateurs, qui seront poursuivis ».
Tirant la sonnette d'alarme, M. Hassan Khalil a enfin précisé qu'« il n'existe aucun moyen au Liban pour traiter ces substances. Les quantités sont considérables et aucun entrepôt spécialisé ne peut les accueillir, surtout que ce genre de radioactivité peut durer jusqu'à 85 ans. C'est pour cela que les produits devront retourner dans leur pays d'origine, aux frais des importateurs ». « Un processus qui pourrait prendre un peu de temps », a-t-il reconnu, affirmant que des mesures pour organiser et réformer les douanes, ainsi que pour contrôler le travail des entreprises importatrices, seront bientôt annoncées. « L'état d'alerte que nous avons instauré au service des douanes a permis par ailleurs d'empêcher trois opérations de fraude de drogue », a-t-il par ailleurs conclu.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants