Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

"Après Kobané, il faut sauver Alep", lance Fabius

Le ministre français des Affaires étrangères appelle à renforcer le soutien internationale à l'opposition modérée syrienne et à "protéger la population civile des crimes jumeaux du régime et de Daech".

La citadelle d'Alep, une ville prise en tenailles entre le régime de Assad et les jihadistes du groupe Etat islamique. AFP/ZEIN AL-RIFAI / AMC

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a appelé mardi la coalition internationale contre les jihadistes de l'Etat islamique à "porter ses efforts sur Alep", la deuxième ville syrienne menacée à la fois par les forces du régime et par les jihadistes.

"Après Kobané, il faut sauver Alep", écrit M. Fabius dans une tribune publiée par les journaux français Le Figaro, américain Washington Post et pan-arabe Al Hayat.

 

(Repère : La bataille d'Alep décryptée)


La France participe aux frappes contre l'Etat islamique en Irak, mais pas en Syrie, où interviennent militairement les Etats-Unis et des pays arabes. La stratégie française est de soutenir l'opposition syrienne modérée, sans participer aux frappes qui, selon elle, pourraient renforcer le régime du président Bachar el-Assad.
"Alep fait face aujourd'hui à la menace d'être prise en tenailles entre les barils d'explosifs du régime (syrien) et les égorgeurs de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique)", selon M. Fabius.
Alep, la deuxième ville de Syrie, est divisée depuis juillet 2012 entre secteurs loyalistes dans l'ouest et secteurs Est, tenus par les rebelles.

 

(Repère : Quelle est la situation dans la province d'Alep ?)


"Bachar el-Assad et Daech sont les deux faces d'une même barbarie" visant à "anéantir l'opposition modérée" syrienne, et "abandonner Alep, ce serait condamner 300.000 hommes, femmes et enfants, à une alternative terrible : siège meurtrier sous les bombes du régime ou barbarie des terroristes de Daech", écrit-il.
"La France ne peut se résoudre ni à la fragmentation de la Syrie, ni à l'abandon des Aleppins à un sort atroce. C'est pourquoi, avec nos partenaires de la coalition, nous devons porter nos efforts sur Alep. Avec deux objectifs clairs : renforcer notre soutien à l'opposition modérée syrienne et protéger la population civile des crimes jumeaux du régime et de Daech. Après Kobané, il faut sauver Alep", conclut M. Fabius.


Vendredi à Paris, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait vivement reproché à la coalition internationale luttant contre l'offensive des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak de concentrer ses bombardements sur la ville syrienne de Kobané. Le président français François Hollande avait alors affirmé que pour la France "la ville qui est clé parmi toutes, c'est en ce moment Alep".


Kobané, la ville kurde du Nord de la Syrie, résiste depuis la mi-septembre à l'offensive des jihadistes, appuyée par des frappes de la coalition et des renforts de Kurdes irakiens.

 

Lire aussi

« Nous sommes arrivés à un désastre syrien : tous les pires scénarios se sont réalisés »

À Alep, une rentrée scolaire... dans les abris

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a appelé mardi la coalition internationale contre les jihadistes de l'Etat islamique à "porter ses efforts sur Alep", la deuxième ville syrienne menacée à la fois par les forces du régime et par les jihadistes.
"Après Kobané, il faut sauver Alep", écrit M. Fabius dans une tribune publiée par les journaux français Le Figaro, américain...
commentaires (5)

JE CORRIGE : LES NAUFRAGÉS... SAUVEURS DE NAUFRAGE !

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

08 h 26, le 05 novembre 2014

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • JE CORRIGE : LES NAUFRAGÉS... SAUVEURS DE NAUFRAGE !

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    08 h 26, le 05 novembre 2014

  • Et après Alep.... Lui-même !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    15 h 02, le 04 novembre 2014

  • LES SAUVEURS... DU NAUFRAGE !

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    13 h 32, le 04 novembre 2014

  • En Syrie, les forces de l’armée régulière ont fait des progressions dans le quartier d’Al-Aamariya, à Alep dont l’Est est le théâtre des affrontements intenses opposant les salafwahab aux militaires. Les opérations de l’armée à Alep montrent comment elle se prépare pour la bataille ultime dans cette région.Selon l’agence de presse reuter, l’armée régulière est arrivée à reprendre le contrôle des bâtiments et des complexes résidentielles, occupés par les salafwahabo, dans le quartier d’Al-Aamariya. Les terroristes se servaient de ces bâtiments comme les bases à partir desquelles ils perpétraient des attentats terroristes contre le point de passage Alep-Al-Ramoussa. Ledit point de passage est la seule voie de communication entre les quartiers de l’ouest d’Alep et les autres provinces de la Syrie.Par ailleurs, la localité de Karam Al-Tarab, située à l’Est de la ville d’Alep, est également la scène des affrontements intenses entre militaires et terroristes.Selon les sources syriennes, l’armée régulière se prépare à une bataille finale à Alep. Dans la foulée, des dizaines de chars, de canons et des centaines de forces d’infanterie sont installés dans deux aéroports militaires de Nirab et d’Alep. Cette nouvelle n’a pas encore été officiellement confirmée par les responsables syriens mais les groupes salafowahabo en parlent avec beaucoup d’insistance.

    FRIK-A-FRAK

    11 h 26, le 04 novembre 2014

  • Face à l'avancée fulgurante de l'armée arabe syrienne à Alep, le ministre français des AE vient d'appeller au bombardement des positions des "forces pro Assad" pour éviter que " la ville ne tombe pas entre les mains d'Assad"!! Fabius plaide en faveur des raids aériens de la coalition contre l'armée d'Assad au terme d'une tribune publiée par le journal Washington post. sur le terrain, de très violents combats se poursuivent sur l'axe oriental de la ville où la donne tourne très rapidement en faveur des forces syriennes . délégué fabius , tu bosses pour qui en vérité ???

    FRIK-A-FRAK

    10 h 32, le 04 novembre 2014

Retour en haut