Liban

Riyad et le dialogue entre le Hezbollah et le courant du Futur...

Décryptage
22/11/2014

La demande du représentant de l'Arabie saoudite aux Nations unies Abdallah al-Moallimi a pris tous les présents de court, jeudi. En pleine séance de discussion sur les moyens de lutter contre le terrorisme qui se tenait au Conseil de sécurité, le représentant saoudien a brusquement réclamé de mettre le Hezbollah libanais sur la liste noire des organisations terroristes, parce qu'il envoie ses hommes combattre en Syrie. Bien entendu, cette demande n'a aucune chance de se concrétiser, pas seulement parce que le contexte général aujourd'hui n'est pas favorable à une telle décision – l'Iran étant sur le point de conclure ne serait-ce qu'un accord-cadre avec les États-Unis et le reste de la communauté internationale – mais aussi parce que au sein du Conseil de sécurité, ni la Russie ni la Chine ne sont prêtes à accepter une telle éventualité, sans parler du fait que l'Arabie saoudite, elle aussi, envoie des combattants en Syrie, mais aux côtés de l'opposition. Ce que le représentant de la Syrie ne s'est pas privé de relever... Dans ces conditions, quelle mouche a donc piqué le représentant saoudien pour présenter une telle demande à un moment aussi peu propice ? C'est la question que se posent depuis jeudi les milieux politiques libanais, d'autant qu'il n'y a pas si longtemps encore, les ministres du Hezbollah avaient été conviés à la fête nationale saoudienne à l'ambassade d'Arabie à Beyrouth...
Des sources proches du Hezbollah estiment que cette demande impromptue de la part du représentant saoudien à l'Onu montre l'état de désarroi et de confusion qui règne dans le royaume, où selon les rapports de l'Onu justement près de 12 000 Saoudiens combattent en Syrie, dans les rangs des groupes extrémistes de l'opposition. Même la presse saoudienne, placée sous haute surveillance, reflète ainsi l'inquiétude des dirigeants face à la montée de l'extrémisme à l'intérieur du pays, où de nombreux ulémas ont refusé les injonctions du mufti du royaume qui leur demandait d'attaquer Daech dans leurs prêches. Tout en se voulant le fer de lance régional de la lutte contre le terrorisme jihadiste, le royaume wahhabite ne parvient pas à faire taire ses propres démons internes et la dernière agression contre un lieu de culte chiite dans la région de Koteif n'est que la partie visible de l'iceberg. D'ailleurs, cette attaque avait été l'occasion de montrer l'état de tension extrême entre les différentes factions saoudiennes, puisqu'une partie de la presse l'avait vivement condamnée et l'autre s'était lancée dans un langage confessionnel inhabituel dans ce pays où, en général, les remous restent cachés.
Selon des sources proches du Hezbollah, la demande formulée par le représentant de l'Arabie au Conseil de sécurité indique en réalité la colère du royaume face à l'échec de sa politique en Syrie. Le représentant saoudien a voulu ainsi adresser un message à la communauté internationale et à l'administration américaine en particulier, au moment où les dirigeants américains sont en train de dire que la chute du régime syrien n'est pas leur priorité, celle-ci étant désormais la lutte contre Daech (l'organisation de l'État islamique).
En même temps, toujours selon les sources proches du Hezbollah, les Saoudiens ont voulu aussi couper court aux prémices d'un dialogue entre le courant du Futur et la formation chiite qui commençaient à se faire sentir, suite aux efforts des deux camps et à ceux du président de la Chambre Nabih Berry et du leader druze Walid Joumblatt. Selon les mêmes sources, l'Arabie saoudite traverse actuellement une période de grande tension. Elle est totalement opposée à la conclusion de toute forme d'accord entre l'Iran et la communauté internationale qu'elle considère comme une menace pour ses intérêts stratégiques. Elle est coincée au Yémen, où ses partisans sont en train de perdre le pouvoir au profit des houthis et elle n'a rien obtenu en Irak, où les États-Unis et l'Iran se partagent les influences. Elle est aussi en train de perdre en Syrie et elle est désormais une cible officielle pour le calife Ibrahim (alias Abou Bakr al-Baghdadi) qui, dans son dernier enregistrement authentifié par les Américains, a résumé ainsi ses priorités : d'abord combattre les rawafed (chiites), puis le régime saoudien et enfin les chrétiens. Une telle déclaration peut avoir un impact important au sein du royaume où toute l'éducation des jeunes est confiée à la branche religieuse extrémiste (selon un article du New York Times), en dépit des efforts déployés par le roi depuis quelques semaines pour tenter une réforme du système éducatif.
Le seul pays où le royaume a donc encore une influence réelle, c'est finalement le Liban. Il y a deux mois, c'est à cause du veto du ministre saoudien des Affaires étrangères l'émir Saoud al-Fayçal que le dialogue entre le chef du courant du Futur et le chef du CPL a tourné court. Certains disent d'ailleurs qu'il ne s'agissait même pas d'une décision au plus haut niveau, mais l'émir Saoud al-Fayçal ayant pris sa décision, les autres n'auraient pas voulu le contredire. Et aujourd'hui, la demande du représentant du royaume à l'Onu aura une incidence sur le dialogue attendu entre le courant du Futur et le Hezbollah. Ce dialogue sera donc bloqué avant même de commencer et s'il ne démarre pas, il y a peu de chance de relancer les discussions sur l'élection présidentielle, ainsi que sur l'adoption d'une nouvelle loi électorale. La demande saoudienne à l'Onu résonne donc au Liban comme un coup de frein à toutes les tentatives de rapprocher les points de vue entre les parties internes.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

Comment peut on être reconnaissant envers un parti qui prône son allégeance aux pasdarans iranien? Je pe comprendre svp faite moi comprendre, montrer moi des preuves que ceux k ils disent est pas bien compris par le commun du peuple libanais ... Je je rapelerais pas la guerre de 2006 initier en certain 12 juillet juste au commencement ou après juste 1 journée des pourparler sur son nuclaiere et rebis le 7 mais 2008 et pour finir rebelote en 2013 en Syrie avant cela HN a été convoquer en Iran pour un séjour de 2 jours ou il a reçu l'ordre de rentrer en Syrie pour soi-disant protéger le liban sans pour autant protéger ces frontière au préalable chose qui dans une intervention préventive aurai été la première des choses a faire sauf si l'idée été de diriger les jihadiste a la frontière avec le liban (comme cela c'est passer) pour impliker l'arme malgres elle a ne pas respecter l'accord de baabda comme convenue d'ailleurs avec tous les partis libanais y compris SignAtaire du document d'entente tout est partie a la poubelle des ke l'Iran a siffler l'arrêt du jeu !!! Aller Mme HAddad expliquez nous tout cela avant de faire décryptage allant dans un seul sens !!

Hallak Andre

Mise en place d'une traque intense des banques et des institutions financières ayant des liens avec le Hezbollah ; assortie d’amendes dissuasives aux contrevenants .

Interdiction faite aux opérateurs satellitaires de diffuser sa chaîne al-Manar, classement du Hezbollah en tant qu’organisation de Narcotrafic et organisation Criminelle Transnationale en vertu du "Foreign Narcotics Kingpin Designation Act".

Ces mesures coercitives entérinés et votés seront lourdes de conséquence pour le Hezb. Aussi dans tout pays un partit désigné comme Hautement Criminel, subissant un boycott financier et une limitation de ses moyens de diffusion, verrait ses membres le déserter et ses alliés l’abandonner.
Au Liban rien de tel.
La tyrannie l’oppression et la terreur du Hezb ont-ils atteint un paroxysme privant les libanais de discernement et de libre arbitre.

Le fatalisme a succédé à l’aveuglement pour certains chrétiens, pour d’autres il sera temps d’exprimer leurs regrets dans les urnes au moment opportun.

CBG

Il n'y a pas de dialogue possible et sincère entre le courant et les criminels qui ont tué Rafik Hariri... ( est criminel qui couvre un criminel)....
La communauté chiite est prise en otage par la branche armée et désormais assez souvent terroriste du Hezbollah .
Les saoudiens ont toujours cru que l'argent pouvait tout faire ....
Le Liban est dans une impasse vu les casseroles du passé qu'il trimbale... La seule issue c'est de se désengager des conflits régionaux ...
La bataille entre sunnites et chiites n'est qu'à ses débuts ... Certes les chiites ont pris un peu d'avance au niveau guerrier... Mais cette avance n'est qu'une illusion car le retard est en train d'être rattrapé vite et trop vite...
Les choses se compliquent tous les jours au moyen orient .... Plus ça se complique plus l'issue sera grave et sanglante...
Faut il attendre longtemps avant que les chiites libanais remboursent leur dette de solidarité avec le régime syrien???

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Malgré tous les "déboires" de cette Arabie si finement décrits dans cet article, comment se fait-il que ce pays tienne encore le coup ! Mâchallâh....

AIGLEPERçANT

Un royaume qui manque totalement d'imagination et n'ayons pas peur des mots , d'intelligence tout court , comment peut il mener une politique qui pourrait etre SIENNE ? Hein !quand on a ete habitué a etre le beni oui oui d'un occicon qui vous mene en bateau avant de vous larguer au milieu de l'ocean comment cela pourrait il se faire ? Hein! les allies des binsaouds realisent qu'un allie bête et mechant ne vaut pas mieux qu'un ennemi intelligent , enfin , Hein ! Et Bahrein Scarlett vous oubliez que les binsaouds y sont rentres pour massacrer la majorite chiite , Hein ! et c'est l'Iran qu'on pointe du doigt comme etant responsible de cela , Hein ! saad finalement , faut pas trop lui en vouloir , il n'a pas passé son complexe d'oedipe encore , Hein ! De toute facon tout peut s'ecrouler autour , nous on vous a, Scarlett et c'est le plus important en ce jour d'anniversaire gache par les evanescents , Hein !

Beauchard Jacques

Le frein le plus puissant n'est autre que l'ambition de l'ambitieux.....

Halim Abou Chacra

Que l'Arabie saoudite, de par son système religieux et politique wahhabite, soit de fait le berceau d'idéologies comme celle de DAECH; que ce pays a la responsabilité de faire une réforme structurelle nécessaire pour l'islam et les pays musulmans; qu'il se trouve même dans l'embarras, car cette idéologie se retourne fatalement contre lui; tout cela ne fait pas de doute et c'est à cela qu'il faut donner de l'importance et de l'approfondissement.
De là à dire que le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie, Saoud el-Faisal, n'a d'autre préoccupation que de faire signe à Hariri d'arrêter son dialogue avec le général Aoun et son appui à sa candidature à la présidence, qui n'a jamais existé; qu'il lui ordonne maintenant de stopper son dialogue avec le Hezbollah, qui n'a jamais commencé; tout cela n'est que spéculations de "sources", qui finissent par être agaçantes et on en a marre. Dit par souci de sincérité.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU BARATIN ENCORE ET ENCORE ! 1 - LE TITRE AURAIT DÛ ÊTRE : TÉHÉRAN ET RIYAD ET LE DIALOGUE ETC... 2 - METTRE SUR LE MÊME PIED LA DÉCISION DU GOUVERNEMENT SAOUDIEN D'ENVOYER DES COMBATTANTS EN SYRIE AVEC CELLE DE LA MILICE HEZBOLLAHI... QUI EST CONTRE LE GRÉ ET DU GOUVERNEMENT LIBANAIS ET DE LA MAJORITÉ ÉCRASANTE DU PEUPLE LIBANAIS... C'EST L'ILLOGISME MÊME. 3 - CET ARTICLE... Où L'ON MÉLANGE LES PRÉTENDUS SENTIMENTS DE CERTAINES PERSONNES DE GOUVERNMENTS AVEC LA POLITIQUE DE LEUR PAYS... N'EST QU'UNE MAKHLOUTA SERVIE MAIS QUE PERSONNE NE GOBE ! UN PEU PLUS DE SÉRIEUX DANS LES ANALYSES FERAIT DU BIEN...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Réformes : selon Kanaan, le moment est propice pour passer aux actes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.