X

Moyen Orient et Monde

« Le régime d’Assad a réussi à occulter le peuple syrien »

Rencontre

Ziad Majed présente au Salon du livre francophone à Beyrouth son dernier ouvrage, « Syrie, la révolution orpheline ».

08/11/2014

« Pourquoi tant d'hésitation » quand il s'agit du conflit syrien? se demande à juste titre Ziad Majed, politologue libanais et professeur des études du Moyen-Orient à l'Université américaine de Paris. Gouvernements, organisations internationales, partis politiques, intellectuels et médias... Tous se sont lavé les mains à l'instar de Ponce Pilate, face à la révolution contre le régime de Bachar el-Assad. Tous « persistent aussi à fournir justifications et excuses pour ne rien faire qui puisse aider les Syriens à tourner la page de la tyrannie », ajoute l'auteur de Syrie, la révolution orpheline*, son nouvel ouvrage. Les prétextes sont nombreux : complot ourdi par les impérialistes, régime et oppositions se valent « en termes de violence et de barbarie », menace jihadistes, etc. En gros, des événements compliqués qui ont lieu dans un pays compliqué.
Dans son nouveau livre, Ziad Majed tente avec brio d'éclairer le lecteur sur un conflit qui dure depuis trois ans déjà, en revenant sur les causes, les enjeux et les défis de la révolution syrienne, d'un point de vue historique, économique, social, géopolitique, avec plein de notes, de références et de sources qui font de cet opus un manuel complet de la révolution syrienne. « L'idée de ce livre est de montrer que la situation en Syrie n'est pas aussi compliquée qu'on le croit. On peut comprendre », affirme ainsi l'auteur.
À l'occasion de son passage au Salon du livre francophone de Beyrouth pour signer son livre, Ziad Majed a accordé à « L'Orient-Le Jour » l'entretien suivant :

Il y a un fil conducteur à travers tout le livre, c'est, si l'on peut le formuler ainsi, le « mépris » du peuple syrien. Comment expliquez-vous ce phénomène ?
C'est exactement ça. Si on se demande aujourd'hui pourquoi le peuple syrien ne suscite pas beaucoup de sympathie et de solidarité, même du point de vue humain et humanitaire, je pense que c'est surtout parce que Hafez el-Assad a vraiment réussi à occulter le peuple syrien. La Syrie s'est transformée sous son règne en un État où le peuple n'existe pas, mais qui est capable d'intervenir au Liban, de parler de la cause palestinienne, d'être le médiateur antre les Arabes du Golfe et l'Iran, etc. Le régime Assad a ainsi réussi à effacer le peuple syrien à travers un rôle géostratégique pour que tout le monde s'adresse à lui en tant que médiateur dans les différentes crises régionales, et non pas en tant que dirigeant d'un pays, d'un peuple, d'une société syrienne qu'il a étouffée et dont il a réduit le champ politique en ruine en s'attaquant à la gauche et aux islamistes. Il a ainsi transformé la Syrie en un pays d'individus qui vivent en solitude, qui ne communiquent plus et où la confiance n'existe pas.
Nous sommes restés aujourd'hui dans la même lignée. Beaucoup de politiciens et d'analystes se demandent ce que veulent les Américains, ces Russes, les Iraniens, les Saoudiens, et on oublie encore une fois qu'il y a des millions de Syriens à l'intérieur qui essaient depuis mars 2011 de lever la tête.

 

(Lire aussi : « Nous sommes arrivés à un désastre syrien : tous les pires scénarios se sont réalisés »)

 

Quelle est selon vous la responsabilité de l'Occident dans tout ce qui se passe actuellement en Syrie ?
Il faut distinguer entre les États-Unis et l'Europe. Vu la proximité géographique, l'histoire méditerranéenne, les Européens connaissent un peu mieux la Syrie. Toutefois, l'opinion publique a un problème avec ses propres dirigeants. Elle ne les croit pas souvent. Elle pense toujours qu'il y a des enjeux cachés, de la corruption, des intérêts secrets. On trouve ainsi une opinion publique attirée beaucoup plus par les théories du complot que par la quête d'un peuple opprimé à se débarrasser d'un dictateur.
Côté gouvernements, les Européens sont divisés, Français et Britanniques étant plus progressistes par rapport à la question syrienne, alors que les Allemands, les Suédois et les Autrichiens sont réticents. Et la position américaine n'a pas aidé à les pousser dans une direction.
Les États-Unis ont été très hésitants dès le début. Le président Obama, qui avait promis de se retirer du Moyen-Orient, ne voulait pas y revenir. Sachant aussi que les mauvaises expériences irakienne et libyenne ont pesé sur la Syrie.
En gros, les Occidentaux ont laissé la situation en Syrie pourrir, alors que depuis 2011, beaucoup disaient que le conflit va se transformer en cauchemar s'il n'y a pas une intervention étrangère, qui n'était pas nécessairement militaire au début.
L'Occident est en partie responsable de ce pourrissement, non pas dans le cadre des théories de complot, mais par son inaction.

Y a-t-il un lien, selon vous, entre le régime syrien et les jihadistes ?
Oui, mais ce lien n'explique pas tout seul le phénomène Daech qui est beaucoup plus compliqué que le travail des renseignements syriens ou autres services secrets.
Au temps de Hafez el-Assad, ce dernier a permis au salafisme quiétiste extrêmement conservateur de se développer en Syrie face à l'islam politique des Frères musulmans qu'il combattait. Et depuis 2003, le régime a intelligemment manipulé l'autre forme de salafisme jihadiste en lui permettant de transiter par la Syrie pour aller créer le chaos en Irak et embarrasser les Américains.
Avec le début de la révolution syrienne, il y a eu des islamistes libérés qui ont rejoint al-Nosra ou le Front islamique. Je ne dis pas que ces éléments sont manipulés par le régime. Loin de là. Mais Assad savait ce qu'il faisait. En connaissant leur capacité de mobilisation, il savait qu'ils seraient tout de suite en concurrence avec l'opposition laïque. Il voulait dire aussi : regardez qui j'ai en face de moi.
Puis il y a eu le débordement irakien. Il ne faut pas aussi oublier qu'il y a eu un phénomène de radicalisation dans les zones férocement bombardées.

 

(Lire aussi : Le cri d'alarme de Sofia Amara : Face au mutisme occidental, Daech et le régime syrien se renforcent mutuellement)

 

Mais en fin de compte, tout ce que le régime a prédit s'est réalisé : le chaos, le terrorisme, la persécution des minorités...
Si on lance un mécanisme de violence et de barbarie dans un pays, au bout de trois ans, il n'est ni étonnant ni surprenant de voir émerger un phénomène comme Daech. Si on laisse un régime massacrer sa population impunément, on peut aboutir à une situation de chaos pareil. Le chaos a en fait commencé dès le début avec le slogan : Assad ou nous brûlons le pays. Ils ont brûlé le pays pour maintenir Assad au pouvoir.
D'autre part, l'Iran, les milices chiites irakiennes et le Hezbollah ont provoqué aussi chez une bonne partie des sunnites syriens (et irakiens) une réaction violente parce qu'ils se sont sentis humiliés, à cause notamment d'un vocabulaire chiite agressif.
Je pense que Deach n'est pas une fatalité. C'est un phénomène qui a été construit et qu'on a laissé s'épanouir. Et la barbarie de ces jihadistes ne s'explique pas par les arguments du régime, mais par ce qu'on n'a pas fait pour empêcher cette situation-là de pourrir et d'aller dans cette direction.
Il ne faut pas en outre oublier que les hommes d'Assad ont aussi égorgé, ils ont aussi utilisé les couteaux de la même manière que Daech. Il y a des centaines de morts par torture, il y a 11 000 cadavres, photographiés par le fameux César, morts sous la torture, ou la faim, ou les maladies dans les geôles du régime.

Parlons enfin de l'échec de l'opposition syrienne à s'affirmer.
Il y a quatre facteurs à mon avis. D'abord, la plupart des opposants syriens n'avaient aucune expérience politique. Ils ont découvert la politique en tant que dirigeants. Cela ne leur donne pas une excuse trois ans après. Ensuite, il y a des divergences de fond entre les Frères musulmans (bien organisés), les personnalités de gauche (mal organisées), les opposants de la diaspora et de l'intérieur, etc. Le troisième facteur est le manque de soutien à la révolution, surtout dans sa première phase. Le dernier facteur étant le conflit d'intérêts et les règlements de comptes entre les différents acteurs régionaux.
Je veux enfin dire que parmi les 200 000 morts, les milliers de prisonniers, les millions de déplacés et réfugiés, il y avait un potentiel humain impressionnant, certains ont été assassinés, emprisonnés, ont disparu ou sont tombés dans la clandestinité, et qui auraient pu être des dirigeants de grande qualité.

* Syrie, la révolution orpheline, Ziad Majed, éd. Sindbad/Actes Sud, L'Orient des livres, 2014.

 

Lire aussi
Quand la crise de Kobané risque de faire dérailler le processus de paix turco-kurde

Al-Nosra étend son territoire dans le Nord-Ouest syrien

Née en prison, elle est arrêtée par les SR syriens 26 ans après

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

A l'exclusion des Äalaouïtes noussaïrîs !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES OCCULTATIONS... EN ASTRONOMIE... SONT PASSAGÈRES ! UN ASTÉROÏDE PEUT OCCULTER UN ASTRE... IL EN SERA AINSI !

Bery tus

bravo Mr Majed comme toujours fidele a vous meme, tjrs bien articuler et claire net et precis !!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C'EST LA RÉVOLUTION... INCITÉE... ET PUIS TRAHIE !

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Le pire, c'est la peur qu’inspirent ces sauvages aSSadiques qui ont possédé la Syrie depuis 45 années pour y faire régner leur despotisme ! En majorité des noussaïrîs avec lesquels les Sunnites ne s'identifient guère, qui flagellent et enterrent des vivants. Cf. leur guerre au Liban. La liste de leurs actes de cruauté est trop longue. Mais c'est le sort réservé aux Sunnites qui a motivé la décision des Syriens de quitter par millions le pays. Placés devant le choix de la boucler, mourir ou fuir, ils ont pris la route de l'exode, quittant la terre de leurs ancêtres ! Et que dire à ces personnes qui n'en peuvent + d'attendre ; comme les Libanais bien avant eux et pour 15 longues années eux, alors que cette sœur-syrie barbotait dans la bääSSyrienne paix ; que ces satanés événements se terminent, qui n'arrivent + à supporter les privations d'eau, de médicaments, d'électricité et de denrées ? Que répondre aussi à ces Libanais Sains, révoltés par la lâcheté des pro-bääSSyriens à l’époque de la guerre "libanaise" ? Il faut leur rappeler que ces sauvages bääSSdiots qui ont commis des actes de barbarie au Liban aussi, sont ceux-là mêmes qui ont été protégés au prétexte d'amener la Paix sur le Golan via ce "plan Kissinger". Ces sauvages purs bää bää bääSSyriaNiques, appelés par les Occidentaux antijihadistes-terroristes quand ils commettent leurs crimes contre la Syrie, ne sont barbares pour ces Occidentaux puînés que quand ils "menacent Äsraël avec leurs armes chimiques de pacotille !

rizk bahjat

l'analyse de ziad majed est remarquable:nuancée,bien articulée, raisonnée, sobre, profonde,,précise,pertinente engagée. ON peut ne pas être d'accord sur tout mais j'admire sa conviction et sa démarche humaniste globale, continue ,fidèle et structurée.

PRÊT TENSION.

On ne nous parle pas assez de l'intifada qui se passé en israel en ce moment ... l'olj devrait etre un journal de nouvelles , nouvelles !!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

L’État sourd-muet

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois grands dossiers au menu des rencontres du chef de l’État

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants