Rechercher
Rechercher

Santé publique

Bou Faour : La nourriture des Libanais est imprégnée de germes et de matières fécales

Les résultats préliminaires d'une enquête effectuée dans près de 1 000 commerces confirment les doutes du consommateur : la sûreté alimentaire fait bel et bien défaut au Liban.

"Les Libanais ne savent pas ce qu'ils mangent, les choses que nous avons découvertes sont incroyables", a indiqué mardi le ministre de la Santé Waël Bou Faour.

Que la sûreté alimentaire laisse à désirer au Liban est un secret de Polichinelle. C'est la première fois toutefois qu'un responsable fait éclater un scandale dans ce domaine, en dévoilant les noms des entreprises concernées, précisant la nature des produits avariés qui y ont été décelés.


C'est grâce au ministre de la Santé, Waël Bou Faour, que les consommateurs ont pu avoir confirmation de ce qu'ils soupçonnaient depuis longtemps déjà. « Je suis désolé d'annoncer aux Libanais que leur nourriture est imprégnée de germes et de matières fécales », a-t-il ainsi déclaré au cours d'une conférence de presse qu'il a tenue hier pour annoncer les résultats préliminaires de l'investigation menée dans ce sens.
L'opération a englobé quelque 1 005 commerces répartis sur l'ensemble du territoire : environ 400 au Mont-Liban, 200 au Liban-Nord, 250 dans la Békaa, 200 au Liban-Sud et 50 à Nabatiyeh. Les points de vente ayant fait l'objet de l'enquête sont : des boulangeries (67), des restaurants (209), des coopératives et supermarchés (162), des boucheries (139), des pâtisseries (53). L'enquête a aussi englobé certains puits artésiens et sources d'eau (42).


Près de 3 600 échantillons alimentaires y ont été collectés et examinés dans les laboratoires du ministère de l'Agriculture. En ce qui concerne les produits examinés, il s'agit de toutes sortes de viande (en tranches, hachée, kafta, hamburger, saucisses, saucissons, chawarma, etc.) et de poulet (entier, cuisses, poitrines, taouk et chawarma), ainsi que de la viande brésilienne congelée, du poisson congelé, le pain et la pâte des boulangeries, la crème de lait (achta) et les crèmes des pâtisseries, ainsi que des spécimens de fromages et de produits laitiers pris dans certains supermarchés.


Le ministre a expliqué que l'enquête visait également à s'assurer de la propreté des entreprises, de leur conformité aux conditions hygiéniques requises comme aux conditions de travail sur le plan de l'hygiène personnelle et de la propreté des uniformes, ainsi que de la situation de leurs employés. Il s'agissait aussi de vérifier si des certificats sanitaires leur ont été délivrés par les autorités concernées.
« Les infractions sont énormes et scandaleuses, a affirmé M. Bou Faour. Malheureusement, le gouvernement est incapable de protéger la nourriture du citoyen. Nous espérons que la loi sur la sûreté alimentaire sera promulguée dans les plus brefs délais. Il faudrait également que les ministères concernés collaborent dans ce sens. »

 

Résultats inquiétants
Le ministre a expliqué que la majorité des commerces ne sont pas munis de licences d'exploitation ni de certificats sanitaires pour les employés. De plus, l'hygiène laisse à désirer : des bestioles trouvées dans certaines de ces entreprises, des ustensiles rouillés, de la nourriture posée près des poubelles, les toilettes qui donnent sur la cuisine ou le restaurant...
« Mais le plus dangereux reste ce que nous avons trouvé comme bactéries dans les denrées alimentaires collectées », notamment la salmonelle et E-coli, a-t-il poursuivi. « Malheureusement, je dois citer le nom des entreprises incriminées (voir la liste ici), non pas dans un but diffamatoire, ce n'est pas notre but d'ailleurs, mais parce que nous sommes responsables envers le consommateur, a-t-il encore insisté. Cela ne veut pas dire non plus que tous les produits proposés dans ces commerces sont avariés. Seuls les produits que nous citons le sont. »
« Ce sont les résultats préliminaires, et la campagne se poursuit », a assuré M. Bou Faour, notant que les résultats des tests concernant les entreprises situées à Beyrouth devraient être prêts demain jeudi. Selon les premières indications, la viande brésilienne chez les magasins al-Natour est périmée, a-t-il avancé. De plus, l'hygiène fait défaut. Les photos montrent que la viande est mise à même le sol. » Le ministre a en outre souligné que « des infractions sont notées aux fermes Tanmiya, où la date de production est falsifiée : un écart de trois mois ayant été relevé entre la date de production signalée sur le produit et la date de sa mise sur le marché ».


M. Bou Faour a assuré que des mesures fermes seront prises à l'encontre des commerces incriminés, mais aussi à l'encontre de nombreux contrôleurs sanitaires et médecins du ministère de la Santé s'ils n'accomplissent pas leur mission selon les règles et continuent à « rédiger de faux rapports ».
Et d'appeler le consommateur à « ne pas exagérer les appréhensions au point de considérer que tous les produits alimentaires sont avariés ». « Nous poursuivrons le contrôle jusqu'à assurer le minimum en matière de sûreté alimentaire », a-t-il conclu.

 

Pour mémoire

Nouveaux cas d'intoxication massive à Baalbeck : que peut faire le citoyen ?

Polémique autour de la viande de poulet importée au Liban

Tous les jours, des ovins et des bovins non vaccinés traversent la frontière syrienne vers le Liban

La labné à la natamycine devant la justice libanaise


Que la sûreté alimentaire laisse à désirer au Liban est un secret de Polichinelle. C'est la première fois toutefois qu'un responsable fait éclater un scandale dans ce domaine, en dévoilant les noms des entreprises concernées, précisant la nature des produits avariés qui y ont été...

commentaires (11)

Ce n'est que l'arbre qui cache la forêt pour ne pas dire la jungle....à force d'accepter le bakchchich la corruption et les conciliations politicoreligieuse au nom de je sais plus quel soit disant Liban encore ... On finit par bouffer la merde matérielle après le merdier mental... S'ils continuent à chercher ils trouveront des traces d'urines dans les boissons les glaces les mezze et les apéritifs .... Vivement une dictature dans ce pays , mais il n'y a pas de bon dictateur en vue ...ils sentent encore plus mauvais ...le sang séché ...

CBG

23 h 27, le 14 novembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • Ce n'est que l'arbre qui cache la forêt pour ne pas dire la jungle....à force d'accepter le bakchchich la corruption et les conciliations politicoreligieuse au nom de je sais plus quel soit disant Liban encore ... On finit par bouffer la merde matérielle après le merdier mental... S'ils continuent à chercher ils trouveront des traces d'urines dans les boissons les glaces les mezze et les apéritifs .... Vivement une dictature dans ce pays , mais il n'y a pas de bon dictateur en vue ...ils sentent encore plus mauvais ...le sang séché ...

    CBG

    23 h 27, le 14 novembre 2014

  • FAUT PAS TOUJOURS BLÂMER LE CLAVIER. L'ÉTOURDERIE Y JOUE UN RÔLE. PRIÈRE LIRE, DANS MA RÉACTION, ON A DÉTECTÉ... MERCI.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 41, le 13 novembre 2014

  • BRAVO, BRAVO, BRAVO...Enfin une reaction de civisme dans ce pays. Chapeau Monsieur le Ministre pour votre courage.

    Sednaoui Carole

    15 h 11, le 13 novembre 2014

  • NE VOUS ÉTONNEZ PAS ! N'Y A-T-IL PAS AU LIBAN DES TRAVAILLEURS ÉTRANGERS ? EH BIEN, DANS CERTAINS PAYS QUE JE NE VEUX PAS NOMMER ON A DÉTECTER DE L'URINE DANS LES BOISSONS ET DES INDICES DE SALETÉ DANS DES ALIMENTS. LES EMPLOYEURS DEVRAIENT FAIRE ATTENTION QUI ILS EMPLOIENT !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 11, le 13 novembre 2014

  • PAUVRE MINISTRE BOU FAOUR ! ATTENTION DE NE PAS NOMMER LES IMPORTATEURS/TRAFIQUANTS BIEN CONNUS... SINON CE SERAIT UN COMPLOT SIONISTE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 38, le 12 novembre 2014

  • Décidément, le Libanais est quelqu'un de très costaud! Une immunité à toute épreuve, qui lui permet de manger n'importe quoi, y compris de la viande crue...Il faut dire que quand elle est arrosée d'arack, les microbes n'ont qu'à bien se tenir...Wlek leych fi a7la men Lebnen?

    Georges MELKI

    12 h 07, le 12 novembre 2014

  • Serait-ce un phénomène récent ?

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    11 h 25, le 12 novembre 2014

  • Ces commercants sont dans leur plein droit de se defendre et crier au complot sioniste/international/intergalactique/etc... Ca sera d'ailleurs bientot dans notre constitution, vu que meme les ministres et deputes en sont grand friands.

    George Khoury

    10 h 49, le 12 novembre 2014

  • Cher Monsieur Bou Faour, Enfin le Ministère de la santé s’occupe de la santé des résidents. J’espère que les contrôles vont être institutionnalisés et étendus sur tout le territoire Libanais et non seulement au Metn, Aley et Tripoli. Cependant j’ai une remarque à faire concernant les produits contaminés qui sont en majeure partie de la viande rouge et de la volaille. Ne faudrait-il pas se concentrer sur les sources ? Les ABATTOIRS où nous avons vu il y a quelque temps un documentaire qui montrait au moins d’où provenaient les matières fécales, vu l’état sanitaire déplorable ajouté au stress des bovins …. Et ne faudrait-il pas contrôler les abattoirs de volaille pour savoir l’état sanitaire de ces abattoirs ??? OUI et mille fois OUI pour les contrôles mais sur toute la chaine alimentaire….. En tout cas merci M. le Ministre d’avoir ouvert la porte grande ouverte sur ce sujet.

    Joseph Zoghbi

    09 h 58, le 12 novembre 2014

  • En même temps, en nous faisant acheter l'eau et électricité a prix d'or, l’État par son incompétence et ses collusions avec les mafias concernées n'est pas trop propre non plus,,,,,

    Je partage mon avis

    09 h 09, le 12 novembre 2014

  • D'apres le nombre de touristes malades chaque annee au Liban, on se doute bien que beaucoup de nos aliments ne sont pas aux standards requis pour notre sante! Au Liban, il faut se dresser sa propre liste de restaurants frequentables et de produits propres a la consommation, en ouvrant grand les yeux et en gardant son bon sens. Les germes et bacteries ne sont pas visibles a l'oeil nu; neanmoins quand des produits cuisines sont exposes a la vente sans emballage et refrigeration appropries toute la journee dans certains supermarches, il ne faut pas s'etonner des consequences. Des normes internationales existent en la matiere. La methode HACCP est en vigueur aux USA, pour controler toutes les etapes de la chaine alimentaire. L'ONU est dote d'une commission sur la surete alimentaire et adopte regulierement de nouvelles normes. Au Liban, Un livre de base existe sur le sujet "hygiene and sanitation for the hospitality sector" par E. Kanaan.

    Carine Husni

    01 h 18, le 12 novembre 2014