X

Moyen Orient et Monde

L’ASL cherche-t-elle réellement à aider les Kurdes ?

Éclairage

Pour Romain Caillet, Okaidi serait un « opportuniste » et le PYD n'est pas dupe...

25/10/2014

La confusion semble totale : certains, comme le président turc Recep Tayyip Erdogan, annoncent l'envoi de 1 300 troupes de l'Armée syrienne libre (ASL) à Kobané pour aider les Kurdes. Mais les principaux concernés réfutent cette information. Qu'en est-il réellement ? À l'origine, c'est le colonel Abdel Jabbar al-Okaidi, commandant rebelle syrien et ancien membre de la direction de l'ASL, qui a révélé à la chaîne al-Jazira que ses troupes se rendraient à Kobané « dans les prochaines 36 heures », en passant par la Turquie.

Toutefois, tempère Romain Caillet, chercheur et consultant sur la question islamiste, « il est important de mettre l'accent sur la personnalité d'al-Okaidi. Si l'on se souvient bien, rappelle-t-il, c'est ce même colonel qui était entré dans Qousseir (en Syrie) en sauveur. Mais peu de temps après, c'est lui aussi qui a négocié la sortie des habitants avec le Hezbollah, avant que celui-ci ne prenne la ville » en été 2013. Pour rappel, ce colonel a fait défection de l'armée syrienne en 2012, avant de rejoindre l'ASL début 2012. En novembre 2013, il démissionne du Conseil militaire d'Alep, invoquant un manque d'unité au sein de la rébellion et le retrait continu de ses combattants lors de batailles cruciales.
Romain Caillet estime que ce colonel « serait plutôt un opportuniste, un habitué des coups de (communication), et je penche pour l'hypothèse selon laquelle le colonel Okaidi cherche à prendre le contrôle de la ville de Kobané ». Après tout, n'a-t-il pas assuré que Kobané, de son nom arabe Ain el-Arab, fait partie de la Syrie, et que de l'aider fait partie des responsabilités de l'ASL ? C'est en tout cas ce qu'a affirmé la journaliste Jenan Moussa sur Twitter.

 

(Lire aussi : Des peshmergas bientôt à Kobané pour aider leurs frères syriens)

Mais les Kurdes ne semblent pas dupes, pour Romain Caillet. « Et c'est pour cette raison que Saleh Muslim (un des dirigeants du Parti de l'union démocratique – PYD) a assuré qu'aucun accord n'avait été conclu à ce sujet. » De plus, « il est essentiel de se demander de quel front retirer des combattant de l'ASL pour les repositionner à Kobané ». À ce sujet d'ailleurs, le dirigeant actuel du Conseil militaire d'Alep, le général Zaher el-Saket, a également nié l'envoi de troupes à Kobané, assurant que l'opposition syrienne armée se concentrait sur le front aleppin, d'après la chaîne al-Jazira.

Une autre hypothèse serait, pour le chercheur, que la Turquie cherche à envoyer des troupes de l'ASL à Kobané et l'y armer pour qu'elle en prenne effectivement le dessus face aux jihadistes de l'État islamique (EI, ex-Daech)... ou même face aux Kurdes. Ce n'est un secret pour personne qu'Ankara cherche à tout prix à éviter d'avoir une « base » militaire kurde à sa frontière, et l'ASL « serait une bonne alternative » pour la Turquie, selon M. Caillet, d'autant plus que la communauté internationale s'est « unie » pour combattre les jihadistes de l'EI. En outre, l'armée turque aurait bombardé des positions kurdes, non pas en Turquie, comme on l'aurait pensé et comme elle l'a déjà fait à la mi-octobre, mais à... Kobané, selon un combattant kurde sur place, et dont l'accusation a été relayée par la chaîne al-Mayadeen sur son compte Twitter.

 

(Lire aussi: Les Kurdes devraient pouvoir résister à Kobané, affirment des responsables US)



En attendant, les Kurdes regagnent un peu de terrain face aux jihadistes qui, bien que mieux équipés, sont tout de même affaiblis par les raids aériens de la coalition internationale. Quitte à se demander pourquoi l'ASL enverrait des renforts maintenant, alors que la bataille de Kobané fait rage depuis plus d'un mois...
Il n'en reste pas moins que rien ne peut être expliqué ou compris si l'on ne garde pas en tête que la priorité des priorités pour Recep Tayyip Erdogan et pour la Turquie est, avant toute autre considération, la chute du régime de Bachar el-Assad...

 

Voir aussi
Kobané : les images satellites avant et pendant la bataille

 

Lire aussi
« C'est ça la France ? C'est ça l'Europe ? »

Sur les réseaux sociaux, la propagande de l'EI évolue

Des forces irakiennes gazées par les combattants de l'EI?

À la frontière turque, le défi de l'éducation des enfants de Kobané

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

En effet, l'ennemi de mon ennemi est mon ami !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OUI... CAR LA ROUE TOURNE... EN LEUR FAVEUR ! MAIS LE PERSE EN SAIT QUELQUE CHOSE POUR SE POURVOIR PROMPTEMENT DE LA CARTE DE BEB EL MANDEB !

ACE-AN-NAS

asl, c'est une apellation différenre de daech/nosra/qaida/salafo/wahabite peste noire ! et al oqaidi est même allé en israel promettre le golan officiellement à israel .quand on est con on reste occicon !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les menaces israéliennes contre le Liban et le test de Gaza

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué