X

Liban

Pour la première fois depuis la fin de la guerre, pas de fête de l’Indépendance...

crise
OLJ
22/11/2014

Les festivités devant marquer aujourd'hui le 71e anniversaire de l'indépendance du Liban ont été annulées en raison de la vacance à la présidence de la République.
« Vu la situation actuelle, les cérémonies et réceptions officielles à l'occasion de la célébration de l'Indépendance, généralement organisées par les administrations publiques, les ambassades, les municipalités et les institutions publiques, sont annulées », peut-on lire dans une circulaire émise hier par le Premier ministre Tammam Salam. « C'est la première fois que les festivités sont annulées depuis la fin de la guerre civile (1975-1990) », a indiqué un porte-parole militaire à l'AFP. La source militaire a également précisé que l'annulation des célébrations est également due à la crise des otages libanais aux mains de jihadistes syriens.
Rappelons que le jour de l'Indépendance est traditionnellement marqué par un défilé de contingents des forces armées et des Forces de sécurité intérieure dans le centre-ville de Beyrouth, en présence du chef de l'État, du président du Parlement et du Premier ministre, ainsi que de la classe politique et des diplomates. La fête de l'Indépendance est également marquée par un discours télévisé, la veille, du président de la République s'adressant à la nation.

(Lire aussi : Kahwagi à ses troupes : « Pas de répit dans la guerre contre les terroristes »)


Face à cette situation inédite, l'ONG libanaise Offre-Joie organise une « marche de l'indépendance », aujourd'hui samedi, qui partira du rond-point Sayyad à Hazmieh à 9h30 pour se terminer au palais présidentiel. « Cette année, le défilé officiel du 22 novembre a été annulé : triste symbole ! Face au danger que présente le vide institutionnel à la fonction suprême de l'État, Offre-Joie réagit avec toute la société civile en maintenant haut le flambeau de l'espérance. Elle invite la jeunesse libanaise éprise de justice et de liberté ainsi que tous ceux et celles qui aspirent à un État de droit fort et stable à s'exprimer », écrit le communiqué d'Offre-Joie. L'ONG est joignable, pour toute information, au 03/628000.

Décorer les tombes
En revanche, le traditionnel dépôt de couronnes au nom de la République libanaise sur les tombes des pères de l'indépendance a bien eu lieu hier. Le Premier ministre Salam a ainsi déposé une gerbe sur celle de son père, Saëb Salam, en présence du ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk. Le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, a fait de même sur le mausolée de Rafic Hariri, en présence de quelques députés du Futur. M. Machnouk en a profité pour rappeler que l'élection d'un président de la République « est au-dessus de toute considération politique ou liée à quelque intérêt personnel que ce soit ».
Le député Nehmetallah Abi Nasr a décoré la tombe du général Fouad Chéhab ; le ministre Rachid Derbas et le président de la municipalité de Tripoli Nader Ghazal celle de Abdel Hamid Karamé à Tripoli ; le député Abdel Kassem Aziz celle de Hamid Frangié à Ehden ; le ministre Jreige celles de Riad Solh à Ouzaï (en présence de Leila Solh Hamadé) et de Majid Arslane à Khaldé (en présence de Talal Arslane); le ministre Alain Hakim celle de Béchara el-Khoury (en présence de cheikh Michel el-Khoury); le député Michel Moussa celles de Adel Osseirane et de Habib Abi Chahla; le ministre Ghazi Zeaïter celle de Sabri Hamadé ; le ministre Abdel Mouttaleb Hennaoui a décoré à Bickfaya la statue de cheikh Pierre Gemayel, le fondateur du parti Kataëb (en présence du président Amine Gemayel) ; le député Alaëddine Terro a décoré la tombe du président Camille Chamoun à Deir el-Qamar, et le député Youssef Khalil celle de Sélim Takla à Zouk Mikael.
Enfin, le commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi, a déposé une couronne sur le mausolée des soldats tombés sur le champ d'honneur, à Yarzé.

 

Lire aussi
Fêtes et gestes, l’éditorial de Issa Goraieb

Vive la fête ?, l'article de Ziyad Makhoul

Riyad et le dialogue entre le Hezbollah et le courant du Futur..., le décryptage de Scarlett Haddad

Hariri rejette la proposition de Aoun et appelle à des concertations sans délai

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Il y a des personne après leur repartie qui démontre bien leur je m'en foutisme du siège présidentiel ceux la ne font que nous rendre encore plus convaincu de nos choix politique !!! A bon entendeur salut !!!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Bien fait ! Pas de Président, pas de fête. Voilà !

AIGLEPERçANT

1ere fois qu'on la fete pas , mais pas 1ere fois qu'on ne l'a pas !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE PAYS EST ENCORE SOUS OCCUPATION... PAR LES BOYCOTTEURS DE L'EX OCCUPANT ! L'INDÉPENDANCE... LA VRAIE INDÉPENDANCE DU LIBAN... VIENDRA... PAR LA VOLONTÉ DE SES LIBRES ENFANTS !

Halim Abou Chacra

Fête de l'Indépendance ? Mais pourquoi une fête de l'Indépendance ? Ceux qui veulent fêter n'ont qu'à aller le faire chez les "sauveurs", champions de l'irresponsabilité, qui bloquent et sabotent la présidentielle, l'indépendance, le Liban même et la respitation des Libanais.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.