X

Économie

Bank Audi lance les premiers guichets bancaires interactifs du Liban

Liban - Innovation

Bank Audi est la première banque du pays à installer des guichets interactifs.

31/12/2014

À première vue, la machine ressemble à un distributeur de billets ordinaire. En réalité, avec son guichet bancaire interactif (« Interactive Teller Machine », ITM en anglais), Bank Audi vient de lancer le premier comptoir bancaire électronique au Liban. La machine remplit la plupart des fonctions d'un guichet bancaire traditionnel : de la gestion des comptes au dépôt et encaissement de chèques et d'espèces, en passant par le paiement des factures et les virements interbancaires. Le client peut effectuer ses opérations avec l'aide d'un conseiller grâce à un système de visioconférence accessible sept jours sur sept et jusqu'à 22 heures.
Les deux premiers guichets interactifs ont été présentés le 16 décembre lors de l'inauguration de l'agence « Novo » à Bab Idriss. Cette appellation désigne depuis 2011 un ensemble de services électroniques qui comprend également : des distributeurs automatiques de billets (Dab) « intelligents » permettant le dépôt de chèques et de sommes en espèces; des stations d'information permettant d'interagir avec un conseiller ; ainsi que des salles de consultation électroniques proposant certaines opérations plus lourdes que celles gérées par les nouveaux ITM, comme l'ouverture de comptes, l'émission de cartes de débit ou encore l'obtention de crédits.
« Cette stratégie répond à un triple objectif, explique Nathalie Hamamji, directrice adjointe de la direction des agences de Bank Audi. D'abord, celui de permettre à notre clientèle d'accéder à une palette plus large de services en dehors des horaires d'ouverture d'une agence traditionnelle. Ensuite, désengorger les agences les plus fréquentées. Enfin, de faciliter la pénétration de zones rurales. »
L'investissement total consacré à l'ouverture de l'agence électronique de Bab Idriss n'a pas été communiqué, mais cette dernière compte deux Dab « intelligents » d'un coût unitaire de 50 000 dollars, deux guichets interactifs d'environ 70 000 dollars, une salle de consultation et une station d'information coûtant chacune entre 20 000 et 25 000 dollars, et une machine de vente de cartes de débit prépayées. Même en ajoutant les autres coûts infrastructurels et immobiliers, les coûts de fonctionnement et d'amortissement de ce type de dispositif devraient s'avérer bien moins élevés que ceux d'une agence traditionnelle. « Pour l'ouverture d'une agence traditionnelle, il faut compter au minimum 500 000 dollars de frais fixes sans l'achat du terrain, le loyer et la rémunération des salariés », indique Nathalie Hamamji.
L'ouverture d'agences entièrement électroniques comme celle de Bab Idriss est soumise à une autorisation de la Banque du Liban qui les limite à une par an par banque. Toutefois, Bank Audi peut installer sans limite des composantes Novo au sein de son réseau actuel d'agences. Pour 2015, l'installation d'une dizaine d'ITM est prévue ainsi que l'ouverture d'une autre agence Novo en zone rurale. À terme, Bank Audi espère couvrir l'ensemble du territoire libanais grâce à ses agences électroniques « en complément de ses agences traditionnelles », insiste Mme Hamamji.

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué