X

Liban

Vive la fête ?

En dents de scie
22/11/2014

Même si Tammam Salam a eu la bonne idée d'annuler toutes les célébrations, entre palais de Baabda désert des Tartares et militaires toujours affreusement otages, c'est pourtant bien la première fois depuis près de quarante ans que les Libanais peuvent, que les Libanais auraient dû, fêter l'indépendance de leur pays. Ou le début de sa résurrection. Ou quelque chose qui lui ressemble furieusement.
Ils peuvent dire merci à deux hommes.
Le premier s'appelle Marwan Hamadé. Ce que ce miraculé a fait à Leidschendam dans le cadre du Tribunal spécial pour le Liban chargé de poursuivre, en vertu du droit international, les auteurs d'actes criminels liés à l'assassinat de Rafic Hariri, est d'une simplicité et d'une efficacité redoutables. En (ra)contant, tout, du background politique aux exactions de Bachar el-Assad et de ses sbires libanais en passant par les moindres détails de ces mois de plomb, qui allaient du renouvellement du mandat Lahoud au retrait des troupes syriennes du Liban, l'élu de la nation, victime d'un attentat à la voiture piégée en 2004, a posé un geste d'une folle amplitude. Au commencement est le verbe. Et le verbe est avec la justice et le droit. Et le verbe est justice et droit. Ce que Marwan Hamadé a énoncé en plein tribunal, tout le monde ou presque le savait : ce n'est pas tant ce qu'il a dit qui compte que le fait qu'il l'ait dit, qu'il ait transformé les chairs calcinés du martyrologe politique libanais du IIIe millénaire en verbe, et que ce verbe ait été (re)transcrit noir sur blanc dans les procès-verbaux d'une instance judiciaire internationale. Que ce verbe soit donc officialisé. Sacralisé. Et sanctuarisé. Quand l'impunité inouïe qui prévalait durant la tutelle puis l'occupation syrienne et qui continue de régner, de facto, de par les grâces d'une milice, prend son premier coup en pleine gueule, quand la dépendance à de vieux réflexes commence à être dynamitée, le tout en public, un certain sens, un sens certain est redonné à ce 22 novembre exsangue.
Le second s'appelle Michel Sleiman. En refusant que son mandant soit prorogé, fût-ce d'un jour ou d'un mois, l'ex-chef d'État a brisé, volontairement ou pas peu importe, une malédiction qui durait depuis bientôt quinze ans, qui représentait depuis la débâcle suprême de Michel Aoun au début des années 90, l'humiliation suprême (Rafic Hariri s'était cassé le bras après avoir voté, à main levée, le renouvellement du mandat Lahoud) : pendant presque quinze ans, ce n'étaient plus les Libanais qui choisissaient leur président. Élias Hraoui et Émile Lahoud ont été imposés et prorogés par Bachar el-Assad, et Michel Sleiman, avant sa transmutation en homme d'État, est né du blitzkrieg du Hezbollah contre Beyrouth et la Montagne en 2008, même pas ici, mais à Doha, l'anti-Taëf absolu. Quinze années durant lesquelles les députés libanais, à l'exception de cette superbe liste d'honneur initiée par les parlementaires joumblattistes, avaient appris à s'essuyer les pieds et tout le reste sur leur fierté et leur dignité Aujourd'hui, le Liban est sans président, certes, en très grande partie à cause de la mono-obsession pathologique et nauséeuse de Michel Aoun, mais au moins, la honte du président parachuté s'est enfin résorbée, même si vite remplacée par une autre, née de notre effarante lenteur à apprendre l'autogestion.
Nous sommes encore bien loin des extases de 1943. Mais quelque chose frémit. Doucement. Il faut juste ne plus jamais éteindre le feu.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Halim Abou Chacra

Au fond, au fond, ça nous manque un président laquais du petit Hitler de Damas. C'est folklorique. Et le folklore ça distrait un peu; ça fait oublier un petit moment ceux qui, obsédés par leur nombril, nuisent terriblement à ce pays.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Il faut rappeler que seul ce "fabuleux" Sain Libanais, à la rigueur post-phénicisé, doit bénéficier dans cette contrée d'un pouvoir exorbitant puisque, hors le respect des lois, il ne doit avoir de compte à rendre qu'à lui-même et à ce "cher" Grand-Liban. Il faut s'accommoder de ce statut limite dérogatoire, même quand il arrive que ce "fameux" Sain même pseudo-araméanisé reflet d’un pays rocailleux, crevassé, en terrass(é)es et vigoureux soit émotif, trop cohérent ou surtout un peu trop de bonne foi ; car il constitue pour ce minuscule pays l’atout le plus précieux. Ce qui n'exclut pas, évidemment, qu'on étrille ces quelques Libanais Sains restés quand ils le méritent, ce qui n'est pas rare et pas seulement actuellement ! Qu'à considérer les qualités que l'on exige d'un Sain "imbu!" de lui-même, bien peu sont ceux qui pourraient ambitionner de l'être ; c'est dire qu'il est illusoire d'imaginer que ce style de Sains exigent de se distinguer par leurs attributs vertueux du tout-venant libanais anthracite et/ou oranginé tout alentour. L'essentiel est qu'ils en soient enfin conscients ! Pour le reste, il faut croire en la vertu des purges de Malsains nécessaires à base de késchék sometimes, même s'il s'avère que leur sérieuse administration n'est pas toujours inodore. Et il faut espérer que ces quelques Libanais restés quand bien même encore Sains, s'en trouveront demain mieux encore que moins que Rien dans ce genre de "fichu" patelin tendance Malsain fakkîhdio-boSSfàRien.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Pauvre".... Jeep !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Tandis qu'on avait L'Mîrémgîîîd à la "Défense", Äsraël avait, lui, Moshé Dayan !

Soeur Yvette

Superbe !!!!!!!!!!!!!!!!!

carlos achkar

En ce jour de la fête de l'indépendance, Mr Makhoul nous fait bien comprendre qui sont les vrais patriotes, ceux qui défendent les intérêts de leur pays et qui sont les fouteurs de troubles alliés à de miliciens mercenaires qui défendent les intérêts des ennemis d'un Liban indépendant et souverain, à savoir le régime syrien et les mollahs iraniens, sans parler aussi de la cause perdue des palestiniens qui ne concerne absolument pas le Liban.
Carlos Achkar

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SUPERBE ! MONSIEUR ZIYAD MAKHOUL. SUPERBE ! L'ANALYSE QUI EXPRIME LA VÉRITÉ... LIBREMENT ET DÉMOCRATIQUEMENT... ET LA TRANSMET TELLE QUELLE... EST LA VRAIE ANALYSE ! TOUTE AUTRE FORME D'AVIS PARTISAN N'EST QUE DU FANATISME... QU'IL SOIT DES UNS ET OU DES AUTRES...

ACQUIS À QUI

On passe du doigt surpris dans le pot de confiture ( le hezb resistant ) a celui du 2 doigts surpris dans le pot de confiture ( phare Aoun ) . Incorrigible Ziad , ou devrai je dire incurable !!!

Chadarev

Décidément le syndrome Aoun continue a hanter ''auteur.
Vite un médecin

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué