X

À La Une

L'exercice d'équilibriste d'Obama sur les questions raciales

Etats-Unis

Certains manifestants à Ferguson reprochent au président des prises de position trop timorées.

OLJ/AFP
27/11/2014

"Ce n'est pas seulement un problème pour Ferguson, c'est un problème pour l'Amérique". Barack Obama, dont l'arrivée au pouvoir avait suscité d'immenses attentes sur les questions raciales, se livre à un exercice d'équilibriste depuis la mort, début août, d'un jeune Noir sous les balles d'un policier blanc.

Le premier président noir des Etats-Unis avance prudemment : il appelle au respect des décisions de justice tout en assurant comprendre la colère de ceux qui ont le sentiment, à juste titre souligne-t-il, que la couleur de leur peau a un impact sur la façon dont la loi est appliquée. "Ce sont des problèmes réels", a-t-il lancé lundi soir, le visage grave, évoquant "l'héritage de la discrimination raciale dans ce pays", quelques heures après l'annonce de la décision d'un jury populaire de ne pas poursuivre le policier. "Nous devons les confronter et ne pas les nier ou les étouffer", a-t-il ajouté, tout en rejetant avec fermeté tout recours à la violence.

 

A Ferguson, dans le Missouri, mais aussi ailleurs dans le pays, certains manifestants lui reprochent des prises de position trop timorées ou regrettent qu'il ne se soit pas rendu sur place depuis la mort de Michael Brown, abattu le 9 août en pleine rue alors qu'il n'était pas armé. La Maison Blanche n'écarte pas l'hypothèse mais souligne qu'elle n'est pas à l'ordre du jour.

"C'est une ligne de crête mais il l'emprunte de façon extrêmement habile", estime Julian Bond, président honoraire de la grande association de défenses des Noirs aux Etats-Unis, la NAACP. "Il ne veut surtout pas être +le président noir+. Il veut être le président de tous les Américains", explique à l'AFP cette figure du mouvement des droits civiques.

 

(Voir aussi : Nuit d'émeutes au coeur des Etats-unis, les images)

 

'Besoin de changement'

C'est la deuxième fois depuis son arrivée au pouvoir en 2009 que M. Obama, élu grâce au soutien massif des minorités et des afro-américains en particulier, doit gérer les énormes attentes placées sur ses épaules sur ce sujet sensible. La mort de Trayvon Martin, jeune homme noir de 17 ans abattu en février 2012 en Floride par un vigile alors qu'il se promenait sans armes dans un quartier résidentiel, avait été la première.

Prudent dans un premier temps, il s'était livré de manière beaucoup plus personnelle à l'issue du processus judiciaire qui avait abouti à l'acquittement du meurtrier, en juillet 2013. "Il y a 35 ans, j'aurais pu être Trayvon Martin", avait-il lancé, parlant de la "douleur" provoquée par cette décision au sein de la communauté noire.

 

"Dans l'affaire Trayvon Martin, ses détracteurs lui ont reproché de s'impliquer. Cette fois, on lui reproche le contraire. Il est dans un rôle où il est critiqué quoi qu'il fasse", juge Adolphus Pruitt, président de la branche de NAACP de Saint Louis, ville voisine de Ferguson. "Cela ne me dérange pas que le président soit prudent sur un incident particulier, mais je m'attends à ce qu'il s'implique fortement sur le besoin de changement et de dialogue, à travers tout le pays, sur cette question", ajoute-t-il.

Si le grand jury a exclu des poursuites à l'encontre du policier Darren Wilson, un enquête fédérale est toujours en cours pour se pencher sur une éventuelle violation des droits civiques de la victime, Michael Brown. Mais plus de trois mois après les faits, aucune conclusion n'a encore été rendue et rien n'indique que les autorités fédérales engageront des poursuites.

 

(Lire aussi : « C'était juste horrible, je n'ai jamais vu une émeute pareille »)

 

Comme pour Obama, le positionnement est difficile pour Eric Holder, premier ministre de la Justice noir de l'histoire des Etats-Unis. Dès les premières émeutes après la mort de Michael Brown, il s'était rendu sur place, tentant de panser les plaies d'une communauté déchirée par les violences. Mais la marge de manoeuvre est étroite. Et si aucune poursuite fédérale n'est finalement engagée, l'administration Obama devra se préparer à gérer une nouvelle vague d'indignation.

"Il n'y a pas une Amérique noire et une Amérique blanche, il y a les Etats-Unis d'Amérique", lançait M. Obama en juillet 2004 à la Convention démocrate lors du discours chargé d'espoir qui allait le propulser sur le devant de la scène politique nationale.

Depuis, s'il souligne inlassablement les progrès accomplis depuis les années 60, il appelle régulièrement à la "vigilance". "Pour conforter les acquis de ce pays, il faut de la vigilance, pas de la complaisance", lançait-il le 28 août 2013 lors des célébrations des 50 ans du discours de Martin Luther King, "I have a dream".

 

Lire aussi

Taubira rappelée à l'ordre pour un tweet critique sur l'affaire Ferguson

Pour mémoire

Obama nomme une femme noire ministre de la Justice, une première

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUAND OBAMA RÊVE :
DANS SON RÊVE,L'AUTRE SOIR,
UN AYATOLLAH FIDÈLE,
SE BALANçAIT DANS LE NOIR,
SUR LES FILS DE SA CERVELLE.

FAKHOURI

Poutine a une large avenue pour appliquer la politique de Staline. Il lui manque un Beria et Lavrov n'a pas l'étoffe d'un Molotov
Sa culture KGB lui sert à semer le chaos un peu partout
pour conquérir une réputation de grande nation.
Obama face à lui est un rigolo qui joue au Président
Obama a fait beaucoup de dégâts dans notre région
La porte est largement ouverte à l'Iran qui n'hésitera pas un seul instant à semer la chaos au même titre que la Russie. Que représente pour eux un civil arabe ?
Sans doute un métayer et qu'ils peuvent décider vie ou mort à leur guise.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN TRAPÉZISTE ?

ACQUIS À QUI

On va pas lui demander de se devetir de sa chemise tous les jours pour aller se battre contre ce qui fait le propre de la politique des us depuis sa creation tout de meme !!! faut pas oublier que dans les annees 60 et fin 60 , l'apartheid constitutionnel existait aux us , on a beau jeu de dire amerique des droits egaux , de justice raciale etc.... Moi ce qui m'a impressionne c'est cette decision de naturaliser 5 millions d'immigres d'un coup , faut du courage dans une amerique raciste ou on degaine sur la couleur de la peau et le facies . Je ne dis pas qu'il fait une politique parfaite , mais il a montre qu'il avait du Coeur avec son Obama care , lorsqu'on entend en direct un citoyen dire a une question qui lui est posee s'il etait pret a cotiser pour son voisin , "LET HIM DIE" !!! Tout ce que Obama peut faire c'est refuser de jouer le role que les sionsites veulent le pousser a faire cad exploser la terre en foncant tete baissee comme le faisait un couillon de gw bushman . On verra ce que son successeur va pouvoir faire devant les changements d'un monde qui est passé du monopolaire a multipolaire . On verra !Il faut reconnaitre une chose a Obama , c'est qu'il n'oublie pas d'ou il vient , a mediter chez pas mal de nos concitoyens une fois qu'ils estiment etre arrive au "sommet".

FAKHOURI

ce n'est pas simplement sur les questions raciales !!!
Il pratique le même comportement d'équilibriste dans sa politique étrangère et en particulier au Proche et Moyen Orient. Nous lui devons l'existence de l'EI, de la survie du Petit Hitler, et l'impunité d'Israel.
Son successeur aura d'énormes difficultés à gérer les crises de notre région.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué